L'année 1976 fut désastreuse pour Xian. La guerre défigura ses nombreuses bâtisses, la transformant en de vulgaires ruines. Fort heureusement, on entreprit de la reconstruire tout en conservant cet aspect traditionnel. Ainsi, s'apparente-t-elle au jardin Yuyuan, à Shanghai : de belles plantes odorantes s'épanouissent en fabuleux bouquets et ses illuminations soulignent une architecture grandiose. Mais il est une merveilleuse fleur se déployant en son sein. D'un rouge insolent, ses luminescences chatoyantes caressent une étendue d'eau. Le son des tambours et l'odeur du bois confèrent une aura à la fois chaleureuse et fastueuse... on l'appelle le "Lotus rouge". Ce somptueux édifice appartenait autrefois à la royauté en tant que palais. Néanmoins, il fut reconverti en hôtel il y a de cela dix ans par le nouveau président Yao Ping. En effet, ce dernier était désireux d'attirer une clientèle de tout horizon. Depuis lors, le Lotus rouge concentre diverses activités commerciales et politiques, favorisant par là même le tourisme. (poursuivre la lecture)

Li Shaolan
avatar

Célébrité : jjy
Messages : 52
Date d'inscription : 21/01/2017
Chèvre
Age : 26
Argent : 255
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Dirigeant, prince jasmin

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE PRINCE JASMIN

hautes lumières
kun & shaolan


Il déambule entre les rues de la ville, regard perdu à la fois entre les bâtisses qui se dressent devant lui et le carnet qu’il tient à la main, refuge de nombreuses annotations qu’il y avait fait concernant les préparatifs du nouvel an. Activité habituellement faite par son père, c’est la première fois qu’il s’occupe de cela seul. Enfin pas vraiment, du coin de l’œil, il jette un autre regard vers l’homme qui se dresse à un peu moins d’un mètre derrière lui. Grand et fort. Son homme. Pourtant il est en retrait en ce statut de garde du corps qui lui a été conféré. Le subterfuge parfait. L’ami d’enfance transformé en protecteur, rien ne pourra jamais rien y trouver à redire et cela cache au mieux la relation qu’ils entretiennent en ce moment.

Relation.

Peut-on encore appeler ça ainsi ? Il ne sait plus ce qu’ils sont depuis ces dernières semaines. Il doute même que Kun ne lui appartienne toujours qu’à lui. Mais il sait, avec certitude, qu’il détruira qui que ce soit qui se mettra en travers d’eux, même si c’est Kun lui-même. Il continue de marcher, sans hâte. Cela fait un moment qu’il ne s’est pas baladé ainsi dans la ville. Il oublie parfois à quel point elle a changé, totalement différente de ses souvenirs d’enfant où il courait un peu partout. Ce serait mal vu à présent s’il se met à courir partout comme un idiot. Il barre le nom d’une boutique de son carnet et lit le nom de la suivante. Shaolan se contente de faire le tour des boutiques, passer commande et d’autres employés se chargeront de venir tout récupérer.

Il s’arrête devant une nouvelle boutique, les yeux posés sur le brun. Il a beau l’avoir devant lui, il lui manque. Etrange sentiment. « Les lanternes qu’il faut commander devraient être disponibles ici. » Il n’y a pas besoin de faire cette remarque, pourtant il se sent obligé. Pour casser le silence. Ça le tue.

© mistogan
Shen Kun
avatar

Célébrité : lee jonhyun
Messages : 51
Date d'inscription : 21/01/2017
Argent : 323
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : garde du corps de shaolan ; fenghuang (résidents) ;

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FENGHUANG

hautes lumières
kun & shaolan


Et c'est le vide. Dans sa tête, tout autour d'eux. Ils ne sont que deux. Ensemble. Toujours et pour toujours. Parce que Kun ne voit que lui à ses côtés. Les autres, ils sont inexistants quand Shaolan surgit. Et Kun, il déteste ça. Il hait ce sentiment tellement il se sent faible. Soumis à lui, à eux. à cet anneau qui revêt une signification spéciale. Oui, il est une promesse et Kun ne peut s'empêcher de le faire tourner sur son doigt. Il a détruit leur promesse et là, il prétend. Parce que Shaolan le rend pantin. Il l'affaiblit, le fait se soumettre sans forcément s'en rendre compte. Alors Kun marche sans trop le regarder, même si dès que ses yeux se focalisent sur un truc : c'est Shaolan. Il l'aime. à sa manière mais pour lui, c'est de l'amour, aussi mal exprimé et compris soit-il. Kun le suit comme un petit chien, ou plutôt un molosse chargé de sa protection. Oui, l'excuse bien utile. Assez pour leur permettre des baisers volés. Enfin, c'était avant. Parce qu'aujourd'hui, Kun n'est plus sûr de rien. Est-ce que Shaolan sait ? Les gens disent qu'on le sent toujours quand ça dérape. Quand c'est cassé.

Peu importe. Ils déambulent ensemble de cette putain de ville. Les façades s'enchaînent, les visages aussi. Kun reste pensif, le regard un peu dans ce vide qui lui plaît tant. Puis le visage de Shaolan, il le connaît par cœur. Il pourrait le voir même les yeux fermés. Il en rêve la nuit, des nuits où ils sont sur la même terre, la même marche du podium et où leur anneau brille dans le reflet d'un lac. C'est con, niais et ça n'arrivera plus ou pas lorsqu'il saura. L'impact est pour bientôt, Kun a un sale pressentiment. Le karma va revenir le hanter.

Shaolan barre des noms sur son carnet. Les yeux de Kun se retrouvent attirés par ça. Sa main. Il voudrait bien l'attraper, la garder captive mais c'est interdit. Pas ici, pas devant les hautes lumières. Shaolan s'arrête. Et puis leurs regards se croisent. Parole futile. Kun pourrait lui dire qu'il s'en fout. Que ça ne change rien à sa vie de savoir ça. Mais c'est Shaolan alors il écoute. Acquiesce de la tête. Il a brisé ce silence entre eux. Cet océan de non-dits. « Tu peux les commander, je t'attends ici. » Affirmation. Pas de remise en question. Kun le regarde. Il est certain que Shaolan le fera. Après tout, il ne pouvait pas le forcer.

Kun attend. sagement, bien obéissant comme toujours. Et il le voit ressortir. Là, devant lui. « Suis-moi. » Un ordre. Et Kun se met à marcher, certain qu'une ombre se superposera à la sienne. Il tourne, vers cette ruelle déserte. Bien cachée parmi les murs sans fenêtres et le vide habituel. Kun s'arrête, se retourne pour venir plaquer Shaolan contre ce mur. Elle fait mal cette distance. Proches physiquement mais à dix mille lieues mentalement. Voilà ce qu'ils sont. Presque deux étrangers, du moins Kun en est un. « Qu'est-ce que tu veux ? » Il vient frôler son visage, ses mains s'accrochent à la nuque de Shaolan. Geste tendre d'ordinaire, est-ce que ça l'est cette fois aussi ? Il presse son corps contre le sien. « Pourquoi tu fais comme si tout allait bien ? » Il plante son regard dans le sien, il l'aime mais il le déteste aussi. Enfin, jamais autant qu'il se déteste lui-même. Amour hargneux.




© mistogan
Li Shaolan
avatar

Célébrité : jjy
Messages : 52
Date d'inscription : 21/01/2017
Chèvre
Age : 26
Argent : 255
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Dirigeant, prince jasmin

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE PRINCE JASMIN

hautes lumières
kun & shaolan


A des années lumières. C’est la distance qu’il a l’impression de devoir parcourir pour espérer, peut-être, rattraper Kun. Il semble si lointain. Si inaccessible. Mais ça ne l’empêchera pas de toujours vouloir le garder à ses côtés, prisonnier de ses sentiments ou de son pouvoir. Il ne lui offrira pas la liberté, jamais. Kun est-il même en quête d’une quelconque liberté à travers ses gestes, une envie de rébellion ? Shaolan ne sait pas, a peur de tenter de chercher des réponses à ses questions. Il préfère tout voir en blanc et tout refuser. Les indices sont partout, il peut même le lire sur le visage de l’homme qu’il chérit, dans ses yeux, sur son front où cela semble être marqué en noir. Infidèle. Traitre. Shaolan sait mais se dit ignorant. Il voit mais se dit aveugle. Parce qu’il y tient plus qu’à sa vie à leur histoire, à cet anneau qui joue autour de son annulaire. Il n’acceptera pas que tout ne se transforme qu’en simple illusion. Il use encore et abuse du pouvoir qu’il garde, non sans surprise, sur Kun. Sa petite marionnette. Ce n’est pas un simple jeu de manipulation, pourtant. Avec Kun, le dirigeant ne s’amuse pas, il l’aime réellement. Il crève d’amour pour lui. Et de ce fait, ne veut le voir se soumettre que d’autant plus.

Tout était parfait il y’a juste quelques mois, pourtant. Et cela le rend encore plus incompréhensif de tout ce qui se passe entre eux. Sauf s’il a été aveugle plus longtemps qu’il ne le pensait. Sauf si le mal dure depuis bien plus de temps. Kun attend dehors tandis qu’il rentre à l’intérieur afin de passer commande. Il n’aime pas le laisser ainsi dehors sans surveillance, mais accepte malgré tout. Il aime donner un semblant de pouvoir à Kun de temps à autre, lui donner l’impression que lui aussi peut avoir un pouvoir sur lui.

Il passe les commandes, y met une attention minutieuse. Il adore les lanternes et les lumières, depuis tout petit. Il aimait les observer, les yeux illuminés, son bras accroché à celui de Kun alors que ce dernier lui murmurait des promesses à l’oreille. Mais ils ne sont plus de pauvres adolescents. Malheureusement. Shaolan ne s’attend pas à cette attaque quand il sort, il suit Kun sans broncher. Malgré le ton employé, il n’a pas peur. Il n’y a aucune raison. Kun ne pourra jamais lui faire du mal, du moins pas physiquement. Cet homme est comme programmé pour le protéger, depuis enfant. Il se retrouve plaqué contre le mur. Leurs regards embrassés. Corps pressés.

Mais il ne ressent rien et c’est douloureux.

« Pourquoi ? Ça ne va pas bien pour toi ? » Il n’a pas pensé que ça serait ainsi. Kun le prend au dépourvu, pour une des rares, il le surprend. Et ça ne lui plait pas. « Tu as quelque chose à te reprocher, Kun ? Un aveu qui t’empêche de dormir le soir, quand tu te tournes et te retournes sans cesse à mes côtés ? » Shaolan se dresse. Il est plus chétif que Kun, certes, mais ça reste un homme grand. Sa main vient frôler celle de Kun, ses doigts se serrant contre l’alliance du brun. Il espère que sa peau soit en feu. « Je n’ai pas le temps pour tes enfantillages. » Il tente de repousser ce moment le plus possible. Quand tu craqueras entre eux, quand il deviendra réellement méchant.


© mistogan
Shen Kun
avatar

Célébrité : lee jonhyun
Messages : 51
Date d'inscription : 21/01/2017
Argent : 323
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : garde du corps de shaolan ; fenghuang (résidents) ;

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FENGHUANG

hautes lumières
kun & shaolan


Il ne sait pas. Non, aucune idée de ce qu'il ressent à cet instant précis. C'est comme un pinceau tâché de différentes touches de couleur. Oui, Kun est perdu dans ce flot de sentiments contradictoires. Il l'aime, le déteste. Il ne sait pas lequel il fait le plus. Est-ce que son coeur penche plus dans la balance ? Ou alors est-ce la noirceur qui régit son être ? En est-il au point où elle le contrôle, où elle fait de lui un monstre encore pire que celui qu'il est en train de devenir ? Oui, lui le monstre. Celui qui brise la signification de cet anneau pour rien du tout. juste comme ça. Parce qu'il a le pouvoir de le faire. De lui faire du mal. De le casser à son tour. C'est ça l'amour.

Plaqué par ses propres bras, déconnectés de lui. Il ne sait pas ce qu'il veut. L'embrasser ou lui cracher de la haine. Shaolan n'a rien fait. Kun se sent juste comme un fardeau. Oui, un fardeau sur ses épaules, dans son cœur et dans son lit. Alors il préfère le faire s'éloigner, le blesser pour que ça s'arrête. Pour le sauver, non ? Shaolan mérite mieux. Oui, et ça Kun le sait. Il l'a compris dès leur premier regard. Ils ne seront jamais au même niveau. Shaolan le surpassera toujours et ça, il ne peut plus le supporter. Alors non, ça ne va pas bien. Il ne sait pas si leur relation a encore du sens. Et c'est lui le seul fautif. La question qui pique. Un aveu. Est-ce qu'il savait ? Mais Kun n'a qu'un seul choix : l'aplomb. « Non, je n'ai rien à me reprocher. » mensonge, mensonge. Il revoit leurs corps et son dégoût de les baiser. Oui, c'est ce qu'il fait. Il les prend, les jette. Ce n'est pas faire l'amour. Jamais. Il n'y a qu'avec Shaolan qu'il fait l'amour. Les autres, ce n'est rien. Qu'un semblant de plaisir purement physique. Et pourtant non. Il n'a aucun aveu. « Et toi, tu as quelque chose à me reprocher ? Assez pour ne pas en dormir la nuit et me voir me retourner ? » Shaolan le paon. Fragile mais grand. Il ne fait pas peur à Kun, du moins pas physiquement. Shaolan, c'est le miroir de ses sentiments, là où toutes les chansons d'amour prennent leur sens. Et c'est juste, oui juste ce petit détail si important qui l'effraie. Amour à la con, haine qu'il faut nourrir.

Kun l'observe. Son regard a changé. à moins que ce ne soit lui. Oui, a t-il arrêté de le regarder avec les yeux de l'amour ? Du désir et de tout le reste ? Il n'en sait rien. Peut-être est-il juste aveugle depuis plusieurs mois. Kun sent sa main qui frôle la sienne. et surtout ses doigts qui viennent serrer son alliance, comme pour lui rappeler qui il est. Oui, pour lui remémorer cette promesse qui les lie depuis des années. ça fait mal. La peau qui brûle, le cœur aussi. « C'est pas comme si t'avais déjà eu du temps pour moi. » Kun sourit amèrement. Il s'éloigne, se défait de lui. « Mes enfantillages ? Mais où t'es pour les voir ? Ce que je retiens de toi, ce sont tes absences. Alors ne me demande où je vais, ni ce que je fais. Ne fais pas comme si ça t'intéressait. » Menteur. Ils partageaient leurs absences. Shaolan à cause de son statut, Kun à cause de sa médiocrité. Oui, il était occupé à coucher ailleurs et il lui remettait la faute dessus. L'air de rien, tout dans le sous-entendu. « Dis-moi. Je veux t'entendre, savoir ce que tu as à dire. T'en meurs d'envie, on le sait tous les deux. » Il veut le pousser à bout. Qu'il craque, qu'il explose en mille morceaux. Kun a dégoupillé la grenade, il n'attend que l'explosion. Le point de rupture. Après tout, Shaolan n'a pas besoin de quelqu'un comme lui. Non, pas besoin d'un raté comme Kun, d'un moins que rien. Et c'est ce mensonge intérieur qui est la vérité de Kun, celle qu'il croit et qui le pousse au vice. Oui, celle qui le fait détruire sa plus belle réussite, renier cet anneau argenté.  


© mistogan
Li Shaolan
avatar

Célébrité : jjy
Messages : 52
Date d'inscription : 21/01/2017
Chèvre
Age : 26
Argent : 255
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Dirigeant, prince jasmin

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE PRINCE JASMIN

hautes lumières
kun & shaolan


Il transperce Kun de son regard. Il ne baisse pas les yeux, le soutient. Pourtant, c’est de plus en plus différent, entre eux. Le brun est normalement un livre grand ouvert, il devrait pouvoir tout lire. Il n’y arrive plus et ça l’irrite. Peut-être que ça l’effraie aussi, en quelque sorte. C’est surtout ça, la peur de voir l’être aimé s’éloigner, partir ailleurs. Il n’arrive plus à rien voir dans les yeux de Kun, son amour, sa passion. Tout semble caché, ou disparu. Un frisson parcourt son échine, son dos est froid. C’est impossible. Il n’imagine pas un seul moment que le plus vieux pourrait arrêter de l’aimer un jour. Kun a été fait pour ça, l’aimer, le protéger et le chérir. C’est tout ce qu’il devrait être capable de faire. Shaolan est ce gosse capricieux qui n’acceptera jamais que l’autre décide de suivre un autre chemin que celui qu’il leur avait tracé. Tout allait bien entre eux pourtant. Il a beau y penser, encore et encore. Il n’arrive pas à retrouver le moment exact où ça a commencé à se briser entre eux. Il ne veut pas s’avouer que, dès le début, leur relation a été fondé sur des bases fragiles, ce lien malsain de domination qui les unie depuis qu’ils n’étaient que des gosses. C’est facile quand ils sont petits, Kun était plus facile à manipuler. Aujourd’hui c’est un homme qui pense, qui réfléchit, qui veut avoir sa propre volonté. Shaolan le comprend, sans pour autant l’accepter. Amour égoïste. Il l’empêchera d’aller à la dérive. Rien à se reprocher, hm ? Shaolan aimerait tant le croire, passer l’éponge et entrelacer leurs doigts en souriant. Comme si rien ne clochait entre eux. Il aimerait être capable de ça. Croire en ces mensonges murmurés, à l’insolence de cet homme. Mais ils se connaissent trop bien. Et il va jusqu’à lui retourner la question. « Ne joue pas à ce jeu, Kun. » réplique-t-il. La voix dure. Chacun sait comment blesser l’autre, à sa manière. Que ce soit physiquement, ou à travers les mots. Leur force ainsi que leur faiblesse réside dans la même place, leur connaissance parfaite de l’autre.

Et Kun contre-attaque. Ses mots sont comme des flèches et il vise en plein cœur. Un tir après l’autre, il ne lui laisse pas la chance d’avoir le moindre répit, pas même de souffler. Des plaintes qu’il n’a jamais avoué avant. Le sourire amer en face de lui. Il ne veut pas le voir, alors il ferme les yeux. Mais ce n’est pas suffisant, malheureusement. Les mots continuent à lui assassiner le cœur. Pas le temps. Depuis la mort de son père, il y’a un an, il croule sous les responsabilités. Est-ce que c’est ça la source de tous leurs problèmes, vraiment ? « Arrête…stop… » murmure-t-il dans un gémissement. Il ne veut pas se résoudre à croire que leur couple n’est rien de plus qu’une mascarade. Une qu’ils doivent cacher aux yeux du monde, qui plus est. Il n’aime pas cette distance que Kun veut leur faire prendre, ni le fait qu’il ne puisse plus agir sur sa vie. Kun ne veut plus être un pantin, il coupe les fils qui les relient. Pourtant Shaolan les avait crus incassables. Stupide. « Je n’ai rien à dire, alors arrête…J’ai pas envie que, nous deux…ça… » Pourquoi il balbutie comme un gosse. Il ne veut pas le perdre, Kun est trop précieux. Mais il doit voir la vérité en face, ça ne semble plus réciproque. Il se mordille la lèvre inférieure et ouvre les yeux. « J’ai encore plusieurs boutiques à visiter, ne me fait pas perdre mon temps. » Misérable tentative de clore ce sujet. Est-ce qu’on peut lui en vouloir ?


© mistogan
Shen Kun
avatar

Célébrité : lee jonhyun
Messages : 51
Date d'inscription : 21/01/2017
Argent : 323
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : garde du corps de shaolan ; fenghuang (résidents) ;

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FENGHUANG

hautes lumières
kun & shaolan


Un jeu ? Non, c'était bien plus que ça. Une guerre, un combat à mort, jusqu'à ce qu'un d'entre eux craque et s'en aille. Kun tire, aucun répit pour Shaolan. Il ne lui laisse aucune chance de s'en sortir, de changer de sujet. Ils doivent parler de ça. Se détruire avec les mots, des associations malsaines. Kun l'observe. Il le déteste un peu, l'aime encore plus. à moins que ce ne soit juste un mélange des deux dont il n'arrive plus à distinguer les ingrédients. Bam, bam. Tout ce qu'il trouve à dire c'est ça. Ne joue pas. Il croyait réellement que c'était possible, possible de jouer à ça ? Shaolan a une valeur inestimable alors ce n'est pas un jeu. C'est un choix, celui de lui rendre sa liberté pour qu'il trouve quelqu'un à sa hauteur. Et si Kun doit les briser dans ce procédé, il le fera. Il le fait, là maintenant. Et ça fait mal. C'est une lame qu'il leur enfonce à tous les deux. Un coup de poignard en plein cœur, mérité pour lui, terrible pour Shaolan. Parce que Kun l'a trompé. Il a brisé leur union et il doit le payer. Lui offrir mieux alors il attaque. Et ses oreilles semblent comme sourdes aux plaintes de Shaolan. Stop ? Non, ce n'était pas possible. Kun avait compris que dès qu'il était allé voir ailleurs, ça ne s'arrêterait pas. Ils étaient comme un château de cartes sur lequel il soufflait. Parce que Shaolan est un as et lui un simple valet. Il est hors d'atteinte. C'est une ombre derrière laquelle Kun ne peut que courir. Acquiescer, obéir. Il a été élevé comme ça. Sa volonté presque annihilée pour ses beaux yeux, grâce à l'amour et l'affection de toujours.

Pendant un instant, Kun a envie de lui obéir. D'arrêter. De le faire sourire et de lui dire qu'il l'aime, qu'il est la plus belle chose dans sa vie. Oui, une part de lui garde toujours cet amour insatisfait. éternel malgré ses erreurs, ces nuits déplorables à tout briser. La voix de Shaolan est une torture, surtout parce que Kun ne peut exaucer ses vœux. Pas cette fois. Il ne peut pas reculer. Il sait déjà que Shaolan le soupçonne de quelque chose. Oui, il l'a sentie cette culpabilité, celle qui le retourne dans leur lit. Parce qu'il y a des soirs où Kun regrette. Il a dû mal à se l'avouer mais ça lui arrive. Pendant une seconde, il repense à eux. et il se demande si ce n'est pas la pire connerie de sa vie : la destruction. Pourtant il ferme à nouveau les yeux et retourne dans cette belle idée qu'il n'est rien. Inutile, mal-aimé et délaissé par Shaolan. Il ne voit que lui-même et cette pièce vide. Shaolan toujours occupé à préparer des festivals, faire de la musique ou juste à être charmant avec les autres. Et il le hait quand il est face à ces courbes. Il le veut à lui tout seul mais c'est contre-nature. Pas dans l'ordre des choses alors il renonce.

Il balbutie, cherche ses mots. Silence. Kun ne le lâche pas du regard. Sauf qu'il ne voit que deux paupières, tiraillées sous ses mots. Sous le mal verbal qu'il lui offre. Et l'amertume revient. Il passe de plaintes à cette dureté, à cette attitude de petit bourge. Kun se sent con, il lui fait perdre son temps après tout. « Pas envie que quoi ? Que je ne sois plus là pour t'obéir tout le temps ? » Ses yeux dérivent puis ils reviennent sur Shaolan. « Pour t'aimer ? Mais toi, tu ne m'aimes pas. Tu ne m'as jamais aimé. Non, tu préfères l'emprise que tu as sur moi, hein ? » Il s'approche. Prédateur, l'amour disparaît derrière ses orbites, invisible. Seule la colère semble le contrôler, quoique ça reste à voir. Kun observe le visage de Shaolan un instant. Il est beau ; façade agréable mais derrière, était-ce le cas ? Sans lui demander son avis, Kun vient le frôler de ses lèvres. Puis c'est le baiser à sens unique. Kun plaque ses lippes sur celles de Shaolan et sa main vient se poser sur son cœur. Il reste là, un instant à goûter au passé. à chercher le pourquoi du comment. « Est-ce que ton cœur bat pour respirer ou parce que tu m'aimes ? » Question débile. « On sait tous les deux que c'est pour l'oxygène. » Il s'éloigne contre cette voix intérieure qui le pousse vers Shaolan, vers ses lèvres pour tout effacer. Kun n'a plus le droit d'être là. « Tu peux retourner à tes boutiques puisque je ne suis qu'une perte de temps. » Dernier regard. Conclusion terrible. Il l'aime. Encore et toujours.

© mistogan
Li Shaolan
avatar

Célébrité : jjy
Messages : 52
Date d'inscription : 21/01/2017
Chèvre
Age : 26
Argent : 255
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Dirigeant, prince jasmin

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE PRINCE JASMIN

hautes lumières
kun & shaolan


Est-ce vraiment la fin entre eux ? Après toutes les années, tous ce qu’ils ont traversé ensemble. Ce serait aussi facile que ça…Shaolan n’a jamais imaginé, auparavant, qu’une fin puisse être possible entre eux. Les choses ne lui ont jamais apparues autrement. Impossible. Kun et lui. Lui et Kun. C’était simple et évident, mais peut-être plus maintenant. Ou avait-il été le seul à continuer de penser ainsi. Il ne peut pas l’accepter. Son esprit, tout son corps, se refusent à envisager une telle éventualité. Pourtant, elle lui semble fatale. Comment faire autrement quand la seule façon de communiquer qui semble encore exister entre eux est en se faisant du mal. Si l’un ouvre la bouche, c’est certainement pour blesser l’autre. Comme une multitude de petites aiguilles aiguisées qu’ils s’amusent à s’enfoncer chacun dans la peau de l’autre. On ne sent pas la piqûre au début, elle est dérisoire. Mais quand d’autres s’en suivent, l’une après l’autre, sans arrêt. La douleur se répand. Et il la sent parfaitement, à présent. Il ne comprend plus ce qui se passe à l’intérieur de la tête de son petit-ami. Il n’avait besoin que d’un simple regard avant pour que Kun se transforme en un livre ouvert. Aujourd’hui, tout est flou. Un brouillard obscurcit sa vision, et il a peur de tendre le bras parce qu’il n’est même plus certain de réussir à retrouver la main de Kun. Il donnerait tout juste pour entrelacer leurs doigts et voir le sourire de Kun. Comme avant. Il n’est qu’un gosse, réellement. Et il a besoin de son repère. De Kun, sa haute tour sur laquelle il peut se reposer à n’importe quel moment.

L’obéissance, ce mot n’est plus de l’ordre du jour entre eux. Il y’a des années, alors qu’il n’était qu’un enfant, c’était ce que son père lui avait promis en amenant Kun dans sa vie. Un garçon de son âge transformé en poupée de chair et de sang, sur laquelle son emprise est la plus totale. Pourtant, cela fait des années qu’il ne voit plus leur relation ainsi, il ne pense pas du moins que ce soit le cas. Mais Kun semble voir les choses autrement, alors il se rebelle. Il ne veut plus obéir. Ça fait de plus en plus mal. Il se sent acculé et pas seulement par le mur froid où repose son dos. Pour la première fois, le prédateur est en danger. Situation nouvelle, déroutante. Il ne sait pas quoi faire ni comment agir. Les rôles ne sont pas supposés être ainsi. Il est une proie. Pauvre bambi devant le chasseur. Kun remet tout en cause, son amour, l’authenticité de ses sentiments. A ses yeux, c’est comme s’il traitait toute leur relation de simple chimère. Des années à s’aimer pour ça…Et ce baiser, il n’a plus sa place entre eux. Il est froid et violent. Shaolan n’y répond même pas. Les lèvres closes, la bouche muette. Et la main de Shaolan empoigne son homme par le haut de sa chemise, il rapproche leurs visages. Ils ne sont qu’à quelques millimètres mais il ne compte en aucun cas briser cette pauvre distance entre eux. C’est trop. Kun l’a trop poussé. Ses pieds sont sur le rebord de la falaise et Shaolan n’a pas la moindre envie de rendre son dernier souffle. « Je ne t’ai jamais aimé ? Mon cœur ne bat pas pour t’aimer ? Tu es une perte de temps ? » Il répète, mot pour mot, les dires de l’autre. Le regard dur et sa poigne plus forte. « Tu penses vraiment ça ? T’essayes de te convaincre ainsi ? » Il relâche sa prise, ses mains remontent doucement contre le cou de Kun puis encadrent son beau visage, ses doigts glissent des mèches rebelles sous son oreille. Il veut avoir une vision claire de son visage, de ses magnifiques traits. « C’est ce que tu te répètes pour te donner bonne conscience quand tu me trompes chaque soir avec une personne différente, Kun ? » Il n’a pas la moindre émotion dans sa voix, pas de rancune ou de tristesse. C’est juste une vérité qu’il constate, qui lui pèse sur les épaules. Est-ce que Kun l’a pris pour un imbécile ? « Tu penses encore avoir le droit de douter de mon amour quand je te ne suffis plus ? » Il veut tant raffermir sa prise sur la tête de Kun, le voir éclater en morceaux pour tout le mal qu’il lui fait.


© mistogan
Shen Kun
avatar

Célébrité : lee jonhyun
Messages : 51
Date d'inscription : 21/01/2017
Argent : 323
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : garde du corps de shaolan ; fenghuang (résidents) ;

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FENGHUANG

hautes lumières
kun & shaolan


étrange. Oui, rien que la sensation des lèvres de Shaolan. De ce baiser vide de sens. Kun est seul et il le sait. Ce n'est pas à eux. Là, maintenant ils ne sont rien. Et pourtant, Kun est partagé. Colère et sentiments. Il l'aime une minute, le déteste celle d'après. Il l'a rendu faible. Lui a fait miroiter le bonheur, sauf que Kun n'est pas le bon candidat. Enfin, plus. Il préfère laisser la place. Peut-être qu'il se punit de ne pas être né dans la bonne famille, de ne pas être assez pour lui. Au fond, Kun aurait bien voulu être digne de Shaolan. De son amour, de ses origines et de tout le reste. Mais ce n'est pas le cas. Tout briser, c'est la seule option.

Shaolan ne répond même pas à cette approche. Le dessein de Kun semble marcher. Il commence donc à s'éloigner. à reprendre sa place. Les mots sortant de sa bouche sont des armes pour achever Shaolan. Pour qu'ils se remettent à marcher dans un silence pesant et que leur relation, leurs promesses soient abandonnées et s'envolent avec le vent. Vaine tentative. Kun veut être le maître du jeu pour les sauver mais non. Muet comme une tombe, Shaolan l'attrape par le col de sa chemise. Pourquoi fallait-il toujours qu'il le retienne ? N'était-ce pas déjà assez difficile comme ça ? Et pendant une seconde, Kun s'aveugle. Il voudrait retourner en arrière, ne jamais penser à tout détruire et ne jamais douter. Mais très vite son esprit lui revient. Non, non. Il a choisi. C'est trop tard. Le pire, c'est cet espoir qui sort d'on ne sait où. Peut-être qu'il aurait dû jeter cet anneau et quitter la ville, dégager de la vie de Shaolan et de sa vue pour qu'il le déteste. Oui, pour qu'ils se détestent tous les deux. Ce serait tellement plus simple. Parce que Kun casse, brise et méprise sans savoir où ça l'emmènera. Une route sombre et morne, probablement. C'est sa vision du monde sans Shaolan : il est une coquille vide. Incomplet.

Il le déteste pour ça.
Il s'est imprégné dans ses veines
Dans sa vie, en lui.

L'amour problématique.

Troublé par cette proximité qu'il n'a pas créée, Kun ne résiste pas. Jamais. L'ancien lui refait surface et il ne peut faire qu'une chose : attendre. Oui, attendre que Shaolan parle puisqu'il ne l'embrassera pas. Ils ne sont plus les adolescents d'il y a dix ans. Leurs visages sont proches, seuls de pauvres millimètres les séparent encore. L'attente. Kun qui sent son sale enfoiré de cœur se réanimer. Il aurait préféré que cet organe de malheur n'existe jamais. Que Shaolan ne franchisse jamais la barrière. Les mots. Ses mots Répétés, un par un. Les yeux insensibles de Shaolan et lui qui tombe le masque sous sa poigne de fer. Qui craque, un instant. Tu penses vraiment ça ? Peut-être, aimerait-il répondre. Mais non, aucun son ne sort. Il continue d'écouter. D'être sous son emprise. Les mains de Shaolan disparaissent de son col sous son regard inquisiteur. Elles remontent, viennent jusqu'à lui. Encadrent son visage, le gardent captif. Et ses doigts viennent remettre en place des mèches maladroites. Intérieurement, c'est la fonte des neiges. L'iceberg se fissure. Shaolan a toujours su. Il déjoue cette carapace bien trop facilement. ça a le bon d'irriter Kun. Oui, il est impuissant face à celui qui le connaît presque plus qu'il ne se connaît.

Et c'est le coup de grâce. L'iceberg fond parce que le soleil le brûle. Aucun répit dans cet incendie. Shaolan, ses mots, son regard. Tout brûle, c'est la canicule, le feu de forêt incontrôlable et Kun reste là à brûler. Il l'a dit. Le fait. Son délit, son crime. Il sait. Alors pourquoi ? Les questions fusent dans la tête de Kun. Il se tait un instant, se laisse exploser. Il est de l'essence et Shaolan vient de lui jeter une allumette dessus.

Bataille interne et finalement; il parle. « Alors tu le savais. » Constat. Shaolan est au courant. « Pourquoi t'es encore là ? » Question sérieuse. « Pourquoi tu ne m'as pas déjà dit que tu me détestais ? Que j'étais le pire des connards ? » Il le fixe. Et vient poser ses mains sur les siennes, sur cette prise qu'il a sur lui. « Pourquoi tu restes ? » Peut-être qu'il craque, se morcelle. Kun n'en a aucune idée. Il est amer d'être découvert comme amer de ne pas l'avoir été plus tôt. « Oui, je te trompe. Je couche avec d'autres que toi. Et tu sais pourquoi ? » Esquisse malheureuse, sourire faussé. « Parce que t'es pas là. » Cette absence qui l'a tiraillé pendant de nombreux soirs. Oui, ceux où Kun fixait la porte d'entrée en attendant qu'elle s'ouvre. Sauf qu'il a décidé d'arrêter d'attendre. Après tout, il n'est pas assez bien pour Shaolan. « T'es comme un courant d'air et j'ai l'impression de courir après une chimère. » Les mains de Kun se resserrent sur celles de Shaolan. « Toi et moi, on ne vient pas du même monde. » Et tu le sais.

Kun l'observe. Encore et toujours. Ce putain de visage lui coupe toute envie de parler. Il est faible devant Shaolan. Peut-être qu'il le restera toute sa misérable vie. « Regarde-toi. » Sa main vient caresser le visage de Shaolan tandis que l'autre reste sur celle qui le retient. Geste étrangement affectueux vu la situation. « Tu es beau, intelligent et drôle. Quand tu souris, tout s'illumine...T'as une bonne réputation, de l'argent et du pouvoir. Comment tu pourrais aimer quelqu'un comme moi ? » Rire nerveux. « Pourquoi tu le ferais ? » Kun retire sa main, comme si ce contact le brûlait. L'acide vérité. « Je ne suis pas digne de toi. » mais je t'aime quand même.

Kun empoigne les mains de Shaolan. Et il serre. Retrouve cette facette froide. Ce masque si confortable. Parce que c'est plus simple. Il doit le faire. « Juste pour que tu saches, je vais continuer. à te tromper, à en baiser d'autres. Assez pour que tu me haïsses, pour que mon prénom te brûle lorsque tu le prononces, pour que mon visage te soit insupportable. C'est la seule solution pour qu'on soit libres, non ? »

© mistogan
Li Shaolan
avatar

Célébrité : jjy
Messages : 52
Date d'inscription : 21/01/2017
Chèvre
Age : 26
Argent : 255
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Dirigeant, prince jasmin

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE PRINCE JASMIN

hautes lumières
kun & shaolan

Kun. Il est censé le protéger. Il est censé le chérir plus que sa propre vie, plus que n’importe quelle autre chose dans ce monde. C’est ça son rôle, c’est pour ça qu’il est entré dans sa vie. Il est censé l’alléger du moindre poids qui se poserait sur ses épaules ; fort et imperturbable. Si Shaolan est le monde, Kun est Atlas. Mais peut-être qu’au final, le poids est beaucoup trop lourd, que même les épaules solides du brun ne puissent plus rien y faire. Shaolan ne veut pas y croire. Il a tenu depuis si longtemps, des années qu’il tient fermement sur ses deux pieds, solide comme un roc. A ses yeux, Kun est fait d’acier et il est imbattable. Cependant, cette force n’était pas censée se retourner contre lui. Kun ne veut plus être un pantin, et le baiser qu’il lui offre n’a aucun goût. Il est fade et froid. Comme les nuits qu’ils partagent à présent. Pourquoi…Shaolan veut arrêter de se poser la question. Ça ne cesse de faire mal. Son cœur tremble à chaque parole de l’autre, ses poings se resserrent…qu’est-il censé faire ? comment agir ? devant les reproches de l’autre et ses attaques. Kun pense-t-il au moins à lui en parlant ainsi ? Une seconde, Shaolan a l’impression d’être face à un étranger, comme si un démon inconnu avait pris possession du corps de l’autre chéri. Transformé complétement. Il avait toujours réussi à rapidement taire les quelques élans de révolte chez Kun. Un sourire et une caresse, il redevenait un chiot prêt à obéir. Mais c’est différent maintenant. Il semble en avoir assez, sans raisons. Ce mal être qui ronge leur relation depuis longtemps, qu’aucun n’a jamais voulu s’avouer. Parce que, de base, les fondations de leur relation sont malsaines. Il devait bien y avoir un moment où tout s’effondre, à forcer de tenter d’escalader en haut. Sans regarder en arrière, sans protection. Et la chute n’en fait que plus mal, douloureuse et inattendue.

C’était plus simple avant, adolescents. Le mental de Kun était moins fort, plus facile à contrôler. Il ne pouvait plus taire le moindre de leurs soucis en l’embrassant ou l’entrainant vers leur chambre, un air de malice au creux des yeux. Il détestait ça. Il détestait Kun de les faire traverser ce genre de chemin, de questionner cette relation idyllique qu’ils étaient censés avoir. Ses longs doigts encadrent le beau visage de Kun. Il ne se lassera jamais de le regarder. Il est magnifique. Ses traits à la fois doux et masculin, ses yeux dans lesquels il aime se perdre, parce qu’avec lui il peut baisser les armes, parce qu’il est en confiance. Il n’en est plus sûr de ça non plus maintenant. Si Kun lui fait du mal, qu’est-il censé attendre des autres ?

Ces mots, ces pensées, ces doutes. Tout ce qu’il gardait au fond de lui, tout ce qui lui tordait l’estomac et lui donnait envie de gerber, son dégoût face aux mains de Kun quand il sait qu’elles ont touché d’autres corps, caressé des formes qui n’étaient pas la sienne. Shaolan extériorise tout. Il n’est pas con, mais il a voulu y jouer en pensant que tout serait plus facile. Et de cet aveu, Kun le gratifie d’une litanie de pourquoi. Pourquoi t’es encore là, pourquoi tu ne m’as pas déjà dit que tu me détestais, pourquoi tu restes…Il aimerait bien, lui aussi, avoir les réponses à toutes ses questions. Oui. Pourquoi il ne déteste pas, pourquoi ne l’a-t-il pas confronté dès qu’il a su, pourquoi ne le détruit-il pas pour se venger. D’autres ont péri pour bien moins. Mais Kun est l’être précieux, intouchable. Au final, il ne sait qui a le plus d’emprise sur l’autre. « Arrête…arrête de jeter le tort sur mes absences. » Il ne veut pas y croire. Etait-il aussi occupé que ça, jusqu’à délaisser son homme et faire apparaitre sur ses beaux traits ce sourire triste et cette amertume. Kun ne s’arrête pas. Il est sans pitié pour lui, chaque mot lui brûle les oreilles. Il continuera à le tromper, encore et encore. Ses yeux se ferment suite à la caresse sur son visage, il veut en profiter. Il ne sait, peut-être que ça sera la dernière. Il soupire. Comment l’autre peut juger de lui-même s’il est assez bien pour lui, s’il est digne…Il n’a pas le droit de choisir pour eux deux, de leur faire autant de mal. « Kun… » c’est presque un gémissement. Une supplication d’arrêter de lui faire du mal, de le prendre dans ses bras et lui murmurer que tout n’est qu’une blague de mauvais goût. « Libre ? Libre de quoi ? Je n’en ai pas envie, moi… Je… » Ses mains retirent celles de Kun d’un geste sec, presque violent. Et il fait un pas en arrière. La distance encore, elle n’est que le reflet de leurs âmes qui se sont éloignées l’une de l’autre après s’être aimées à en mourir. « Comment tu peux oser nous faire ça, me faire ça ? Vas-y, si tu penses pouvoir vivre sans moi. Je ne te haïrais même pas, j’effacerai simplement ton existence. C’est de ça que tu as envie ? » Il passe une main dans ses courts cheveux, il est nerveux, il a mal. Mais il ne lui montrera rien de tout ça. S’il écoutait son cœur, il éclatera en sanglots. Il se blottira contre lui en ne cessant de lui demander pourquoi, de le reprendre parce qu’il ne peut vivre sans lui. Il ne se souvient pas d’un jour sans Kun et il se doit maintenant d’avancer seul. C’est effrayant. Shaolan se sent comme un enfant à qui on va tout enlever. Mais il ne peut rien faire. « Mais ne dit jamais que c’est à cause de moi, ne dit jamais que c’est parce que tu es indigne de moi…Je ne veux plus voir ton visage, c’est clair ? » Et tout prend fin. Il peine à croire que c’est vrai, que ce n’est pas un simple caprice d’un homme dans sa haute tour dans le ciel qui prend un malin à le torturer. Putain. Il que ça s’arrête.

© mistogan
Shen Kun
avatar

Célébrité : lee jonhyun
Messages : 51
Date d'inscription : 21/01/2017
Argent : 323
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : garde du corps de shaolan ; fenghuang (résidents) ;

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FENGHUANG

hautes lumières
kun & shaolan


Paroles qui n'ont aucun sens. Kun cherche à se persuader de ça. Que c'est la seule solution. Qu'il doit tout détruire. Anéantir. Tout, lui y compris. Et c'est ce qu'il fait. Là, devant Shaolan. Oui, son homme. Celui qu'il casse comme une poupée de porcelaine. Celui à qui il assène des milliers de coups. De poignard. Lame tranchante et affûtée. Il sait où viser. Le cœur, la fierté. L'amour ? Il doit faire en sorte que Shaolan le déteste. Continuer. Oui, s'entraîner encore plus bas dans la chute. Retrouver la place que son nom lui donne, ses origines au plus près de leur réalité. Liberté ? Aucune. Parce qu'en détruisant tout, Kun s'emprisonne. Dans le mal, la douleur de ne plus avoir Shaolan. Et personne parce qu'il est tout. Enfin, était. Kun doit mettre au passé leur amour. Leurs promesses, adolescentes et puis scellées par cet anneau. Des paroles en l'air concrétisées, et lui il envoie tout balader. Il gâche tout. Ce temps, ces années. Il en fait un mensonge.

Et eux, il les renie.

Son prénom est chuchoté. Gémissement presque inaudible. Et pourtant, il se demande si c'est vraiment lui. N'est-ce pas un démon qui prend possession de lui ? Oui, et qui efface tout ? Qui retourne le couteau dans la plaie ? Il se le demanderait presque. Tout lui paraît insensé. Kun est comme déconnecté. Pris dans un cauchemar et pourtant, il ne se réveillera pas. Ici, c'est la réalité. Il n'y a pas de place pour les secondes chances. Shaolan ferme les yeux comme Kun a fermé les siens sur lui, sur eux.

La contre-attaque. Libre. Il retire violemment les mains de Kun. Le masque se fissurerait presque. Prévisible, certes. Mais ça n'en fait pas moins mal. Et d'un pas en arrière, Shaolan se recule. Cette distance, devenue si habituelle, elle les retrouve. Se remet entre eux. Et Kun attend. Les reproches, les mots qui mènent aux maux. Il le mérite. Son complexe d'infériorité, ses doutes sur lui ont conduit à ça. L'inévitable point de rupture. Il n'ose même pas affronter son regard. Les paroles de Shaolan lui nouent la gorge. Il se sent nauséeux. Comme une envie de vomir, de lui dire qu'il ne peut pas faire ça. Qu'il retire tout ce qu'il a dit et qu'il veut simplement être avec lui. Sauf que là, il n'y a pas de happy end possible. Kun écoute. Souffre en silence. Parce que même s'il a causé tout ça, ce qu'il ressent brûle toujours. Il aimerait parler mais ça rendrait les choses encore plus difficiles. Et puis la confusion des sentiments s'installerait bien trop vite dans son esprit. L'amour, ou ce qu'il en reste, s'emparerait de sa pauvre âme. Tuerait le démon et puis il anéantirait ses propres efforts. Impossible de concevoir un seul mot.

Parler, c'est se trahir lui-même.

Lui, le coupable. Kun, l'enfoiré. Celui qui gâche tout. Fait du mal à la personne qu'il aime le plus au monde. à celui qui a su faire briller ses yeux. Sauf que l'étincelle s'est affaiblie, et maintenant Kun doit tout laisser. Choisir pour eux, pour lui. Shaolan mérite mieux.

Résigné. Il le regarde une dernière fois. Sait que c'est fini. Il ne veut plus le voir. Il l'a dit. Retenant toujours ce qu'il voudrait lui dire, Kun se retourne. Et il marche. S'échappe, fuit. Prend le peu de dignité, de courage qu'il lui reste pour courir. Partir d'ici et obéir. Une dernière fois. Son cœur est lourd, ses pas encore plus. Il voudrait se retourner, le retrouver mais c'est impossible.

C'est fini.

Terminé, adieu nos amours.

© mistogan
Contenu sponsorisé



 
les hautes lumières (kun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Quel est l'intérêt d'exposer un RAW à droite ?
» Compact expert (fuji X10)
» Dans les hautes lumières
» Questions sur l'histogramme / hautes lumières/noir
» K7 : compensation hautes lumières / ombres
Page 1 sur 1
Sauter vers: