L'année 1976 fut désastreuse pour Xian. La guerre défigura ses nombreuses bâtisses, la transformant en de vulgaires ruines. Fort heureusement, on entreprit de la reconstruire tout en conservant cet aspect traditionnel. Ainsi, s'apparente-t-elle au jardin Yuyuan, à Shanghai : de belles plantes odorantes s'épanouissent en fabuleux bouquets et ses illuminations soulignent une architecture grandiose. Mais il est une merveilleuse fleur se déployant en son sein. D'un rouge insolent, ses luminescences chatoyantes caressent une étendue d'eau. Le son des tambours et l'odeur du bois confèrent une aura à la fois chaleureuse et fastueuse... on l'appelle le "Lotus rouge". Ce somptueux édifice appartenait autrefois à la royauté en tant que palais. Néanmoins, il fut reconverti en hôtel il y a de cela dix ans par le nouveau président Yao Ping. En effet, ce dernier était désireux d'attirer une clientèle de tout horizon. Depuis lors, le Lotus rouge concentre diverses activités commerciales et politiques, favorisant par là même le tourisme. (poursuivre la lecture)

Leung Xiao Mei
avatar

Célébrité : Anna Tsuchiya
Messages : 9
Date d'inscription : 07/06/2017
Argent : 83
Emploi et rang : La Mère

DIRIGEANTE: LA MÈRE

IDENTITÉ: Leung Xiao Mei

Si vous avez jamais connu Xiao Mei gentille, douce et aimante, c’est que vous la connaissiez avant qu’elle arrive à Xian. Seulement, et elle en est sûre, personne de Xian ne la connaissait auparavant. Avant qu’elle devienne la femme froide, manipulatrice et vénale qu’elle est aujourd’hui. Ne vous leurrez pas, elle ne l’est pas devenue par magie ni sans raison. Si elle a néanmoins des qualités, celles-ci sont bien dissimulées derrière un voile de méchanceté. D’apparence et de caractère, Xiao Mei est une femme froide et distante dont personne ne connait le passé houleux. Elle sait très bien le cacher et ne fait pas réellement ami-ami avec qui que ce soit. Tous ces sentiments, toutes ses émotions et ses réactions sont faussées et forcées. Elle n’est en réalité proche de personne, bien qu’elle soit toujours très bien entourée et en bons termes avec à peu près tous les dirigeants. Cela fait également d’elle une femme très seule. Néanmoins, on ne l’entend jamais s’en plaindre — probablement car personne ne s’en doute. Elle ne se morfond pas sur son sort. Jamais. Vous la verrez toujours la tête haute. La jeune femme ne pleure jamais, ne flanche pas. Si vous cherchez la Reine des faux-pas, allez voir ailleurs. Tous les faits et gestes de Xiao Mei sont calculés par elle-même. Elle ne s’autorise aucun faux pas, aucune erreur. D’ailleurs, elle exige des autres la même perfection, la même rigueur qu’elle s’impose. Tout le monde sait que le seul défaut qu’elle ne cache pas vraiment, car pour elle, ce n’en est pas un, est l’avarice. Mais n’a-t-elle pas été formatée pour ? Pour aimer l’argent par-dessus tout car les choses matérielles ne déçoivent jamais, contrairement aux êtes humains.
SCÉNARIO PRÉ-LIENS INVENTÉ J'AI POSTÉ MON ACTIVITÉ RP

âge
33 ans
Né(e) le
12/01/1984
À
Lhassa au Tibet

Origines
Chinoise
Sexualité
N/A
état matrimonial
Veuve

les rumeurs, qu'en pensez-vous ? en êtes-vous victime, créateur ou sourd d'oreille ?

Souvent, Xiao Mei n’est ni victime ni instigatrice de rumeurs. Cependant, elle se délecte de les écouter et de voir ses filles adorées répandre les rumeurs qu’elles entendent des conversations de leurs clients. Ses filles sont comme les yeux et les oreilles du Xian underground. Elles entendent tout et se chargent de propager les rumeurs. Mais leurs paroles ne sont que des murmures, se répandant comme le vent parmi les feuilles des arbres de la ville. Personne ne sait d’où viennent les rumeurs, mais tout le monde les écoute avec avidité. Ainsi, Xiao Mei n’a qu’à écouter et à se régaler, regardant parfois des couples se séparer dans les larmes, des familles se déchirer, des amitiés mourir et des alliances imploser. Elle est comme la Méchante Reine de Blanche-Neige qui vit enfin une fin satisfaisante et qui observe son pays brûler.
que pensez-vous de l'hôtel, des remparts
et de la reconstruction de la ville ?

Cette ville s’est révélée à la fois comme une véritable bénédiction mais également un enfer pour Xiao Mei. Sans la reconstruction totale de cette ville, l’homme avec qui elle était mariée ne l’aurait jamais enlevée de la vie de pauvreté qu’elle vivait à Lhassa pour faire d’elle une femme riche et puissante, à la tête d’un empire de prostitution. Elle vit à présent dans la luxure, entourée de gens qui l’admirent et s’occupent d’elle. Rien dont elle pourrait se plaindre. Néanmoins, cet endroit n’est qu’une prison dorée. Elle en est bien consciente. La reconstruction de la ville fut un miracle pour les chercheurs d’emplois mais pour elle, qui s’est laissée convaincre par un menteur qui prétendait lui donner une vie meilleure, c’est une cage dorée. Une cage qui parait tellement attirante de l’extérieur mais qui, en réalité, est pire qu’Alcatraz. Il lui arrive parfois, dans ses moments de faiblesse solitaire, elle rêve de retourner dans sa ville de naissance et élever des yak ne lui semblent plus si désespérant.

JE SUIS UN(E) : DIRIGEANTE (LA MÈRE)

Le grade que j’occupe aujourd’hui, je ne l’ai obtenu que grâce à mon mari. C’est lui qui a toujours été à la tête du secteur de la prostitution depuis la fin de la reconstruction de Xian. Cétait un homme bien plus âgé que moi, si c’est ce qui vous intéresse, mais c’est une autre histoire. C’est grâce à lui que j’ai ce rang et je ne vais pas m’en plaindre. J’étais destinée à élever des yaks et à être mariée à un lointain cousin. Tout est mieux que cette précédente vie. 

Je suis arrivée à Xian à seize ans, mais mon mari avait déjà la trentaine. Il n’était venu à Lhassa que pour des affaires mais il a fini par m’enlever à une vie de pauvreté pour m’offrir une vie opulente mais dure à Xian. Dure. Peu de gens y croiraient. J’ai l’argent et la reconnaissance, qu’est-ce qui pourrait être dur ? Maintenir la bonne réputation de nos services. Faire en sorte que mes enfants adorés ne sortent jamais des rangs, ne déçoivent pas le client et se comportent toujours à la perfection. Mais surtout, ce qui est compliqué, c’est de garder notre commerce fleurissant secret, dissimulé, juste en-dessous de la surface dans le Xian underground. Si vous souhaitez nous trouver, vous saurez comment faire. Si ce n’est pas le cas, c’est que vous ne méritez pas les services de mes enfants. C’est aussi simple que ça. Je ne me suis jamais mise à la place de mes enfants. Pourquoi ? Je vous en prie ! Premièrement, je me respecte un minimum. Les seules personnes qui m’intéressent sont des hommes ou des femmes qui ont deux critères : la beauté et la richesse. Le reste ne m’intéresse pas. L’amour ? Ha ! 


MA FONCTION

Dirigeante, aussi appelée la Mère, du secteur de prostitution de la ville. 

MES CAPACITES

- S’occuper de la santé et du bien-être de mes enfants. Après tout, ce n’est pas en étant malade et laid qu’ils arriveront à gagner leur pain

- Superviser l’hystérectomie de mes filles les plus demandées. Si jamais l’une d’elle venait à tomber enceinte, pensez un peu à notre réputation !

- Gérer les recettes et les dépenses du réseau, bref la comptabilité. Je refuse de la laisser à qui ce soit d’autre et je tiens à ce que notre business reste entre de bonnes mains. 

- Faire en sorte que les fils de chien qui osent employer les services de mes enfants sans les rémunérer par la suite comprennent la leçon, si vous voyez ce que je veux dire. Par avance, toutes mes excuses si un être cher disparait mystérieusement après être passé par chez moi. Je ne peux pas avec assurance vous dire où il se trouve, mais je vous conseille vivement de chercher le lit de la rivière… 

- Convaincre cette emmerdeuse d’Etoile Filante que mon commerce n’est pas néfaste à la ville. Mes enfants exercent le plus vieux métier du monde et devraient avoir le droit de continuer, même dans l’ombre. De plus, si elle prenait la peine de s'intéresser un tant soit peu à notre affaire, elle comprendrait qu'y investir lui rapporterait gros. Mais bon, on ne peut pas être chaste, prude et intelligente, en même temps.

© icon et gif vous la pensiez disparue ? eh bien non  scream me revoilà, motivée à ramener la Matriarche à Xian et cette fois surtout déterminée à la garder  hungry
Code:
<b>Anna Tsuchiya</b> ♦ [url=http://lotusrouge.forumactif.com/u65]Long Xiao Mei[/url]
Leung Xiao Mei
avatar

Célébrité : Anna Tsuchiya
Messages : 9
Date d'inscription : 07/06/2017
Argent : 83
Emploi et rang : La Mère

DIRIGEANTE: LA MÈRE


Il n'y a rien d'héroïque à vouloir se fondre dans le néant.
Telle une voleuse, Xiao Mei se tient un peu en retrait de la maison de ses parents. Sa voiture rouge pétante n’est certainement pas passée inaperçu mais ses parents en tout cas, sont trop occupés à travailler au champ. De l’autre côté de la petite route à cul de sac de En Jie Jing Guo, petit village du district de Chengguan dans la province de Lhassa, leur petit troupeau de

yaks du Tibet pait tranquillement. Ils sont beaux. Leur laine doit être presque prête pour la tonte, se dit la jeune femme en les observant. Malgré son envie, elle n’arrive pas à se convaincre de sortir de la voiture pour aller voir ses parents. Plus de quinze ans qu’elle ne les a pas vus. Elle sait qu’elle ne devrait plus se soucier d’eux, après ce qu’ils lui ont fait, mais une part d’elle – une part qu’elle s’arrange en général pour enfouir au plus profond – les aime toujours et se soucie de leur bien-être. Chaque mois, elle s’arrange pour leur faire parvenir une petite somme d’argent anonyme pour les aider à mieux vivre. C’est le mieux qu’elle puisse faire pour eux qui ont toujours cru bien faire.

C’est bel et bien dans la province si contestée du Tibet que Xiao Mei a vu le jour. De même, Xiao Mei n’est pas son vrai prénom. La jeune femme est née sous le nom de Bhasundara. Ses parents étant d’origine tibétaine du Népal n’avaient pas de nom de famille. Ce n’est que bien plus tard que la jeune femme prendra le nom de famille de son mari et le gardera pour la notoriété et la facilité qu’il lui apporte. Cependant, alors que Bhasundara reconduisait leurs yaks au pré, elle ne pensait pas à vivre une meilleure vie. Sans éducation, la jeune femme n’était promise qu’à se marier à un lointain cousin de la famille vivant à Lhassa et destinée à élever des yaks ou des enfants. Ou les deux. Bref, elle n’attendait rien de sa vie. Toutes les journées se suivaient et se ressemblaient. Lever à l’aube, ramener les yaks à l’étable, traire les femelles, s’occuper des bébés, ramener les yaks aux pâturages, faire les provisions à Lhassa, aller prier au tsong et enfin, rentrer, préparer le repas du soir, s’occuper de ses trois petits frères et sœurs puis enfin aller se coucher. Et rebelote le lendemain. La monotonie tuait lentement la jeune fille au fur et à mesure qu’elle grandissait. Elle ne faisait même plus attention à ses faits et gestes, tant et si bien qu’elle a fini par bousculer un homme au sortir du tsong. Elle serait tombée s’il ne l’avait pas rattrapée, telle une princesse. Ils s’étaient regardés longtemps dans les yeux à cet instant et si, pour lui, ça avait été le coup de foudre, pour elle, ce n’était rien d’autre qu’un homme d’une quinzaine d’années son aîné qui la reluquait de la tête aux pieds.

Il la courtisa pendant des mois. Sa mère était déjà toute prête à la vendre à ce type. Leung Bing Wen. Homme d’une richesse qui lui faisait tourner la tête vivant dans la ville de Xian. Si le père de Bhasundara n’avait pas été là pour raisonner sa femme et l’empêcher de vendre sa fille – ce qu’il n’a pas forcément réussi, vu où elle se trouve à présent – elle l’aurait vendu au premier riche qui passait. Bing Wen ne le convainquait pas. Aucun homme ne serait jamais assez bon pour sa fille, mais surtout pas lui. Alors, durant ces mois, il fut le seul à qui Bhasundara pouvait se confier sur ses peines et ses peurs. Il ne l’a jamais laissée tomber. Mais un jour, les exigences de sa femme eurent raison de lui et il céda. Alors, ils invitèrent Bing Wen à diner, un soir, et, pendant que Bhasundara se demandait encore pourquoi il la voulait elle et pas une fille plus belle et plus riche, la mère annonça qu’ils acceptaient de lui donner la main de leur fille tandis que le père lâcha un grognement d’approbation, sans jamais détacher son regard foudroyant de celui de Bing Wen. Néanmoins, il n’avait plus la force d’aller à l’encontre de sa femme. Pour autant, Bhasundara ne s’en est jamais sentie trahie. Il a fait ce qu’il pouvait. Plus aurait été du suicide mental. Le dîner terminé, Bhasundara raccompagné son nouveau fiancé à la porte. Il a voulu l’embrasser, la jeune femme s’est laissée faire. Tout comme elle l’a laissé leur trouver un endroit calme, à l’arrière de l’étable, où ils consommèrent une union même pas encore officielle. Lui, une main sur la bouche de sa jeune fiancée qui gardait les yeux fermés et tentait par tous les moyens de penser à autres choses qu’aux râles bestiales de l’homme entre ses jambes.

Ce n’était pas un mariage heureux et ça ne le deviendra jamais. Au final, Bhasundara, renommée Xiao Mei au moment même où elle mit un pied à Xian, avait réussi à se convaincre qu’au moins, il lui apporterait l’argent et le confort, si ce n’était l’amour. C’était déjà mieux que rien. De toute façon, de l’amour, elle n’en avait reçu que d’un seul homme. Son père. Son petit papa adoré. Même sa mère n’avait pas su en être une. Son père était littéralement l’homme de sa vie.

A son arrivée à Xian, Xiao Mei découvrit un tout autre monde. Le monde d’en haut, l’hôtel splendide et la ville resplendissante. Pendant un instant, la jeune femme s’est sentie soulagée. Sortie d’une vie de pauvreté, la voilà basculée dans l’opulence. Et puis, le monde d’en bas, sur lequel son mari régnait en maître. La prostitution. Bien sûr, Xiao Mei n’y était pas étrangère mais elle avait du mal à accepter que son mari s’en occupe. User de femmes et d’hommes, les forcer à vendre leur corps pour de l’argent. Pour elle, tout cela était inadmissible. Pendant plusieurs mois, elle craignit qu’il ne l’ait épousée que pour ensuite la mettre au travail. Mais il n’en évoqua jamais la simple éventualité. Ce qu’il évoquait fréquemment, c’était un enfant. Il voulait absolument une descendance. Un garçon, évidemment. Un an après leur arrivée à Xian, Xiao Mei tomba enceinte mais cette grossesse se solda par une douloureuse fausse couche. Il arriva la même chose durant les trois grossesses suivantes. Puis, enfin, la jeune femme arriva à terme et accoucha à vingt ans d’un magnifique petit garçon. Chang. Dès lors où l’infirmière posa le nourrisson dans les bras de Xiao Mei, elle en était folle d’amour. Chang était tout. Toute sa vie tournait autour de ce petit. Si elle refusait presque de le quitter, les bonnes de la maison s’en occupaient également, bien que la jeune femme ne leur ait jamais fait confiance. Et à juste titre.

Un soir, trois mois après la naissance du petit et malgré sa bonne santé, il cessa tout simplement de respirer. Il partit sans un bruit, sans que personne ne se doute de rien. C’est durant la nuit que Xiao Mei commença à s’inquiéter de n’entendre aucun bruit provenant du berceau de son enfant.

--

La mort subite du nourrisson. On lui a pourtant dit de ne pas s’en vouloir, que rien n’était de sa faute, mais pour Xiao Mei, c’était bel et bien de sa faute si son petit ange était parti. Elle aurait dû faire plus attention, peut-être même dormir plus près de lui. Quant à Bing Wen, il n’avait même pas l’air attristé de la perte de son fils. Tout ce qui semblait lui importer était d’avoir à nouveau un fils. Sans même laisser à sa femme le temps du deuil, il se jetait sur elle chaque soir. Jusqu’au soir où ce fut la fois de trop. La police retrouva le corps de Bing Wen le lendemain, une lame de rasoir enfoncée dans la gorge, sa femme couverte de sang, recroquevillée et en larmes dans un coin de la pièce. Bien sûr, elle ne fut pas inculpée. Même pas inquiétée. Elle témoigna contre X pour tentative de vol et homicide involontaire. L’affaire ne fut jamais résolue puis plus tard, classée, et Xiao Mei reprit l’affaire florissante de son mari. Avec une femme à sa tête, ce fut le boum. Treize ans durant, Xiao Mei régna sur le réseau de prostitution en l’ajustant à sa manière de penser, s’occupant beaucoup plus de ses filles afin qu’elles soient un tant soit peu heureuse malgré leur travail.

Bhasundara ? Une voix l’interpelle et la ramène à l’intérieur de sa voiture, au milieu de la plaine, devant ses yaks. Elle lève les yeux. Un homme s’est baissée à la fenêtre de sa voiture et l’observe, comme s’il n’en croyait pas ses yeux, les paupières rouges et les yeux emplis de larmes. Papa…
Gao Abahai
avatar

Célébrité : Jeon Jungkook (BTS)
Messages : 96
Date d'inscription : 29/01/2017
Cochon
Age : 22
Argent : 346
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien ♠ Fleur bleue

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE

pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom pom

Rebienvenue toi, c'est bien de revoir la belle frimousse d'Anna ici ♥♥♥
Han Xiu Wen
avatar

Célébrité : Kim Myung Soo (L)
Messages : 727
Date d'inscription : 04/02/2017
Cochon
Age : 22
Argent : 1191
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Nettoyeurs (spécialistes en assassinat) (Qiling)

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

QILING

Re-bienvenue à toi <3 !!
Bon courage pour la re-rédaction de ta fiche x) !
Yao Ping
avatar

Célébrité : Kim Sang-joong
Messages : 226
Date d'inscription : 10/11/2016
Tigre
Age : 55
Argent : 648
Emploi et rang : Président de Xian

更多信息
Réputation:
100/100  (100/100)

Président

Drôlement rapide dis donc fufu rebienvenue madame fufu


Bienvenue chez les DIRIGEANTS
Le membre a rempli  correctement sa fiche de présentation
Le membre a posté son activité rp
Le membre a complété son profil
Le membre est ajouté au bottin des avatars
L'étape la plus dure est passée. Maintenant, tu vas pouvoir commencer ton aventure au sein du Lotus Rouge. En premier, il est conseillé de créer sa fiche de liens pour l'évolution de ton personnage. En tant que Dirigeant, tu dois t'affilier avec une Belle Dame  et discuter sur les nouvelles lois dans la partie réservée uniquement à ton groupe. Pour loger dans l'hôtel, il faut que tu recenses ta chambre. Pour terminer, tu peux te changer les idées avec l'espace détente et si tu as des questions ou des suggestions vient nous en faire part ici.
L'équipe administrative te souhaite la bienvenue sur Lotus Rouge et de passer un agréable moment parmi nous. Bonne aventure !
Long Bo Hai
avatar

Célébrité : Joy Red Velvet
Messages : 36
Date d'inscription : 14/05/2017
Chien
Age : 23
Argent : 126
Emploi et rang : Résidente - FENGHUANG & larbin,domestique dans la mafia

FENGHUANG

Je n'avais même pas fait attention ! o.O

Je te souhaite la (re)bienvenue si j'ai bien compris. haha Have fun avec ce nouveau personnage!
Contenu sponsorisé



 
Leung Xiao Mei
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» LEUNG XIAO MEI ⭐︎ la matriarche
» Xiao Ri
» Bruce Leung Siu Lung:
» Xiao-pan
» Dépot de bilan de Samji et Xiao Pan
Page 1 sur 1
Sauter vers: