L'année 1976 fut désastreuse pour Xian. La guerre défigura ses nombreuses bâtisses, la transformant en de vulgaires ruines. Fort heureusement, on entreprit de la reconstruire tout en conservant cet aspect traditionnel. Ainsi, s'apparente-t-elle au jardin Yuyuan, à Shanghai : de belles plantes odorantes s'épanouissent en fabuleux bouquets et ses illuminations soulignent une architecture grandiose. Mais il est une merveilleuse fleur se déployant en son sein. D'un rouge insolent, ses luminescences chatoyantes caressent une étendue d'eau. Le son des tambours et l'odeur du bois confèrent une aura à la fois chaleureuse et fastueuse... on l'appelle le "Lotus rouge". Ce somptueux édifice appartenait autrefois à la royauté en tant que palais. Néanmoins, il fut reconverti en hôtel il y a de cela dix ans par le nouveau président Yao Ping. En effet, ce dernier était désireux d'attirer une clientèle de tout horizon. Depuis lors, le Lotus rouge concentre diverses activités commerciales et politiques, favorisant par là même le tourisme. (poursuivre la lecture)

Huáng Fǔ Wang
avatar

Célébrité : Lee Joon-gi
Messages : 588
Date d'inscription : 10/01/2017
Chien
Age : 34
Argent : 686
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien, Dragon Rouge.

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DRAGON ROUGE

IDENTITÉ: HUÁNG FǓ WANG

Les graines du sablier s'étaient écoulées très vite, mais je m'y étais préparé face à mon incapacité de pouvoir contrôler le temps. Chacune de ses graines symbolisait chaque étape de ma transformation. Chaque jour, chaque seconde de ma vie ont été ressenti comme une évolution, un changement. Aujourd'hui, je n'étais plus le même qu'avant.
Nous étions malheureusement tous soumis au temps qui passait, et parfois, on se surprenait à vouloir arrêter l’horloge, ou tout du moins la ralentir…
Autrefois, j'étais trop naïf, sensible et peureux de l'avenir, de ce que je ne savais pas et de ce que je ne voyais pas. J'étais trop rapidement bouleversé par ce que je ne pouvais pas comprendre, ne pas toucher, de l'inconnu, de l'invisible et de l'intouchable. Au lieu de vouloir arrêter l'horloge, j'avais pris la décision de m'allier au manque de temps pour me permettre d'atteindre mon but ultime en tant qu'être mortel. Le tic tac n'était plus à présent un ennemi, mais un des fondements de ma stratégie et faisait de moi dorénavant, un insoumis.
Enfant, j'étais maladroit, brutal, le sang bouillant, explosif prêt à déflagrer à tout bout de champ dans le but de rétablir un ordre illusionné et visionné par un enfant révolté et affamé. C'est avec le temps, que j'avais appris à me contrôler et à gagner de la maturité. C'était par la mort et le sang que le monde avait pris un tout autre sens. Je m'étais inspiré de mes peurs, de mes cauchemars et de mes ennemis. J'avais appris en faisant d'eux des modèles pour mieux les manipuler, les comprendre et les écraser. Ainsi, j'étais devenu un être manipulateur, rongé par un amour désespéré qui était à jamais enlacé par les bras de Morphée. Je buvais chaque matin ma dose de vengeance et de rancœurs qui m'amèneraient peut-être à ma mort. Mais ayant déjà vu la mort de près, l'avoir provoqué plusieurs fois, je n'avais plus peur de l'au-delà, de l'enfer où m'attendait depuis la mort de ma bien aimée, Lucifer. Je contrôlais les yeux fermés, car mes yeux étaient partout, dans d'autres corps, sur d'autres visages que j'avais amicalement attirés. Vous savez, l'ennemi pas celui que vous pensez. Il pouvait être bien plus proche que vous ne le pensiez, bien moins fort que vous ne vous l'imaginiez, en tout cas pas de la manière dont vous vous attendiez.
Un ennemi invisible est pire qu'un ennemi qu'on voit.
J'avais juré sur mon âme et ma vie que je me vengerais de ce qu'ils lui avaient fait. Tel était le seul but de ma vie, telle était chaque seconde de mon temps qui s'écoulait, une vengeance en son nom. Mon cœur hurleur et meurtri par son absence s'était enseveli sous un océan profond et épais, irrespirable que nul ne pouvait atteindre, car nul ne pouvait y trouver l'accès. Je ne vivais pas pour le désir ou l'amour d'une autre âme, d'un autre cœur chaud et réconfortant, je vivais que pour elle, je lui prêtais à son esprit errant, mon corps de gardien pour qu'ensemble justice soit faite. Ainsi, nous étions complémentaires et heureux. Elle me disait dans mes rêves qu'elle m'aimait de tout son cœur. Chaque soir, avant de mourir, la tête explosée contre les rochers, le corps disparaissant dans des vagues torrentielles, elle me disait que j'étais à elle pour l'éternité. Le rêve avant le cauchemar. Le réveil avant châtiment.

-------------------------
Ne soyez pas effrayés par le goût du sang qui putréfie ma langue et les idées de mes mots. Aux premiers abords, je suis quelqu'un de très appréciable, au sourire écarlate et au rire chaleureux. Je dégage une aura amicale et douce provoquées par une voix suave et liquoreuse. Mes caresses sont frissonnantes et mon regard passionné. J'étais autrefois un être bien aimé et amoureux, mais la vision des morceaux de son cerveau sur un lit semé de cailloux m'a complètement chamboulé à tout jamais. Aujourd'hui, je ne suis qu'un être dévasté faussement hilare et folâtre qui se tient prêt à déployer son épée pour trancher le cou et percer le cœur de ses proies tant détestées.  
SCÉNARIO PRÉ-LIENS INVENTÉ J'AI POSTÉ MON ACTIVITÉ RP

âge
34 ANS
Né(e) le
23/01/1983
À
Xian

Origines
Chinoises
Sexualité
Indécis
état matrimonial
Célibataire

les rumeurs, qu'en pensez-vous ? en êtes-vous victime, créateur ou sourd d'oreille ?

Xian, cette ville d’autrefois, paysanne,  souffrante de la mondialisation, des exportations et des importations, du choc culturel et économique. Déjà  à cette époque, la rumeur avait de grandes oreilles et se pavanait jusqu’à pas d’heures, de la nuit au petit matin, pour retrouver les pies bavardes qui la mèneront à de nouvelles envolées.  Ces dires sur autrui alimentent la curiosité et la sociabilité trop souvent hypocrite. Ma position sur ces vérités pour la plupart du temps mensongères  n’est pas pour ou contre, blanche ou noire, elle est incertaine et surtout qu’elle n’a pas lieu d’être. N’étant pas un joueur de cette catégorie, j’ai quand même appris par les années qui ont suivies, que les rumeurs peuvent être tout de même écoutables dans un but pratique et  manipulateur. J’évite de les utiliser comme un moyen de pression direct, n’étant pas une partie intégrante de mon plan d’ascension. Cependant, je peux les fournir à autrui, qui me serviront de pions pour mon élévation au sein de cette nation. Sans pouvoir y échapper, moi-même depuis quelques années je fus l’objet de plusieurs conversations mal placées  aux sujets controversés. C’est le prix à payer d’un individu qui tente de s’imposer  au sein de la société.  
que pensez-vous de l'hôtel, des remparts
et de la reconstruction de la ville ?

Je me souviendrais toujours de la première fois, de cet l'hôtel qui s'est imposé majestueusement devant mes yeux. Je m'étais dit "Un jour, je traverserai les grandes portes de cet endroit si bien protégé, qu'on en entend toujours parlé comme un lieu pour les grandes divinités et les considérés de la société. Oui, un jour cet endroit deviendra mon toit et j'en ferais mon trône pour en devenir le roi."
L'hôtel pour moi est représentatif d'un terrain de jeu, l’arène des grands et des méchants dissimulés par des flots de rires pléthoriques et des amitiés erronées. Certains se cachent sous l'apparence d'un être à l'âme charitable et aimante pour mieux vous mener dans leur enfer construit sur une base de lingots d'or. J'ai décidé d'entrer sur l'échiquier non en tant que pion, mais en tant que maître du jeu et de dévier les règles établies par les dirigeants avec celles que j'aurais décidé de jouer. Tout est une question de volonté et si le pouvoir en est une clé, alors j'irai me l'approprier, il suffit d'y croire et de le vouloir.
Cette ville, Xian que je n'ai jamais connue sous son apparence plus pauvre et plus paysanne, toujours dans une luxure fantasmagorique, illuminée comme une ville spirituelle aux traits du jardin d'éden, m'a toujours frappée et motivée dans la quête du pouvoir. Le cœur de cette ville autrefois meurtrie me communique sa force par les battements de sa terre ensanglantée sur les champs de bataille et par de ses esprits abandonnés et assoiffés de vengeance qui stimulent mon âme briguée d'avidité.

JE SUIS UN(E) : gardien (dragon rouge)

J'avais intégré les gardiens dès que possible. Pour moi, c'était le seul moyen d'atteindre les hauteurs de cette montagne épineuse et vicieuse qu'était le Lotus Rouge. J'avais donc commencé à 19 ans même si j'avais débuté bien avant. Dès mes 14 ans, je m'entraînais dans les champs de mon père, les poings ensanglantés contre les écorces des arbres fleuris. Les pieds s'amochaient par les coups que je donnais contre les troncs asséchés. Mes muscles se développaient au fur et à mesure des journées et des nuits passées à m'entraîner, à me battre face à la vision de mes ennemis qui appauvrissaient mes parents et se nourrissaient de leur santé au profit des grains de riz récoltés de leurs pauvres mains gercées. Je voulais devenir fort, avoir du pouvoir par mes propres moyens peu importe le temps que ça devait prendre. J'avais l'espoir d'y parvenir. Sans relâche, j'avais réussi à entrer parmi les rangs des guerriers et me faire une place parmi eux. Malgré ce que pouvait montrer la ville de Xian et l'hôtel, de nombreux massacres se passaient. Je n'avais pas compté le nombre de personnes dont j'avais tranché la gorge, poignardais ou abattu d'une balle entre les yeux. Il y a plus de secrets que je ne le pensais, cachés sous les aspects luxueux du Lotus Rouge et apaisants de Xian. On vous faisait croire des suicides alors qu'il s'agissait d'un crime dicté par les soins d'un dirigeant, on vous faisait croire des violences conjugales, alors que c'était un moyen de pression pour respecter le président et ses directives.
Ne vous attardez pas sur la beauté des pétales tombantes au printemps, mais demandez-vous d'où viennent-elles à la base, où vont-elles tomber, pourquoi elles doivent tomber et qui ou quoi l'a fait chuter. Ainsi, vous verriez le monde autrement. Ainsi, vous comprendriez peut-être ma manière de voir le monde.
Aujourd'hui, à 34 ans j'étais enfin un Dragon Rouge. C'était le rang le plus élevé de l'armé ce qui me permettait de circuler librement à la fois dans l'enceinte de l'hôtel et aux extérieurs. Je pouvais être partout à la fois facilitant l'élaboration de mon plan. C'était en étant un protégé des citoyens, au plus proche de la civilisation, que je pouvais le mieux me mouvoir et me glisser tel un serpent dansant sans être suspecté au sein du royaume des médisants.

  • Rôles

Donner des directives, des ordres aux soldats. Créer des équipes et créer des stratégies. Faire des entraînements.
  • Capacités

Agile, sang froid, autoritaire, ferme, prudent, impliqué, distant et leader.

©️ llllilian salut, marley smith au rapport  louche j'vais sur mes 23 piges  cry  triste vie quand la vieillesse arrive trop vite. j'ai pas de kiki mais j'aimerais bien en avoir un pour faire hélicoptère avec   stache  

Code:
<b>lee joon gi </b> ♦️ [url=http://lotusrouge.forumactif.com/u4]HUÁNG FǓ WANG[/url]

Huáng Fǔ Wang
avatar

Célébrité : Lee Joon-gi
Messages : 588
Date d'inscription : 10/01/2017
Chien
Age : 34
Argent : 686
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien, Dragon Rouge.

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DRAGON ROUGE


LE PETIT TIGRE BLANC

L'année 1983 fut glaciale et dévastatrice pour la ville de Xian. Les récoltes diminuaient constamment et inquiétaient les citoyens qui s'affamaient de jour en jour. La reconstruction de la ville se faisait lentement, retardée par le verglas et les premiers à avoir été favorisé furent bien évidement les dirigeants de la société Xianne. Ainsi, par une nuit sèche et de glace, accoucha de son premier enfant la femme d'un petit paysan nommé Huáng Fǔ Chao dans le quartier Est de Xian. N'ayant pas assez d'argents pour payer les frais d'hospitalisation, elle dû accoucher dans la baignoire suivie de très près par son mari tant aimé. Dans une grande facilité et une grande sérénité est né un petit garçon qui fut nommé Wang, l'enfant au chemin de 7 vies.

Wang grandit très vite. Il est fort et agile. Il s'intéresse à tout ce qui l'entoure. Il prend soin de ses parents, les aidant dès qu'il le peut avec ses petits bras. Il est infatigable et il a toujours le sourire aux lèvres. Sa force et sa vivacité lui donnèrent le surnom de «petit tigre». Sa mère aime l'appeler de cette manière. Il est parfois incontrôlable et toujours infatigable. Il court dans la maison jusqu'aux champs de riz, effrayant les oiseaux qui sont sur son chemin. Il rugit tel un animal, confondant ses mains à des pattes griffues et prend en duel tout tronc d'arbre qui ose le défier. Le petit tigre si insouciant, libéré de toutes contraintes sera pourtant, quelques années plus tard, capturé et enfermé dans un cauchemar parce qu'il aura osé, une fois dans sa vie, aimer...  

En 1989, la famille s'agrandie et offre à nouveau au doux couple de paysans un autre garçon. Les cries et les pleures de l'enfant sont différents de ceux de Wang à sa naissance. Ils comprennent que les deux petits êtres, malgré leur lien fraternel, seront très différents l'un de l'autre. Différents, mais aussi ressemblants. Alors, l'enfant s'appellerait Chang, différent mais ressemblant au prénom Wang par ce jour plus beau, plus chaleureux que le 7 janvier 1983. Et pourtant, cette nuit et ce jour furent tout deux, des moments importants et inoubliables pour la famille Huáng Fǔ. Deux temps éloignés, opposés et deux êtres distincts, contraires mais liés par le sang et par le cœur.

Le petit tigre est devenu grand. Il est maintenant âgé de 14 ans. C'est un adolescent dorénavant qui souhaite plus de changements. Il veut devenir un gardien, un grand soldat pour sauver sa famille et la sortir de la pauvreté. Il veut que sa mère puisse manger à sa faim sans se préoccuper de l'appétit de ses enfants, que son père ait les mains plus douces et un dos en bonne santé et que ses deux petits frères puissent grandir en pleine forme et étudier pour devenir de grands hommes. Wang en oublie l'école et ne souhaite plus qu'une chose, de devenir plus fort. Ses parents sont inquiets, le voyant se transformer par la rage qui le ronge chaque instant. Il s'écarte petit à petit de sa famille, qui ne semble plus le soutenir dans ses projets. Lui, il ne veut pas devenir banal et inutile, il veut juste les aider. Sauf que son acharnement n'a fait que de l'éloigner de ses proches aimés, se renfermant dans ses idées. Le garçon veut prendre toutes les responsabilités, tout le poids sur ses épaules maigrelettes parce qu'il pense pouvoir leur offrir une vie meilleure, mais son avidité l'avait rendu aveugle et trop casanier. Ce jour où les gardiens sont venus chez eux pour tout renverser, il n'était pas là. Quand Chang s'est fait bousculer, son père frappé, sa mère brutalisée et que Chen pleurait, il était en train de s'entraîner. Il était arrivé trop tard, quand le calme c'était à nouveau installé. Le chaos et la haine se lisaient dans les yeux de Chang, choqué par ce qu'il venait de se passer. À deux minutes près et Wang aurait pu les sauver. Il avait manqué de temps, de quelques minutes, de quelques secondes. Il aurait pu être pardonné. Mais ça n'ait jamais arrivé.


Durant trois années, Wang a bossé sur le marché. Il lavait les rues qui sentaient le poisson cru, il ramassait les fruits et les légumes écrasés et il réparait les stands amochés. Une partie de son argent était gardée sous clef et une autre servait à sa famille pour les aider. Il n'abonnait pas son idée de devenir gardien, il attendait juste le bon moment, c'est-à-dire ses 19 ans. Pendant trois ans, il avait calculé un plan. Il s'était fait un trajet, un chemin à suivre pour devenir quelqu'un de fortuné. Alors, il s'est présenté au concours de l'armée et il le passa avec beaucoup de facilité. Avec l'argent qu'il gagnait chaque mois, il a pu s'offrir un logement au Lotus Rouge et y découvrir la vie au sein de cet hôtel qu'il souhaitait tant enfant, en faire son propre toit et en faire son trône pour devenir roi. Les premières semaines ressemblaient à un conte de fée. Cette immense bâtisse regorgeait d'attractions et de beautés. Les plus belles femmes y étaient, les hommes les plus cultivés s'y enfermaient. C'était un tout autre monde qui s'offrait à lui.

Un soir, alors qu'il se pavanait dans les couloirs de l'aile est, la foudre de Zeus le frappa en pleine poitrine. Une silhouette gracieuse dansait avec la légèreté d'une pétale de rose. Elle était captivante dans sa robe rouge flamboyante et semblait aussi dangereuse que les épines d'une rose, fleur de l'amour passionnel, de la puissance et de la profondeur des sentiments. Une curiosité ardente t'absorba et tu as voulu t'approcher pour mieux la voir. Ses longs cheveux noirs cillaient l'air impur de la pièce bondée de dirigeants plus excités les uns que les autres. Pour cette cérémonie sacrée, elle avait le visage blanc poudré et la bouche cerise grenat. Sous l’ensorcellement de ses mouvements, je m'étais juré de la protéger la nuit et de la veiller le jour. Je voulais lui faire oublier ses peines d'amours et la garder auprès de moi, jusqu'à ce que j'en perde la vie.    

Les divinités ont accepté que leur amour se réalise et ont permis à Wang de partager des souvenirs avec cette femme pendant cinq ans. Malheureusement, des personnes se prenant eux-mêmes pour des divinités se sont donner le pouvoir de les séparer. Etant menottée au statut de Belle Dame, sa bien aimée ne pouvait se permettre un tel amour si passionné. Elle était liée à un dirigeant qui en était aussi éperdument amoureux. N'acceptant pas la relation entre elle et Wang, il s'est procuré le moyen de pouvoir la briser. Ainsi, il en a fait une victime de multiples rumeurs infondées qui lui ont causé plusieurs bavardages sur des bases infondées. Les personnes qui l'entouraient ont commencé à ne plus lui parler et à la critiquer. Elle était devenue une exclue dans la société. Ne supportant plus le poids qui l'écrasait et l'étouffait, elle a décidé de perdre la vie à Hu Bing, le grand lac de l'étendue du sud. Wang affolé, est allé pour l'arrêter. La tenant par la main essayant de la retenir de la chute, elle lui demanda de la lâcher. Elle ne supportait plus la vie dans laquelle elle avait été entraînée et voulait juste en être libérée. Le cœur meurtri et les larmes qui coulaient, il lui a dit au revoir et qu'elle devait attendre avant qu'il vienne la retrouver.

Je t'aime Wang, tu seras miens à jamais.
Je t'aime... je serais à toi pour l'éternité.


La main se relâchait et le corps se laissait chuter pour s'écraser contre les rochers. La cervelle éclatait, l'eau de mer se mélangeait au sang et renversait par les vagues, le corps disparaissait comme par enchantement.  





Spoiler:
 
Yuan Li Wei
avatar

Célébrité : Du Juan
Messages : 333
Date d'inscription : 10/01/2017
Buffle
Age : 32
Argent : 451
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Mafia: chef d'unité de renseignements (écrivain à ses heures perdues sous le nom de plume Khan).

更多信息
Réputation:
20/100  (20/100)

DIRIGEANT: LE RENARD À NEUF QUEUES

leul:
 
Je t'offre la musique pour faire l'hélicoptère, t'as juste à trouver ton kiki kkk ofc j'veux jouer avec l'hélico après pedro
Contenu sponsorisé



 
HUÁNG FǓ WANG; Un enfant qui voulait devenir roi.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: