L'année 1976 fut désastreuse pour Xian. La guerre défigura ses nombreuses bâtisses, la transformant en de vulgaires ruines. Fort heureusement, on entreprit de la reconstruire tout en conservant cet aspect traditionnel. Ainsi, s'apparente-t-elle au jardin Yuyuan, à Shanghai : de belles plantes odorantes s'épanouissent en fabuleux bouquets et ses illuminations soulignent une architecture grandiose. Mais il est une merveilleuse fleur se déployant en son sein. D'un rouge insolent, ses luminescences chatoyantes caressent une étendue d'eau. Le son des tambours et l'odeur du bois confèrent une aura à la fois chaleureuse et fastueuse... on l'appelle le "Lotus rouge". Ce somptueux édifice appartenait autrefois à la royauté en tant que palais. Néanmoins, il fut reconverti en hôtel il y a de cela dix ans par le nouveau président Yao Ping. En effet, ce dernier était désireux d'attirer une clientèle de tout horizon. Depuis lors, le Lotus rouge concentre diverses activités commerciales et politiques, favorisant par là même le tourisme. (poursuivre la lecture)

Huáng Fǔ Wang
avatar

Célébrité : Lee Joon-gi
Messages : 588
Date d'inscription : 10/01/2017
Chien
Age : 34
Argent : 571
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien, Dragon Rouge.

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DRAGON ROUGE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Une douce chaleur caressait mon visage juste après avoir mangé. Le soleil réapparaissait dans la ville de Xian de jour en jour. Il prenait son temps, mais nous ne pouvions le lui reprocher. Les quelques degrés qu'il nous offrait les lendemains étaient toujours agréables. Le printemps arrivait, une saison ravissante. Nous participions au spectacle d'ouverture des fleurs, qui se réveillaient doucement pour nous faire part de leur vivifiante couleur. Les arbres devenaient blancs et d'autres s'habillaient de roses. Chacun choisissait sa tenue favorite. Le ciel bleuté en était tout autant ravi. Cette vue égaillait mes pensées et d'une certaine manière, me permettait de bien digérer. Plus tôt, j'avais mangé rapidement un sandwich que j'avais acheté le matin avant d'aller travailler. Le temps m'avait manqué pour me poser en toute tranquillité parce que j'étais de garde en ville à contrôler les papiers des marchands. Un travail bien pénible du fait d'ennuyer ces grands bosseurs qui se levaient à pas d'heures. Ils se cassaient le dos à porter des charges deux fois plus lourdes que leur poids. Ils vivaient durement pour gagner une minable somme d'argent. Les voir me rappelait toujours mes parents que je n'avais pas rencontrés depuis bien trop longtemps. Ces braves gens, je les avais aidés une fois le marché terminé à nettoyer la place. Je le faisais souvent de bon cœur pour eux qui me donnaient tant (nourritures, boissons, médicaments...) et qui pourtant, n'avaient presque pas d'argent. À mes yeux, ils étaient plus riches que quiconque possédant une montagne de diamants parce que la bonté et la générosité coulaient dans leur sang. Je devais en apprendre toujours plus de ces personnes aux premières apparences de mendiants qui valaient en réalité, la beauté d'une centaine de princes charmants.

Après avoir terminé mon tour de garde en ville le matin, j'étais retourné vers l'hôtel. Je devais en début d'après-midi rencontrer une dirigeante. Une lettre m'était parvenue en toute discrétion de la part du Diamant de Corée la nuit dernière dans ma chambre. Elle souhaitait me rencontrer pour reparler de sa proposition. Une semaine auparavant, elle était venue me retrouver dans les jardins de Xian pour me demander une faveur. Je voulais attendre une semaine pour prendre ma décision par rapport à sa requête. Je préférais prendre un temps de réflexion. Je détestais prendre les décisions hâtivement. Il fallait que je pèse le pour et le contre. Sa demande était assez conséquente par rapport au temps qu'il m'était accordé. Les heures de sommeil s'absentaient depuis bien fort longtemps maintenant, mon corps et mon mental  étaient épuisés. Je ne voulais pas claquer aussi tôt. J'avais encore bien trop à réaliser, à accomplir. Je devais encore vivre pour protéger et me venger. Cependant, il m'était difficile de refuser, vue la position que cette personne occupait. Mon rang de Dragon Rouge pourrait en être affecté. Je devais bien réfléchir à mes actes et aux mots que je devais employer.

Ces derniers temps, je trouvais que j'étais un peu trop connecté avec les dirigeants. Des missions ou bien des requêtes me rapprochaient d'eux, faisant de moi un homme nonchalant. Le fait d'être plus liés était comme une plaie qui me grattait sans cesse. Devoir les rencontrer et leur parler renforçaient mon corps de faiblesse. Il devenait lourd, ne pouvant plus le bouger comme s'il ne voulait pas les retrouver. Mon psychologique fatigué et irrité par ces "célébrités" influençait mon corps, qui se transformer en une larve baveuse et lente, et qui était démotivé de se déplacer. Les dirigeants et moi ne faisaient pas une bonne affaire, car j'avais tendance à parfois perdre mes bonnes manières. La rage flamboyante les englobait tous dans le même panier, la différence n'était plus, seul le titre importait. Dirigeant était une maladie rare dont il fallait se débarrasser rapidement sinon son arrogance et son avarice finiraient pour tous nous tuer. Voilà à quoi j'avais tendance à penser...

Le temps passait lentement. Il était un peu plus de treize heures. Je parcourais actuellement les couloirs de l'hôtel qui me paraissaient d'une longueur infâme. Les secondes qui s'écoulaient lorsque je le traversais me semblaient des minutes. Le soleil à présent caché, la fatigue retombait. Mon corps se traînait comme s'il déplaçait un boulet au pied. L'envie de rejoindre la dame me manquait. Cependant, je devais me ressaisir et affronter, passer cette étape. Par politesse, il fallait que je me présente dans sa chambre et entretenir cette conversation qui paraissait être très importante pour elle. Je devais honneur et fierté à mon rang de Dragon Rouge et prendre en main mes responsabilités.
Après tant de réflexion, voilà que la porte s'imposait devant moi. Marche arrière était impossible à envisager. Je soufflais un grand coup, avant de frapper trois fois. Le corps rigide, bien droit, j'attendais qu'on me donne le signal d'entrer.
 

APPARENCE




Spoiler:
 
Choi Yoo Jin
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo (Jisoo - BlackPink)
Messages : 342
Date d'inscription : 26/01/2017
Singe
Age : 25
Argent : 852
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Héritière et Diamant de Corée

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANTE: LE DIAMANT DE CORÉE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Bientôt treize heure, deux heures de sommeil au compteur. Il ne fallait pas croire qu’être dirigeante était un travail de tout repos. Pour ma part, je ne gérais pas n’importe quel secteur. Des chiffres, des sommes colossales et des investissements personnels. Tout cela pour Xian, je gérais les finances depuis deux ans. Mon père m’avait envoyé ici pour être sa petite marionnette, mais j’étais habitée par autre chose. Non que je décevais tous ses projets, mais je les faisais à ma manière. Fricoter avec le danger, sous tous les angles, c’était devenu une de mes habitudes récemment. Et c’était aussi une des raisons pourquoi mon quota de sommeil s’était considérablement réduit. Bien que je n’étais pas seule dans cette aventure, vivre en terre étrangère loin de ses habitudes était déroutant. Parler une autre langue, s’accoutumer aux autres traditions locales et tenir son rôle était un fardeau que j’avais endossé sans trop réfléchir. Se construire une réputation, basée sur des actes ou des paroles prenait un temps fou, et si je devais faire confiance à quelques personnes, ce n’était pas au hasard.

Envahie par la fatigue et le stress, il s’avérait que j’avais envoyé balader mon assistante la nuit dernière. Pas foutue de faire ce que je lui disais correctement. Il valait mieux que je le fasse moi-même. C’est pourquoi la nuit blanche que je venais de vivre ne me mettait pas dans une position favorable. Des papiers éparpillés sur mon lit, l’ordinateur ouvert trônait au centre, le désordre régnait dans cette chambre. Et moi ? Et bien j’étais sur la table en train de remplir, déchirer, recommencer encore et encore. L’exigence et la perfection faisaient parties de mon éducation. Les rayons du soleil filtrés par les rideaux me rappelèrent que le jour était bien avancé. Soupirant encore, je m’étire et passe une main dans mes cheveux. Il était temps de faire du rangement dans tout ce bazar car j’attendais quelqu’un d’important. Non pas un autre dirigeant, mais quelqu’un qui j’espérais ne me décevrai pas. Huang Fu Wang. Cet homme était intriguant, mais d’après ce que j’avais pu voir, et même remarqué lors de ma rencontre avec lui il y a une semaine, c’était son ambition. Elle flamboie dans ses yeux sombres, je peux le percevoir. De plus, son parcours en était la preuve. J’étais très bien informée lorsqu’une personne m’intéressait, mais je ne dirai pas comment j’ai obtenu ses informations.
Attendre ne me dérangeait pas, je n’étais si pressée, et le fait qu’il considère sérieusement ma proposition me fit doucement sourire. Cependant, il était temps de connaître la réponse de cet enfant roi. Je doutais fortement qu’il m’apprécie, comme pas mal de monde dans cette ville que j’ai aimé, adoré puis détesté et haïe. Après tout, les dirigeants, soit on les aimes, on les envie, soit on les déteste ou on les craint. Je suis plutôt enviée à cause de mon apparence de poupée, et je ne me cache pas du fait que je me trouve très jolie. Pourquoi rester modeste quand il s’agit de la vérité ? Quoi que la beauté ne faisait pas tout. Faire les beaux yeux, je savais bien le faire, c’était devenu une tactique infaillible que je ne risquais pas d’abandonner de si tôt. C’est peut-être de cette façon que j’avais convaincu mon père de venir ici, toute seule. Être sous contrôle permanent de son père était plus détestable que vivre ici. Quand bien même si je désirais de la liberté, être ainsi « prisonnière » de cette ville gardée, ma famille me manquait terriblement. J’avais passé des nuits à pleurer, à maudire ma condition de fille de bonne famille et parfois même mon caractère complexe.

Rangeant ce qui devait être rangé, je décide de me rendre plus présentable. Ma réputation devait se tenir devant un invité. C’était une règle à laquelle je ne pouvais déroger.
Le Diamant de Corée. Mon titre, mon rang ou peu importe, je m’en fichais un peu, mais je devais reconnaître que ce nom me donnait bien des avantages. Je n’étais pas si farouche contrairement à certains de mes congénères, mais je n’en étais pas moins dangereuse. S’il fallait bien éviter une chose, c’était de me mettre en colère. Bien sûr, Wang pourrait bien me mettre en colère, mais je ferai en sorte de ne pas m’emporter. Il était la clé d’un plan important et perdre un « pion » aussi avantageux que lui m’irriterait plus. Finissant de me préparer, c’est en regardant par la fenêtre la ville battre son plein que trois coups distincts m’annoncent la venue de la personne que j’attendais.
Sans déporter mon regard du paysage, je lâche un clair « Entrez ». Je n’étais pas vraiment d’humeur à jouer les cruches, alors autant faire « cartes sur table » comme on disait. S’il allait effectivement accepter ma proposition, alors il serait amené à cerner mon vrai visage, ce que je laissais rarement échapper devant les habitants de Xian.

Je me tourne calmement vers la porte d’entrée avant de me rapprocher d’un pas léger et de sourire calmement, tendant une main qui se veut honnête vers Wang. Je suis d’abord une femme d’affaire, et serrer la main de quelqu’un me permet immédiatement de cerner le mental de cette personne. La poigne forte, c’est qu’il est déterminé et confiant. Une poigne faible me poussera à me montrer plus ferme. Mais je doute en arriver là avec Wang.

« Bonjour » dis-je avec politesse. « Entrez, je vous en prie »

La carrure de cet homme m’impressionnait. Il inspirait le respect, et la sécurité. Ce n’était pas pour rien qu’il était un Dragon Rouge. Bien que ses traits étaient marqués par la fatigue, il n’en restait pas moins séduisant, parole de Yoo Jin. L’invitant à s’asseoir sur l’un des sièges du salon, je m’assois également après avoir posé une tasse de thé face à lui.

« Merci d’être venu, je ne vais pas tourner autour du pot, alors…J’espère que vous avez réfléchi à ma proposition avec attention. Certains auraient pu pensé que ce ne sont que des paroles en l’air, mais…ce n’est pas le cas. Si vous avez des questions avant de me donner votre réponse, alors je vous écoute »

Je souris aimablement, croisant mes jambes en jaugeant son attitude.

TENUE
Huáng Fǔ Wang
avatar

Célébrité : Lee Joon-gi
Messages : 588
Date d'inscription : 10/01/2017
Chien
Age : 34
Argent : 571
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien, Dragon Rouge.

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DRAGON ROUGE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Les yeux fermés, le souffle qui tente de se stabiliser, j'attendais une voix ou encore un son qui me préviendrait le fait que je pouvais entrer. Ce fut une voix qui retentit et qui me signalait de passer cette porte. Les yeux ouverts, j'entrais dans la chambre me faisant le plus discret possible. Je refermais la porte derrière moi et j'attendais à l'entrée, les bras croisés dans le dos. La tête haute, l'air sérieux, je restais debout et de marbre devant la dirigeante. Mon regard examinait rapidement la pièce, non pas pour voir si c'était rangé ou non, mais pour savoir si le lieu était sécurisé et bien dans l'intimité. En tant que gardien, je me devais de toujours analyser mon environnement, le comprendre, le calculer et me l'approprier pour faire face à tout événement qui pourrait arriver. Pour atteindre le rang de Dragon Rouge, il fallait avoir une petite couche de paranoïa en soi. Nous devions nous méfier, être sur nos gardes. Nos esprits n'étaient jamais en paix. Cependant, nous ne pouvions pas perdre la fasse. Garder le moral et les idées claires importaient. Cette main que me tendait le Diamant de Corée, je devais la prendre pour ne pas paraître pour un fou. Cette main aux doigts fins et si soignés qu'elle me tendait, elle semblait si fragile. Un instant, je regardais vaguement les miennes. Ces dernières étaient sales et rêches, je ne pouvais me permettre de la serrer car c'était bien trop impoli. Alors, à cette main délicatement tendue, je l'entourais doucement jusqu'aux premières phalanges. « Pardonnez-moi, mais je ne peux prendre votre main davantage. Les miennes sont sales et je ne voudrais dénigrer la délicate. »  À la fin de cette phrase, je saluais la dirigeante, tête baissée. Un court instant après, je relâchais sa main pour que la mienne retrouve refuge dans mon dos. Le visage haut, je restais silencieux en attendant qu'elle débute la conversation.

Elle se dirigeait vers son salon pour prendre place sur un siège. Elle me faisait signe de la rejoindre. Sans attendre, je prenais place également sur un autre siège. Je regardais la théière qui trônait sur la table avec deux tasses. Avec grâce, elle me servit du thé. Avant qu'elle pose la tasse devant moi, j'accompagnais son geste en touchant le bout de ses doigts. Je pouvais mourir pour cette imprudence. Sur le siège, je pris soin de me redresser et de rejoindre mes mains sur mes jambes. J'écoutais ses mots et je regardais son sourire traçait à la fin. Mes yeux ne s'attardaient pas sur ses jambes qui venaient de se croiser, peur d'être pris pour un bestial. Cependant, je voyais très bien dans mon champ de vision, ces membres minces et dévêtus qui pouvaient enflammer tout homme qui se laissait envahir par le désir. Néanmoins, je me contrôlais. Je n'étais surtout pas intéressé. Aucune femme n'attirait mon attention. D'ailleurs, certains pensaient que j'étais gay. Ils disaient que si je convoitais autant le service des Belles Dames, c'était uniquement pour me rassurer et dévier cette rumeur. Pourtant, la raison était-elle que mon cœur était déjà pris et scellé à une autre âme. Voilà bien des années que je ne m'attardais plus sur une autre femme, sur l'amour en général. Mon cœur battait déjà pour un être qui m'était cher et disparu. Même s'il n'était plus sur cette Terre, mon amour pour cette personne vivra pour l'éternité.

Je ne me permettais pas de toucher à ma tasse de thé. J'attendais que mon hôte débute la dégustation en premier. « Merci à vous de m'accueillir dans votre espace d'intimité. De plus, je ne connais ces gens qui se méprennent sur vos mots, mais ce n'est pas mon cas. Sans aucun doute, je n'ai pensé que vous manquiez à vos paroles. » Il me fallait mettre les choses a plat et partir sur une bonne base. Non pas parce que je voulais m'en faire une amie, mais plutôt une bonne compagnie. Il me serait inconfortable d'entretenir une conversation dans une ambiance mise à mal. « Je serais clair avec vous comme vous l'êtes avec moi. Le temps me manque et la fatigue me pèse. Je ne pourrais assurer constamment votre sécurité. Toutefois, je peux m'en assurer à distance. Je peux vous proposer l'un de mes subordonnés en qui ma confiance règne. Je pourrais prendre le relais dès que j'en aurais la liberté. Cependant, pour vous protéger, il va falloir coopérer.  J'aurais besoin de votre numéro de téléphone pour que nous puissions nous contacter à tout moment. Lors de vos déplacements, il faudra m'en avertir à l'avance également afin de ne jamais trop m'écarter du secteur dans lequel vous allez vous trouver. » J'en demandais peut-être beaucoup, mais je me devais être net et précis par rapport à sa demande. Je ne cherchais pas à lui mentir sur le fait que j'étais très occupé et que je ne pouvais pas assurer son entière protection. J'avais sur le dos, la sécurité de tout le peuple xianois et je ne pouvais me permettre de consacrer tout mon temps à une seule personne. Cela n'était pas ma fonction. Je n'étais pas un garde du corps, mais un gardien. Je ne pouvais pas non plus refuser sa sollicitation. Je me devais de protéger toute personne qui en sentait le besoin. C'était un devoir que je m'infligeais seul. « Acceptez-vous mes conditions mademoiselle Choi ? » Je la regardais droit dans les yeux essayant de lui prouver que je n'étais pas un charlatan. « Je ne veux pas me montrer condescendant à votre égard, je ne me le permettrais pas. Mais comprenez-moi mademoiselle, je me dois d'être raisonnable et réfléchi par rapport à ma situation et au rang que j'occupe. »
 

APPARENCE




Spoiler:
 
Choi Yoo Jin
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo (Jisoo - BlackPink)
Messages : 342
Date d'inscription : 26/01/2017
Singe
Age : 25
Argent : 852
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Héritière et Diamant de Corée

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANTE: LE DIAMANT DE CORÉE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Ses remarques quant à ses mains m’arrache un petit rire. Pensait-il que je n’avais jamais touché quoi que ce soit de sale ? Lors de mon adolescence, à Séoul, j’avais pu expérimenter les camps étudiants, nettoyer, salir, renverser, bref, tout ce qui était de plus normal.
« Oh, je ne m’en préoccupe pas, je ne suis pas si à cheval sur ce genre de détails » avais-je ajouté avant de servir le thé.

Une gorgée de thé, puis j’écoute les mots de mon invité. Tellement de politesse que j’avais l’impression d’être la reine d’Angleterre. Cela me fit doucement sourire, bien que je ne méritais pas autant de respect. Evidemment, protéger la ville et les citoyens n’était pas un métier que j’enviais le plus, mais j’admirais ceux qui avaient cette dévotion sans faille envers leur citoyen. Je repose ma tasse en gardant ma composure. Puis, je songe, encore et encore, comme perdue dans mes pensées.

« Bien sûr, je comprends »

Moi-même je partageais son appréhension quant à la charge colossale qui pesait sur ses épaules, quoi que plus larges que les miennes, mais tout aussi fragiles. Me redressant contre le dossier du fauteuil, je ne réponds pas immédiatement. Lui infuserais-je de la peur ? Non pas de la peur, plutôt de la crainte. Parce que je suis une dirigeante ? Parce que je peux ordonner à tout moment de le bannir de ses fonctions ? Je n’étais pas si cruelle, du moment que l’on ne contrecarrait pas mes plans. Sans répondre à sa question, j’enchaîne également sur ma proposition.

« Vous savez, Monsieur Huang Fu, j’ai peut-être l’air d’être une poupée souriante, naïve et ignorante de ce qui se trame dans cette ville. Cependant -je marque une pause-, je tiens à vous prévenir que si effectivement vous acceptez ces termes, vous serez amené à me voir sous bien d’autres angles qui ne jouent pas en ma faveur. Si je vous l’ai demandé à vous, et non à d’autres personnes qui auraient très bien pu assumer ce poste, c’est parce que je sais que vous êtes intéressé par autre chose. Je ne peux dire quoi, je ne suis pas médium. »

Je me lève, croisant mes bras sur ma poitrine en faisant les cents pas dans la pièce, de long en large. Lâchant un soupire je finis par dire.

« Evidemment, je ne suis pas si infâme au point de vous faire mourir de fatigue. Cela ne serait que du pur gâchis. » dis-je en baissant la voix puis je m’arrête et lui fait face. « Vos conditions sont abordables, je m’attendais à autres choses pour être honnête. Je les accepte, mais j’ai d’autres points à aborder. »

Un sourire éclair traverse mon visage puis je me rassois pour boire ma tasse de thé. Une part de moi était soulagée, et l’autre restait alerte.

« Connaissez-vous ce proverbe coréen : « Travail commencé est moitié fait » ?. Dans ce cas, dès maintenant, je vais agir de manière confortable, et cela commence par votre prénom. Wang. Quand j’accorde ma confiance à quelqu’un, je préfère entretenir une relation amicale, c’est pour cela que Mademoiselle Choi, comme vous dîtes, me déplaît. Yoo Jin suffira très bien. Deuxièmement, pas de vouvoiements, n’ayez pas peur de me parler comme une amie, ce n’est pas ce qui me manque. Troisièmement, j’ai deux téléphones. Un que j’utilise spécialement pour Xian, et l’autre pour la Corée et l’international. Il va de soi que je te donnerai le numéro qui s’applique ici. Je n’ai pas grand chose à cacher, mais business is business comme ont dit. Ensuite, si je dis, ou fais quelque chose qui te déplait, dis-le. ».

Le pauvre, il devait se sentir tendu par tant d’informations à retenir, et en plus de mon attitude totalement opposée à la précédente. Mais je préférais largement faire ainsi. Cela me permettait de mieux connaître les personnes et ainsi mieux déceler leur attitude, sincères ou non. Puis, je tape mon genou, la partie la plus importante de cette conversation allant presque être évincée. Je me lève de nouveau pour aller chercher une un papier vierge, ainsi qu’un stylo, marmonnant dans ma propre langue quelques paroles sans importances et repris avec un sourire.

« J’en allais oublier une autre chose. Bien sûr, ce travail en plus ne sera pas fait par bénévolat, ce serait de l’esclavagisme. Rémunération : je fixe un salaire, et selon les service rendus, je peux augmenter ce salaire. Au contraire, si quelque chose a échoué ou ne m’a pas plu, alors j’en déduirai une partie. Et si par hasard, tu as quelque chose à me demander, si je peux faire quelque chose pour toi, n’hésite pas à me demander également et je le ferai sans discuter. »

Je lui tends donc la fiche, une sorte de contrat s’il préférait. Je pose également un stylo, attendant de voir s’il signerait. Si chacun y trouvait son compte, alors c’était parfait.


TENUE
Huáng Fǔ Wang
avatar

Célébrité : Lee Joon-gi
Messages : 588
Date d'inscription : 10/01/2017
Chien
Age : 34
Argent : 571
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien, Dragon Rouge.

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DRAGON ROUGE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Elle ne s'en préoccupait pas, mais ce genre de détail comme elle le disait importait pour moi. J'avais l'impression en face d'elle, d'être souillé. Après tout, j'avais le sang de nombreuses victimes sur les mains. En tant que gardien, nous ne faisions pas simplement les chiens de garde. Nous devions répondre aux ordres des supérieurs qui allaient très souvent à l'opposé de nos principes. Pendant les guerres que nous avions faite, j'avais dû trancher au sabre de nombreux cœurs, au couteau de nombreuses gorges et au pistolet, de nombreux cerveaux. J'avais sous-entendu ma réputation, les dires que l'on disait sur mon compte. Il paraissait que j'étais un homme curieux, mystérieux qui cachait bien des choses. Un homme attirant, fidèle et loyal. Cependant, sous mes traits charmants se cachaient bien des secrets. On se méfiait de moi tout comme on s'intéressait à mon sujet. On disait que je cherchais quelque chose de particulier, mais que personne ne savait exactement quoi. Certains me suivaient de très près, me gardaient à l'œil, ne sachant ce que j'étais capable de réaliser. Généralement, on cherchait à me mettre de son  côté pour éviter de devoir me défier. Je pouvais être un bon partenaire, mais loin de là, un pion. Personne ne pouvait me contrôler et cela pouvait poser problème. J'étais instable, incontrôlable, ce qui avait fait grincer les dents plus d'une fois mes supérieurs. Je n'ai jamais été viré, j'étais bien trop impliqué dans mon travail pour que l'on m'abandonne. Précieux, je devenais indispensable pour l'armée parce que trop bosseur, j'en étais prêt à bousiller ma santé.

Oui, j'étais intéressé par bien d'autres choses. Non, une seule chose en particulier. Je la visais de la place que j'occupais. Je comptais bien l'atteindre, l'attraper, me l'approprier. Avant ça, j'avais encore un long parcours à faire, semer d’embûches et de fosses. Néanmoins, même si je devais y perdre un bras, j'étais préparé à la prendre cette chose sur laquelle je fantasmais.

Ainsi, mes conditions ne lui posaient aucun problème. Nous étions alors sur la même ligne de pensée. Ce début de conversation semblait bien se passer. Nos accords se faisaient au fur et à mesure de notre conversation, nous imposions chacun nos conditions pour que le contrat soit clair et net sur nos intentions.
Pourtant, ces paroles me bloquaient. Je ne pouvais appliquer sa relation amicale qu'elle souhaitait. Je ne savais pas réellement pourquoi, mais je bloquais toujours sur l'idée de me rapprocher de... d'une femme, il me semblait. Oui, je coinçais sur le fait de devenir proche d'une femme. Étrangement, je culpabilisais. Je ne me l'autorisais pas. Il m'était bien trop difficile d'entretenir ce genre de lien. Je me sentirais inconfortable d'apprécier son sourire, de souhaiter avoir de ses nouvelles le plus souvent possible, d'attendre à la revoir, de prendre plaisir à passer des moments avec elle. Pour moi ce serait tromper celle que j'aimais...

« Veuillez bien vouloir m'excuser mademoiselle... mais je ne pense pas pouvoir accomplir vos exigences. Je vous prie d'accepter avec votre bonté le vouvoiement que j'emploie et que j'emploierai encore.  Je n'aime guère mélanger relation privée avec le travail pour assurer la droiture de mes actes futurs. »  Mon souhait ne consistait pas à l'irriter, cela irait à l'encontre de mes idées. J'espérais simplement qu'à mes paroles, elle ne se fâcherait point. Le fait de la vouvoyer me permettait de mettre justement cette barrière présente entre nos rangs. Nous ne faisions pas partie du même monde et je tenais à le lui rappeler. Oui, j'étais intransigeant avec les dirigeants. Une haine profonde m'habitait, me rongeait. Je leur en voulais de la mort de ma bien aimée. J'étais certain que c'était de leurs mains qu'elle s'était étouffée et qu'elle avait terminé pas mettre fin à sa précieuse vie. En tant que Dragon Rouge, je savais dorénavant que les ordres venaient de ces "fabuleux" aux grands pouvoirs. Ils étaient nés de la même graine, celle de tout vouloir contrôler et d'écraser toutes âmes qui pourraient les gêner. Moi, je les attendais, l'esprit et le cœur armés.  
« Je ne veux pas de votre argent. Gardez le s'il vous plaît. Je n'en ai pas besoin. Protéger fait partie de mon travail. À la place de l'argent, un jour je vous demanderai quelque chose qui aura plus de valeur à mes yeux pour me rembourser. Je ne peux vous dire de quoi il s'agit pour le moment, car je n'ai besoin de rien pour l'instant. Cela vous convient-il mademoiselle Choi ? »
J'en avais de l'argent. Je n'étais pas en quête de luxe parce que je dépensais très peu. La plupart de mes biens partaient pour mes parents, mon loyer, la nourriture et tout ce qui était vital. Je n'étais pas gourmand, je savais me contenter de ce que j'avais. Plutôt que l'argent, je cherchais des actes ou bien des paroles qui pourraient bien m'être utiles un jour.
 

APPARENCE




Spoiler:
 
Choi Yoo Jin
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo (Jisoo - BlackPink)
Messages : 342
Date d'inscription : 26/01/2017
Singe
Age : 25
Argent : 852
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Héritière et Diamant de Corée

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANTE: LE DIAMANT DE CORÉE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Décidément, ce Wang a quelque chose d’unique. Peut-être beaucoup d’audace ? Enfin, je ne peux vraiment refuser ses requêtes. Quoi qu’il en soit, je réfléchis en pesant le pour et le contre avant de me redresser et de dire avec un sourire de contentement.
« Soit, mais pour ma part, je te tutoierai. Parce que ça me met mal à l’aise. N’y vois pas quoi que ce soit de personnel, je veux dire par là que notre relation n’inclue rien d’intime. Si jamais tu changes d’avis, eh bien libre à toi ! »

Quant à son énigmatique récompense, j’arquai un sourcil, curieuse mais n’approfondis pas. Je me permis juste de le prévenir. « Très bien, si c’est quelque chose dont je suis capable de te donner, mais ne t’attends pas à ce que cela soit tout à fait possible. J’ai bien des ressources et des informations importantes. Je mentirais en disant que je n’ai aucun pouvoir ici, mais je ne suis qu’une représentante de la ville. » Je me permets de le regarder dans les yeux et de lui sourire poliment.

Enfin, j’appuie ma tête sur ma main, pensive. Il fallait le prévenir d’autre chose bien plus précise.
« En travaillant avec moi, tu seras amené à savoir des choses que tu ne devrais pas. Je sais que ça peut paraître contre tes principes, mais je te demande fortement de faire comme si tu ne savais pas. J’ai des affaires importantes dont personne ne doit être au courant, et pour ce faire j’ai recours à des personnes peu recommandées. Si cela te fait changer d’avis, je peux comprendre, mais je préfère faire la transparence maintenant. Je suis assez honnête, et le travail, c’est le travail. »

Un air sérieux sur le visage, je jauge son expression, espérant y percevoir sa réaction, ce qui est plus ou moins impossible. Son visage si sérieux semble impénétrable, même pour moi qui observe beaucoup les autres. Je me ressers du thé et lui demande s’il en reveut. Les apparences sont trompeuses, et j’en suis un bon exemple. Fricoter avec la mafia et tout ce qui en impliquait était une tâche ardue et stressante, mais les circonstances exigent beaucoup de discrétion et de rapidité. Je courrais un risque en le révélant à Wang, mais j’étais sincère quant à ma proposition pour lui et je voulais qu’il ne ressente aucun mystère vis à vis de son rôle à mes côtés.
Désormais, j’attendais sa réponse avec une certaine anxiété. Il était possible qu’il en soit dégoûté, et qu’il rebrousse chemin, mais j’osais penser qu’il accepterait quand même.

« Alors, ta réponse ? »

C’était un peu comme dans Matrix, choisir la pilule rouge ? Ou la bleue ? Celle qui t’ouvrira les portes d’un monde meilleur, ou celle qui te laissera dans la misère et l’illusion ? J’ai de très bonnes références, mais je le pensais ainsi.

TENUE
Huáng Fǔ Wang
avatar

Célébrité : Lee Joon-gi
Messages : 588
Date d'inscription : 10/01/2017
Chien
Age : 34
Argent : 571
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien, Dragon Rouge.

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DRAGON ROUGE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Le fait qu'elle me tutoie ne me dérangeait en cas point. Si parler de la sorte lui permettait de se sentir mieux en ma présence, alors que ce soit ainsi. Dans mon idée, chacun devait se sentir à l'aise, à sa manière. Elle, elle se sentait plus confortable avec de me tutoyer et pour ma part, de la vouvoyer. Nous nous mettions en accord sur ce point assez rapidement. Si cette manière d'approche vous est fort aise, faites ainsi mademoiselle Choi. Je n'espère qu'une chose, que notre relation se mène à bien. Une taille légère, élégante, un sourire si fin prit figure sur mes lèvres timides. Ces dernières venaient à se plonger dans ma tasse pour s'y cacher et s'hydrater du thé préalablement servit par les soins de la dirigeante. Le liquide arrivé à sa fin, je reposais le précieux objet sur la table pour poursuivre la conversation menée. « Ne soyez pas trop préoccupée par ma future requête, elle sera évaluée et pensée selon vos disponibilités. » Je souhaitais dire capacités, mais je mettais retenu, peur que le mot soit mal interprété. Je tentais de me reprendre le plus souvent possible sur mes paroles, qui sont une arme très puissante et très dangereuse. Tout mot doit être travaillé et délicatement choisi. C'était la raison de mon temps de réponse un peu tardif. Mes phrases étaient généralement prononcées sans accroc, sans hésitation. Je prenais quelques secondes pour les songer dans mes pensées avant de les balancer. À Xian, un seul mot de travers pouvait vous faire chuter.
 
« J'en ai bien conscience et je serais faire la part des choses, rassurez-vous de cela. Je sais garder ma place et je connais mes devoirs. Tels sont le travail principal d'un gardien et le principe de vie d'un Dragon Rouge. » Au cours de mes trente-quatre années d'existence dans cette ville, j'avais compris comment elle fonctionnait. De nombreux secrets m'échappaient encore, mais pour la plupart, ils avaient été tous découverts, retournés, disséqués par mes soins. Les secrets, dont je me disais ne pas les écouter, mettaient bien utiles dans ma quête sur ces terres isolées. Je ne me précipitais pas sur la sincérité et la fidélité de ces informations toutes droites sorties de la bouche d'un malicieux. Il fallait les manipuler avec prudence et considération étant le fruit d'un mal discret et fouineur. « Je serais près de vous quand le temps me sera opportun. Je serais rester discret et accomplir mon devoir avec fiabilité. Cependant, je vous demande une dernière chose, semblable à votre dernière réclamation. » Une interruption s'imposait à l'instant, le temps que mon regard traverse le sien. « Gardez en secret cet accord. Ne dites à personne que je suis à vos côtés. Ce silence, selon moi, nous sera favorable pour l'avenir. » J'avais ce sentiment que mon rôle de gardien du corps ne devait se savoir. J'avais quelques tensions avec des dirigeants et d'autres aux plus bas rangs. Certains me cherchaient et d'autres me pourchassaient, à la lumière comme dans l'obscurité. Donc, je me devais être discret sur tout ce que je faisais.

« Souhaitez-vous me mettre au courant d'un autre détail mademoiselle Choi ? Ou puis-je me retirer afin de vous laisser reprendre votre intimité ? » En général, mes rencontres étaient brèves. J'exprimais mes idées le plus clairement possible, j'écoutais le protagoniste avec qui j'entretenais une conversation, puis je m'envolais. Je ne tardais jamais trop sur la longueur ayant un emploi du temps très chargé et surtout, n'étant pas un grand bavard de nature.

APPARENCE




Spoiler:
 
Choi Yoo Jin
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo (Jisoo - BlackPink)
Messages : 342
Date d'inscription : 26/01/2017
Singe
Age : 25
Argent : 852
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Héritière et Diamant de Corée

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANTE: LE DIAMANT DE CORÉE


Fire in water
Yoojin & Fuwang

Je perçois dans sa voix de la prudence, de la retenue. Il fallait vraiment qu’il se détende selon moi mais comme cela le mettait mal à l’aise, je n’insistai pas. A la mention de quelconque relation dépassant cet accord, je me permis de rire.

« Excuse moi, ce n’est pas pour me moquer, mais non, je ne cherche pas plus que cela. Du moins si tu penses à l’idée que je m’entiche de toi, comme dans les films romantiques. Mais ce n’est pas le cas. J’ai un promis au delà de ces remparts. Il me cause bien des soucis par ailleurs. »

Puis j’arque un sourcil à ses précieux conseils. Je n’étais pas idiote au point de dire ouvertement ce que je faisais avec qui et pourquoi. Seul quelques personnes sûres et que je connaissais seraient tenues au secret comme je l’étais pour leurs activités. Être dirigeante, c’était savoir jongler entre le public, les choses à montrer et démontrer, et le privé, à cacher à tout prix aux yeux de quiconque.

« Ce n’était pas dans mes intentions de le crier haut et fort. Peut-être qu’une seule personne le saura, et je t’assure que je serai prête à lui confier ma vie également si je le devais. Néanmoins, il est occupé, alors je ne vais pas le charger d’une tâche supplémentaire. »

Bien que je ne planifiais pas de grosses choses comme le Kitsune avait le don de faire, je ne pouvais prendre le risque de le faire par moi-même. J’étais à la fois influente et vulnérable. Je finis par observer mon invité.

« Tu es un fin orateur Wang, Tu es conscient qu’un mot peut déclencher beaucoup de choses…J’apprécie cette part de toi. »

Un prompt sourire se dessine sur mes lèvres et je lui tends la main, professionnellement et comme signe de notre pacte.

« Je compte sur toi Wang. Tu peux compter sur moi également »

Maintenant que tout cela avait été passé au peigne fin, je me sentais fatiguée, avec une migraine à en réveiller les morts. Je prenais actuellement sur moi pour ne pas flancher, mais ce qui devait être fait était fait, alors je n’avais aucune raison de le retenir ici.

« A bientôt »


Je le laissais rejoindre la sortie, ne le quittant pas du regard jusqu’à ce que la porte ne se referme, me laissant seule. Un soupire s’échappe de ma bouche et enfin, je me permets de me reposer, satisfaite de cette entrevue.
TENUE


HEY:
 
Contenu sponsorisé



 
Fire in water (Choi Yoo Jin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Episode 05 - Kissed By Fire
» Lady Lyndis ( Fire Emblem 7 et SSBB )
» IDEAL SODA WATER COMPANY LIMITED / Montréal, Québec ABM
» Bedford QL Fire Tender IBG
» Rhapsody on fire
Page 1 sur 1
Sauter vers: