L'année 1976 fut désastreuse pour Xian. La guerre défigura ses nombreuses bâtisses, la transformant en de vulgaires ruines. Fort heureusement, on entreprit de la reconstruire tout en conservant cet aspect traditionnel. Ainsi, s'apparente-t-elle au jardin Yuyuan, à Shanghai : de belles plantes odorantes s'épanouissent en fabuleux bouquets et ses illuminations soulignent une architecture grandiose. Mais il est une merveilleuse fleur se déployant en son sein. D'un rouge insolent, ses luminescences chatoyantes caressent une étendue d'eau. Le son des tambours et l'odeur du bois confèrent une aura à la fois chaleureuse et fastueuse... on l'appelle le "Lotus rouge". Ce somptueux édifice appartenait autrefois à la royauté en tant que palais. Néanmoins, il fut reconverti en hôtel il y a de cela dix ans par le nouveau président Yao Ping. En effet, ce dernier était désireux d'attirer une clientèle de tout horizon. Depuis lors, le Lotus rouge concentre diverses activités commerciales et politiques, favorisant par là même le tourisme. (poursuivre la lecture)

Yuan Li Wei
avatar

Célébrité : Du Juan
Messages : 333
Date d'inscription : 10/01/2017
Buffle
Age : 32
Argent : 454
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Mafia: chef d'unité de renseignements (écrivain à ses heures perdues sous le nom de plume Khan).

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE RENARD À NEUF QUEUES


« why does it hurt so much not to hurt ? »
JANSSEN & LIWEI

Qui était cette saleté qui se collait aux basques de … Oh non ! Elle ne le définirait pas, elle ne le nommerait pas ! Il ne le méritait pas, lui qui foutait sa queue partout, dans tous ces trous dégueulasses : impardonnable. Qu’on le répète bien : ce qui est à Liwei reste à Liwei, qu’importe la nature de la relation. Liwei ne prête pas, Liwei s’attache trop pour prêter. Trop stressée, trop énervée, elle ne prit même pas la peine d’appeler un chauffeur. Elle marcherait, et elle espérait décompresser grâce à cela. Mais rien n’y faisait, elle faisait claquer ses talons dans les rues pavées, sa rage imprégnait les lieux et son regard tuait les passants.

Elle ne sut combien de temps elle mit pour rejoindre sa piaule mais une fois arrivée, il ne pouvait pas l’ignorer. De multiples fois, elle frappa à sa porte violemment, lui donnant même un coup de pied avant qu’il n’ouvre. Dieu qu’il était beau avec sa tête de connard. Il était en effet très rare d’observer des yeux couleurs ciel dans cette ville et Liwei avait parfois le privilège de les contempler de très près et justement, elle ne pouvait supporter qu’une autre ou qu’un autre puisse goûter au même fruit qu’elle. Elle n’attendit pas qu’il ouvre la bouche pour entrer dans son appartement. Elle se déchaussa et jeta son sac à main sur le sol sans se soucier de casser quelque chose. « T’es un putain d’enfoiré. C’est qui cette pétasse ? Je t’ai vu hier sale connard. Tu te crois tout permis ou quoi ? » Elle le poussa, ne le laissant même pas parler. « Tu ferais bien de mettre dans ta tête que justement, tu fais pas comme tu veux et que tu baises pas n’importe qui ! » Oui, Liwei était plutôt du genre violente et passionnée quand elle appréciait beaucoup quelqu’un – même si elle n’osait se l’avouer. « J’vais la buter et toi avec, tu comprends ça ? »



Elle laisse le rouge s'enfuir...  — Et le sel ronger.
Mori Janssen
avatar

Célébrité : henrik holm
Messages : 59
Date d'inscription : 21/01/2017
Chien
Age : 23
Argent : 383
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : petit dealer qui prend de l'ampleur

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

QILING

Tu n’es pas un pauvre type. Tu aimes juste un peu trop la luxure. Sauf que ça ne plait pas à toutes. D’ailleurs, ta chère et tendre sait te le faire savoir. A peine tu lui ouvres la porte qu’elle jette ses affaires un peu partout et qu’elle commence à parler dans une poissonnière pour te montrer son énervement. Ah oui hier. Tu t’en souviens de cette baby pouf qui t’avait branché rapidement alors que c’était plutôt le grand type ténébreux que tu zieutais. Mais pour liwei la version était différente : tu as couché avec elle selon elle. cette idée te fait doucement sourire ; ce n’était pas ton genre de nana du tout, mais bon, la belle brune n’était pas devin, donc elle n’avait pas pu deviner. Tu pousses un léger grognement alors qu’elle te pousse, déballant ses insultes comme unique bagages alors que tu attrapes vivement ses coudes pour tenter de la contenir, la dépassant grandement de ton mètre 90. « - doucement catwoman, tu vas te blesser si tu continues. » que tu lâches en ricanant, passant une main sur son menton pour le soulever afin que la belle te regarde droit dans les yeux, approchant subtilement tes lèvres des siennes, narquois « - et puis tu dois savoir que je n’ai que des goûts de luxe non ? » tu murmures de ton éternel sourire charmeur et insolent. Tu te redresses alors, reculant de quelques pas pour retirer la cigarette coincée derrière ton oreille que tu allumes directement. « - c’était une fille charmante cette ruka, tu as tort de la critiquer tu sais. » tu es plaisantin, surtout quand tu sais toi-même très bien qu’elle ne t’intéressait pas du tout, surtout quand tu as le privilège de posséder une femme aussi sublime et aussi puissante que liwei. Tu t’avances avant de te poser sur ton canapé, presque te jetant dessus avant de souffler « - allez viens. Tu sais très bien que je m’en fous de cette fille non ? »
Yuan Li Wei
avatar

Célébrité : Du Juan
Messages : 333
Date d'inscription : 10/01/2017
Buffle
Age : 32
Argent : 454
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Mafia: chef d'unité de renseignements (écrivain à ses heures perdues sous le nom de plume Khan).

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE RENARD À NEUF QUEUES


« why does it hurt so much not to hurt ? »
JANSSEN & LIWEI

Il était grand. Liwei aussi, pour une Chinoise mais elle se sentait toujours petite et vulnérable face à l’homme, sans doute, le plus grand de la ville. Il était jeune et imposant et son regard océan la rendait bien trop faible à son goût. Ses mains étaient sèches sur le visage lisse de la Xianoise, mais c’est ce qu’elle appréciait. Janssen ne faisait pas d’effort pour être beau, il dégageait une aura virile et hypnotique. Avec sa fierté de tigresse, Liwei avait souvent du mal à l’admettre, mais elle lui cédait bien trop de choses à cause de cela. Son regard ne dévia pas lorsque celui du géant se fixa dans le sien. Son égo prendrait un coup si elle osait regarder ailleurs. La brune n’avait pas l’intention de perdre contre lui. « Je ne suis pas fragile Janssen, alors je me calme si je veux ! », elle n’était plus aussi excitée dans ses propos qu’avant, mais la hargne restait dans le ton de sa voix. Son regard dérivait sur les lèvres moqueuses du grand blond, agaçant. Le compliment de Janssen ne l’atteignit pas. Une fois plongée dans la jalousie, les oreilles de Liwei n’entendait que ce qu’elles voulaient entendre et dans ce cas, c’était des excuses, des promesses et du réconfort. « Ruka… » Une Japonaise. Janssen était-il conscient qu’il n’aurait pas du nommer cette demoiselle ? Que si elle était restée anonyme, sa vie ne serait pas devenue difficile si rapidement.

Alors que le blond se posait sur le canapé, Liwei attrapa son téléphone portable pour envoyer un message à l’un de ses gars afin qu’il recherche la rivale présumée. Il fallait qu’elle comprenne qu’on ne s’attaque pas comme cela aux propriétés de la brune. Une fois fait, elle s’approcha de lui pour s’asseoir sur ses cuisses développées. « Non je ne le sais pas. » Son visage restait de marbre et son corps rigide. Elle était chiante, elle le savait. Mais Janssen l’avait mérité. « Je sais que j’aime pas partager. »




Elle laisse le rouge s'enfuir...  — Et le sel ronger.
Mori Janssen
avatar

Célébrité : henrik holm
Messages : 59
Date d'inscription : 21/01/2017
Chien
Age : 23
Argent : 383
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : petit dealer qui prend de l'ampleur

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

QILING

T’avais cet éternel sourire taquin sur le visage. Ça t’amusait de voir comment une femme pouvait s’enflammer à ce point pour simplement une caresse dans les cheveux, échangée avec une autre asiatique. Alors oui, tu entendais bien ce que ta belle disait, mais un côté juvénile et insolent ressortait sans cesse de ton attitude. Rien n’avait d’importance, pas même la colère de liwei. Dans ta tête c’était un peu comme un message à répétition qui passait et qui disait : elle est affreusement sexy quand elle se met en colère. Tu t’installas sur le canapé et avachis ton buste pour être plus confortable, levant tes yeux au ciel avant d’accueillir la furie sans rechigner sur tes genoux. Tu l’aimais beaucoup cette femme, elle avait quelque chose de dominant et de puissant et pourtant, tu avais un certain ascendant sur elle avec lequel tu jouais ; cela était certainement dû à ton charme nordique rien d’autre. tu glissas une main dans son dos avant de hausser tes sourcils : sale habitude que tu as pris dans n’importe quelle occasion et ici donc, pour la convaincre de se calmer. Liwei ne te faisait pas de peine, en vérité tu trouvais ça plutôt normal comme réaction étant donné que vous étiez amants même si tu n’étais pas aussi hystérique. « - tu n’aimes pas partager mais tu devras le faire. » glissas-tu près de son oreille avant d’en embrasser le cartilage, te replaçant correctement sur le siège. « - il n’y a pas marqué – propriété de liwei – sur mon torse non ? » un sourire léger illumina ton visage de fripouille. Tu aimais la taquiner, l’emmerder, mais tu savais au fond de toi qu’il y avait une part de vraie là-dedans. En effet, tu adorais rendre les gens fous et accrocs à toi, mais ta liberté primait sur le reste, bien que cette beauté orientale avait su te séduire. Une main se posa alors sur la nuque de liwei « - retire ce chignon, c’est trop conventionnel. » quémandas-tu d’un ton léger ; elle devait se détendre, et profiter près de lui au lieu de toujours rester en colère contre le môme éternel que tu étais.
Yuan Li Wei
avatar

Célébrité : Du Juan
Messages : 333
Date d'inscription : 10/01/2017
Buffle
Age : 32
Argent : 454
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Mafia: chef d'unité de renseignements (écrivain à ses heures perdues sous le nom de plume Khan).

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE RENARD À NEUF QUEUES


« why does it hurt so much not to hurt ? »
JANSSEN & LIWEI

« Bien. » répondit-elle complètement frustrée. En réalité, il était hors de question qu’elle lui cède quoi que ce soit d’autre. Non, Liwei ne le partagerait pas, quoiqu’il en coûte, même s’il râle. Son regard noir se plongea dans l’océan de Janssen, pourtant il ne se noyait pas dedans, il y flottait, restait en surface. La fierté de Liwei y jouait son rôle, elle ne voulait pas couler, elle allait le dominer. Néanmoins, la Chinoise avait bien du mal à garder cachés les frissons qui parcouraient sa peau alors que le jeune homme jouait avec la peau de son oreille. Par la suite, elle saisit le haut du blond de ses longs et fins doigts blêmes et le relève jusqu’à lui dénuder le torse. Et avec son index, la brune commence à tracer des idéogrammes sur son torse imberbe lentement, suavement, tout en plongeant son regard fier et plein de défi dans celui du Nordique : propriété de Yuan Liwei. « Pourtant, je le lis bien là... » Un fin sourire orna son visage pâle alors qu’elle planta sois-disant non intentionnellement son ongle dans la peau tout aussi pâle du jeune homme. Elle aimait sa  présence, la domination de sa main sur sa propre nuque, sa main qui faisait la tête de Liwei, elle aimait les rougeurs de ses joues, la blondeur de ses cheveux, le grave de sa voix, ce petit sourcil haussé agaçant, sa jeunesse… Pourtant il l’irritait énormément aussi, il était trop… Libre, trop libre contrairement à elle. Janssen lui demanda de retirer son petit chignon, dire qu’elle l’avait minutieusement préparé, avec ses cheveux courts, elle avait galéré à ce qu’il n’y ait aucune mèche rebelle. « Fais-le toi-même. » Qu’il passe à l’acte s’il voulait quelque chose, peut-être, qui sait, peut-être qu’elle se laisserait faire. Pendant ce temps, elle laissa ses mains s’abandonner aux douces caresses du fin relief de la musculature du jeune homme – oui, elle ne pouvait pas le partager. Soudainement, elle se rapprocha félinement encore, entourant la nuque de Janssen de ses bras fins et délicats sans pour autant dire quelque chose, elle le contemplait, simplement.



Elle laisse le rouge s'enfuir...  — Et le sel ronger.
Mori Janssen
avatar

Célébrité : henrik holm
Messages : 59
Date d'inscription : 21/01/2017
Chien
Age : 23
Argent : 383
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : petit dealer qui prend de l'ampleur

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

QILING

Tu la regardes cette femme. Aussi téméraire que toi et aussi capricieuse qu’un enfant. pourtant elle dégage quelque chose de puissant, si puissant que t’as parfois peur de te faire écraser par sa force et son renom. Alors tu joues le gosse rieur, insolent. Elle aime ça tu le sais. Elle aime te reprendre, nettoyer le coin de tes lèvres ou quand tu dis quelque chose de stupide en public et qu’elle râle sous la honte. Oui. Peut-être que vous n’êtes pas fait pour être ensemble sur la durée. Mais votre histoire, malgré ton envie de liberté, tu ne l’échangerais pour rien au monde. Alors tu gardes ce rictus. Constamment. Comme pour faire comprendre à liwei que tu ne lui appartiendras jamais totalement. Tu n’es pas du genre à consacrer tout ton temps à une femme. Et dieu seul sait que tu aimes les rendre folles, en particulier elle. ton réseau, ton boulot, il n’y a que ça qui compte. Que la drogue qui circule, la beuh qui se fume dans les caves des bars entre deux parties de cartes. Même parfois à l’université. La police veille mais n’est jamais attentive. Et toi janssen tu es là, simple spectateur pour le monde et pourtant acteur en privé. C’est ce qui fait ta force.

Tu regardes la jeune femme te priver de ton tshirt, un sourire malsain, avant de hausser les épaules « - ah…ça m’étais presque échappé. » tu attrapes ses cheveux charbons, la prives de son élastique dans un long mouvement et laisses ainsi le côté sauvage de la chinoise ressortir. « - je te préfère de loin comme ça. » tu fermes les yeux, glissant ses bras autour de cette taille si fine, plus elle te regarde et plus tu sens un désir de la combler grimper sur ton échine. Tes lèvres viennent enfin trouver les siennes. Calmées, apaisées, toujours conquérantes. Toujours pour lui plaire. « - et si tu me donnais une leçon ? »
Yuan Li Wei
avatar

Célébrité : Du Juan
Messages : 333
Date d'inscription : 10/01/2017
Buffle
Age : 32
Argent : 454
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Mafia: chef d'unité de renseignements (écrivain à ses heures perdues sous le nom de plume Khan).

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE RENARD À NEUF QUEUES


« why does it hurt so much not to hurt ? »
JANSSEN & LIWEI

Ses longs doigts se perdirent dans la touffe blonde de l'étranger, Liwei perdait peu à peu sa hargneuse jalousie pour simplement profiter de ce moment, des grandes mains du nordique qui recouvrait des énormes territoires de sa peau pâle. Son regard fixait le rose léger des boutons de chair qui ornait le torse de Janssen – si exotique mais envoûtant. Ce jeune homme était si beau qu'elle ne pouvait que vouloir le garder pour elle-même. Egoïste, oui, Liwei l'était parfois. En ce moment même, elle pensait qu'elle ne le présenterait jamais à sa meilleure amie – elle était trop belle, ce serait courir un trop grand risque, un trop grand risque de plus de le voir s'amuser avec une autre.

Elle laissa un léger rire sincère s'échapper et résonner dans cette petite pièce alors que Janssen s'étonnait faussement d'avoir oublié qu'il lui appartenait. « J'ai conscience que je passe pour une furie Janssen... Mais je n'en ai rien à faire. » Liwei ne changerait pas d'avis. Le blond défit le chignon de la brune et celle-ci en profita pour lui envoyé un regard félin accompagné d'un sourire coquin. S'il le souhaitait, elle allait être sauvage. Ses lèvres acceptèrent la demande de leurs comparses tandis que ses mains froides prirent en coupe le visage du plus jeune. « Il paraît que je suis peu pédagogue, c'est à tes risques et périls. » déclara-t-elle, taquine avant de replonger à la conquête de ses lèvres pulpeuses, se posant bien sur ses genoux de façon à ce que son visage surplombe celui de Janssen, toujours prisonnier des mains de la belle. Elle se recula légèrement pour déboutonner lentement son chemisier blanc et dévoiler sa poitrine libre, trop menue à son goût. Elle dévia le regard, les joues un peu plus roses que d'habitude – sérieusement, elle aurait avoir une poitrine plus avantageuse. Néanmoins, elle reprit constance et ses lèvres saluèrent par la suite la peau blanche de la mâchoire du jeune homme, descendant toujours un peu plus bas, jusqu'au clavicule, prenant bien soin de laisser une ou deux marques, têtue. Puis soudain, elle se redressa complètement, hors du canapé et attrapa sa chemise, un large sourire aux lèvres. « Fin de la leçon ! » Joueuse.



Elle laisse le rouge s'enfuir...  — Et le sel ronger.
Mori Janssen
avatar

Célébrité : henrik holm
Messages : 59
Date d'inscription : 21/01/2017
Chien
Age : 23
Argent : 383
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : petit dealer qui prend de l'ampleur

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

QILING

T’apprécies à la fois le sérieux et la froideur de liwei. Elle est comme un défi. Quand elle ne sourit pas, ou quand elle n’a pas envie de rire, tu deviens obnubilé par le challenge ; celui de la re-séduire, celui de la faire se détendre, elle et son visage trop livide parfois. Le travail doit la dévorer de l’intérieur petit à petit, et même si tu ne sais pas vraiment ce qu’elle fait pour gagner sa croûte, tu as compris, au fond, que c’est une femme de pouvoir et qu’elle a de grandes responsabilités. Ça se voit de suite à sa manière de partir au quart de tour quand tu ne lui obéis pas. et dieu sait que tu n’es pas un gosse docile. Peut-être que ça fait partie de ton charme. Peut-être que tu peux te le permettre parce que partout tu sais retomber sur tes pattes. Alors tu affiches un sourire quand elle s’approche de toi avec son air suspicieux mais amusée. En bonne maitresse d’école, liwei vient enfin t’embrasser, une fois, puis deux. « - je prends le risque. Tu sais que j’adore ça. » Comme un feu vert, tes mains s’accrochent à ses hanches alors qu’elle se sépare petit à petit de sa pudeur, et qu’elle te laisse un bel apriori sur son corps. Ce corps que tu connais presque par cœur, ce corps avec lequel la chinoise a du mal, bien que tu tentes de la rassurer à chaque fois. ta peau se réchauffe à mesure qu’elle fait sauter les boutons. Comme un jeune homme sans expérience, tu dissimules ta maitrise et, alors que ton visage allait plonger dans ce cou qui ne cessait de t’appeler, liwei se redresse, s’emparant de son haut comme pour se cacher. Tu restes un peu béat, les sourcils haussés, les mains glissant sur les côtés avant de secouer la tête comme pour reprendre tes esprits. Tu ne t’avoues pas vaincu. Parce que tu sais qu’au fond elle en a envie elle aussi, que tu la sers contre toi. Alors tu te lèves à ton tour et tu attrapes son bras pour la faire revenir. « - oh non, la leçon n’est pas terminé. Je crois que je n’ai pas encore compris le message. » tes mains se glissent alors sous sa jupe et tu affiches un air un peu puéril. « - peut-être que si tu te débarrasses de ça, ce serait plus clair. »
Contenu sponsorisé



 
« why does it hurt so much not to hurt ? » ft. Janssen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» William Hurt
» Les projets de la BBC
» Chansons dans les films jeunesse
» OS: Hurt ~ Song’ fic ^
» Les textes de chansons qui vous ont marqués!
Page 1 sur 1
Sauter vers: