L'année 1976 fut désastreuse pour Xian. La guerre défigura ses nombreuses bâtisses, la transformant en de vulgaires ruines. Fort heureusement, on entreprit de la reconstruire tout en conservant cet aspect traditionnel. Ainsi, s'apparente-t-elle au jardin Yuyuan, à Shanghai : de belles plantes odorantes s'épanouissent en fabuleux bouquets et ses illuminations soulignent une architecture grandiose. Mais il est une merveilleuse fleur se déployant en son sein. D'un rouge insolent, ses luminescences chatoyantes caressent une étendue d'eau. Le son des tambours et l'odeur du bois confèrent une aura à la fois chaleureuse et fastueuse... on l'appelle le "Lotus rouge". Ce somptueux édifice appartenait autrefois à la royauté en tant que palais. Néanmoins, il fut reconverti en hôtel il y a de cela dix ans par le nouveau président Yao Ping. En effet, ce dernier était désireux d'attirer une clientèle de tout horizon. Depuis lors, le Lotus rouge concentre diverses activités commerciales et politiques, favorisant par là même le tourisme. (poursuivre la lecture)

Chen Bo Hui
avatar

Célébrité : Lee Sungjong
Messages : 249
Date d'inscription : 14/03/2017
Chien
Age : 23
Argent : 624
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment
Emploi et rang : Serveur dans le restaurant du Lotus rouge. (Bi jade)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

BI JADE


« Infirmier particulier »
CHEN BO HUI & HAN XIU WEN


Blotti dans les bras de Xiu Wen, il sentait son corps se détendre petit à petit. Cela prendrai un peu de temps, il le savait. Ce nœud au creux de son estomac, cette tension qu'il avait apprit à connaître avec ses rares expériences ne disparaîtrait pas si facilement, pas aussi vite qu'il l'espérait. Mais cette impression de douceur, ce sentiment d'être submergé de tendresse (peut être fictive puisque le brun n'était pas habitué à ressentir quoi que ce soit) l'apaisait. Il l'observait en retour alors que sa main venait à nouveau caresser sa joue, amusé par ses questions tellement innocentes. Certes, Bo Hui avait plus d’expériences dans le domaine des sentiments en général, pour ce qui est du désir et de la passion aussi, bien sûr. Mais cela ne lui était pas arrivé si souvent que cela. Il pouvait compter ses anciennes relations sur les doigts d'une main. « Habitué est un bien grand mot. Mais je les ai déjà ressenties oui. » Il avait peur  que Xiu Wen lui demande des détails qu'il n'était pas près à partager, mais à son grand soulagement il n'en fit rien, décrivant ses ressentis tout nouveaux pour lui avec émerveillement et crainte à la fois. Le serveur, lui, écoutait sagement, mais un léger sourire restait présent sur ses lèvres. Le brun avait beau être un jeune homme et la situation qu'ils avaient vécu à l'instant ne convenant qu'à des adultes, ses paroles le rajeunissaient quelque peu.  
Il hocha la tête, sa main posée contre son torse, Il sentait les battements de cœur de ce dernier, plus rapides que la moyenne, mais ils n'avaient rien d'inquiétant. Xiu Wen n'avait jamais été aussi bavard. Bo Hui l'écoutait comme ensorcelé par sa voix grave, tendresse et amusement se lisant dans ses yeux pétillants. « Tout ce que tu viens de me décrire, c'est normal. Quand on est attiré par quelqu'un et que c'est réciproque, quand on partage des gestes aussi intimes qu'on l'a fait, notre corps réagi. Cela arrive à tout le monde. » Le blond se tut sur le fait que parfois, lui même n'avait pas ressentit autant de choses avec quelqu'un par le passé. Avec Xiu, c'était différent et nouveau pour lui aussi en un sens.
Pas encore... comme la dernière fois... Bo Hui n'eut même pas le temps d'entrouvrir les lèvres qu'il le forçait déjà à ne pas poser de questions. Sa main qui était restée au niveau de son cœur remonta doucement vers sa mâchoire, alors qu'il tentait en vain de voir quelque chose dans le regard de Xiu Wen. Seule une certaine tendresse s'en dégageait, rien d'autre. Cependant, pour le plus jeune c'était déjà beaucoup. « J'ai fais quelque chose de mal la dernière fois ? J'aimerai savoir.. » Il était un peu inquiet à l'idée d'avoir fait quelque chose qui lui aurait déplu, mais à part leur dispute il n'arrivait pas à se remémorer ce qu'il avait pu faire de mal. « Peut être qu'un jour tu sauras être heureux. Tu auras peut être un déclic et tu comprendras. Je te le souhaites en tout cas, parce qu'être heureux... C'est le meilleur sentiment qui existe. » Il avait dit ces mots avec franchise, souriant au brun alors qu'il ramenait sa main vers son propre torse alors que lui venait à nouveau caresser son visage et ses lèvres. Il savait que Xiu Wen attendais une réponse franche, il savait que le faire attendre le rendrait sans doute nerveux. Alors, cherchant ses mots rapidement, Bo Hui répondit de sa voix douce. « Non je ne le regrette pas non plus. Mais je me dis que peut être... c'était trop tôt. La plupart du temps, les gens qui partagent ce genre de moment et de gestes se connaissent très bien. Alors que nous, c'est la deuxième fois seulement que nous parlons vraiment. J'ai peur que plus tard ; dans les mois voir années à venir, tu regrettes ce moment parce que tu aurais préféré l'avoir passé avec une autre personne.  Alors je doute un peu, mais je ne regrette rien. »
Han Xiu Wen
avatar

Célébrité : Kim Myung Soo (L)
Messages : 727
Date d'inscription : 04/02/2017
Cochon
Age : 22
Argent : 1284
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Nettoyeurs (spécialistes en assassinat) (Qiling)

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

QILING


« Infirmier particulier »
CHEN BO HUI & HAN XIU WEN


La relation qui s'était naturellement installée entre Bo Hui et moi était similaire à des montagnes russes. Pour le moment, chaque rencontre se résumaient à un tour de manège: agréable mais court, calme puis brutal. Ce garçon avait au moins le mérite d'avoir perturbé les battements de mon cœur. Il me faisait ressentir des choses, des choses que je ne pouvais certes pas comprendre pour le moment mais au moins, à son contact, je me sentais vivant. Bien qu'il avait eu le malheureux privilège d'assister à une crise de colère et que je l'avais "légèrement" secoué à notre rencontre, je lui avais aussi montré un aspect de ma personnalité relativement doux; pas dans mes mots, mais plutôt dans ma gestuelle. J'étais depuis un moment resté doux avec lui, lui offrant quelques attentions qui lui était à présent réservé. Le garçon se trouvait dans mes bras et je ne comptais pas de lâcher. La chaleur de son corps m’apaisait. Tous mes gestes et toutes mes expressions se faisaient naturellement. Je ne comprenais pas pourquoi j'agissais de la sorte. J'énumérais une bonne partie de mes symptômes à Bo Hui, ce dernier affirmant que c'était normal. Normal? "Attiré par quelqu'un?" Repris-je. Je ne comprenais pas ce qu'il voulait me dire. Son explication me paraissait claire, mais ces mots étaient pour moi une idée incompréhensible.

Gardant son explication en tête, nous poursuivions. D'un mouvement de tête, je lui faisais comprendre qu'il n'y avait rien de particulier. "Oublie, ça ne concerne que moi. Tu n'as rien fait de mal." Mon âme était peut être innocente, je savais quand il valait mieux ce taire, en l’occurrence maintenant. Quelle tête aurait-il fait si je lui avais dit qu'il m'avait manqué. Que j'avais pensé à lui, que la sensation de ses doigts sur les parties du corps qu'il avait touché était encore gravé dans ma mémoire. C'était une évidence, si ce n'était pas déjà le cas, il me prendrai pour un psychopathe, à fou à lié et pire encore, il aurait peur. Par chance, Bo Hui déviait de sujet. Être heureux? Je n'étais pas né pour ça. Je fronçais les sourcils en l'écoutant. C'était mignon, ces mots étaient plein de bonnes intentions. La main sur sa joue, je la lui caressais. "Et toi, tu es heureux? Tu l'as déjà été?" Lui demandais-je curieux. Ce luxe ne m'était certes pas réservé, mais j'avais la volonté de savoir ce que c'était. Même si je ne pouvais pas comprendre ce sentiment, j'avais la volonté d'en apprendre plus. Pas parce que j'enviais Bo Hui ou les autres mais plutôt pour comprendre quelque chose, au cas où plutôt, je rende inconsciemment quelqu'un heureux. A nouveau je secouais la tête. "Il est possible que plus tard, je chérisse ce souvenir." C'était la vérité. Je n'avais pas besoin de mentir au garçon, à l'endormir avec de belles paroles. Je regretterai très certainement mon geste plus tard, car je me doutais qu'encore une fois, le souvenir de ces sensations pouvaient me manquer. Je savais aussi que plus tard, dans un futur lointain, ce moment me permettra de sourire comme je l'avais fait avec Bo Hui. Je savais que ce genre de moment me permettra beaucoup plus tard et une fois que j'aurais vraiment compris ce qu'il s'était passé de faire face à certaines choses, d'accepter, de me faire une raison pour enfin me renfermer davantage dans mon cocon. "Tu sais parfois, il est préférable de ne pas connaître les gens." Repris-je en plantant mon regard dans le sien. "J'espère que tu ne me connaîtras jamais car tu pourrais de détester ou pire, je pourrais te dégoûter." Concluais-je à voix basse en baissant les yeux.
Chen Bo Hui
avatar

Célébrité : Lee Sungjong
Messages : 249
Date d'inscription : 14/03/2017
Chien
Age : 23
Argent : 624
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment
Emploi et rang : Serveur dans le restaurant du Lotus rouge. (Bi jade)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

BI JADE


« Infirmier particulier »
CHEN BO HUI & HAN XIU WEN


Bo Hui rit, amusé et hocha la tête. Comment expliquer à Xiu Wen ce que signifiait être attiré par quelqu'un. L'était il seulement ? Pour le blond, il semblait que oui. Xiu avait été le premier à initier ces contacts, hésitant bien sûr, mais  le souvenir de ses doigts tremblants frôlant son épaule était encré dans sa mémoire. Même s'il ne comprenait pas, même si c'était impensable pour lui, ses gestes prouvaient tout de même que Bo Hui ne lui était pas indifférent. Il l'espérait en tout cas, sinon le blond finirait par réellement regretter dans le futur ce qui venait de se passer. Il gardait un doute quant au fait de n'avoir rien fait de mal il y a de cela un mois, mais n'insista pas. Le jeune homme ne semblait pas prêt à vouloir parler et il savait qu'il était inutile de le forcer. Alors, soupirant faiblement, il céda et ne dit rien de plus.

La question suivante de Xiu Wen le secoua quelque peu. Était il heureux ? Pas vraiment. Le blond ne pouvait pas mentir, sa vie actuelle, bien qu'elle n'ai rien de si terrible en soit, ne l'enchantait pas. Il savait que bien des gens étaient plus à plaindre, mais Bo Hui s'ennuyait. Pendant les 6 dernières années ses journées se résumaient à servir des plats à des gens qui l'observaient souvent avec surprise, parfois envie et convoitise, mais la plupart du temps dédain. Journées monotones qu'il brisait grâce à de la lecture, quand il se permettait de s'acheter un livre, toutes ses économies servant à payer les dettes de son père qui n'en finissaient pas de croître. Alors, s'il était heureux en règle générale ? Non. Mais il arrivait parfois, durant de cours laps de temps, qu'il le soit. « Ça m'arrive parfois. Pas aussi souvent que je le voudrai, mais ça arrive. » Le serveur ferma alors les yeux quelques secondes, la fatigue gagnant ses muscles tandis qu'il écoutait toujours l'autre avec attention. Le chérir ? Venant de Xiu ce serait presque surprenant, au point qu'il trouva cela flatteur mais n'en dit pas un mot, son faible sourire étirant toujours ses lèvres alors qu'il rouvrait les yeux. Ses iris trouvèrent immédiatement celles du brun, et Bo Hui fronça les sourcils inconsciemment, levant sa main pour jouer avec une des mèches de cheveux du jeune homme. « Il en faut beaucoup pour me dégoûter. Je me doute déjà que tu fréquentes des personnes peu recommandables.... Peut être en es tu une également. Et pourtant, je continue de te parler comme je le fais »

Il haussa ses épaules, son regard toujours planté dans le sien, y cherchant la moindre faille qui pourrait lui permettre de mieux le comprendre. Mais comme à son habitude il n'y vit rien, rien qui ne puisse l'aider en tout cas. Xiu Wen avait de toute évidence l'intention de rester tout aussi mystérieux et de ne rien dévoiler ou presque de lui. Même si d'après ses propres mots, le blond était l'une des rares personnes à voir son vrai visage. Lui aussi avait des secrets à cacher. Probablement plus sombres que ceux de Bo Hui. Finalement, le blond réalisa que tout le monde avait un jardin secret qu'il ne désirait pas dévoiler aux autres. C'est à ce moment là que son portable qui se trouvait sur sa table de chevet vibra, le faisant sursauter légèrement. Chaque soir, le plus vieux se mettait un réveil pour lui rappeler qu'il devait arrêter de lire et se coucher. Car il ne comptait plus le nombre de fois où il avait du se coucher au milieu de la nuit tant ses lectures le passionnaient. « il est déjà h du matin... On devrait essayer de dormir je pense. Et toi, il faudra que tu ailles à l'hôpital. Ta blessure ne cicatrisera jamais sinon. »
Han Xiu Wen
avatar

Célébrité : Kim Myung Soo (L)
Messages : 727
Date d'inscription : 04/02/2017
Cochon
Age : 22
Argent : 1284
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Nettoyeurs (spécialistes en assassinat) (Qiling)

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

QILING


« Infirmier particulier »
CHEN BO HUI & HAN XIU WEN


Il aurait fallu déterminer ce qu'était une personne peu recommandable. Pour moi, je n'étais pas forcément quelqu'un de mauvais. A aucun moment j'avais regretté mes actes. Depuis dix ans, j'avais déjà mit un terme à la vie de nombreux êtres humains pourtant, je dormais bien. Je ne rêvais pas, ne faisais pas non plus de cauchemars. Aucun mort hantait mon esprit. Pour Bo Hui en revanche, s'il apprenait mon véritable métier, il était certain qu'il me considère comme une personne abjecte, sans coeur et qu'il me rejette comme je le craignais. "Tu as sans doute raison. Pour toi, je ne suis pas quelqu'un de fréquentable, mes fréquentations ne le sont pas non plus." Il était à présent prévenu. Si le garçon découvrait éventuellement mon véritable métier, j'espérais qu'il ne me tourne pas le dos. Que la relation qui s'installait doucement entre nous continue dans cette voix.

Les membres engourdies par la fatigue, je ne bougeai plus. Mon envie s'était elle aussi calmé malgré notre proximité. Je trouvais à présent ce moment doux et agréable. Je ne voulais plus qu'il quitte mes bras. Je voulais sentir Bo Hui contre moi, pendant un très long moment. Son téléphone n'était en revanche pas du même avis. Il sonna et le garçon s'éloigna. Fatigué par la soirée mais aussi par tout ce sang perdu, j'échappais un bâillement que je camouflais à l'aide de ma main. L'androgyne me proposait d'essayer de dormir. En vérité, il me faudrait peu de temps avant de mon plonger dans les bras de Morphée. Je lui répondis par un hochement de tête, me relevant légèrement pour lui attraper le bras. "Je verrai demain." Répondais-je tout en l’entraînant contre moi. Mes bras passèrent autour de son corps alors que je nichais mon nez dans son cou. "Reste contre moi, je ne veux pas que tu t'éloignes." Lui murmurais-je. Mes paupières étaient lourdes en ne mirent pas longtemps à se fermer, bercé par l'odeur du garçon, je m'évadais dans les abysses de mon sommeil.

Je me réveillais naturellement au petit matin, Bo Hui toujours dans mes bras. J'esquissais un sourire qu'il ne pouvait voir, le garçon étant toujours endormi. Je me relevais, pour le regarder, plaçant une de ses mèches blonde derrière son oreille pour dégager son visage. Même baigné par les premiers rayons du soleil, il était objectivement beau. Doucement je me penchais vers lui pour poser délicatement mes lèvres sur sa joue. "Merci." Murmurais-je avant de me lever. Je l'avais assez dérangé. Retirant mon bandage de fortune, j'observais ma plaie suintante. Il fallait s'en occuper au plus vite. Je m'habillais alors pour quitter l'hôtel sans un bruit, rejoignant le studio photo de mes parents pour voir ce que nous pouvions y faire.
Contenu sponsorisé



 
[-16] Infirmier particulier; XiuHui
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» rc particulier
» recherche formation bricolage pour particulier
» un particulier vends une partie de sa collection militaria
» Les musiques qui évoquent un sentiment particulier
» Lettres d'un fils : Un infirmier de chasseurs à pied
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers: