L'année 1976 fut désastreuse pour Xian. La guerre défigura ses nombreuses bâtisses, la transformant en de vulgaires ruines. Fort heureusement, on entreprit de la reconstruire tout en conservant cet aspect traditionnel. Ainsi, s'apparente-t-elle au jardin Yuyuan, à Shanghai : de belles plantes odorantes s'épanouissent en fabuleux bouquets et ses illuminations soulignent une architecture grandiose. Mais il est une merveilleuse fleur se déployant en son sein. D'un rouge insolent, ses luminescences chatoyantes caressent une étendue d'eau. Le son des tambours et l'odeur du bois confèrent une aura à la fois chaleureuse et fastueuse... on l'appelle le "Lotus rouge". Ce somptueux édifice appartenait autrefois à la royauté en tant que palais. Néanmoins, il fut reconverti en hôtel il y a de cela dix ans par le nouveau président Yao Ping. En effet, ce dernier était désireux d'attirer une clientèle de tout horizon. Depuis lors, le Lotus rouge concentre diverses activités commerciales et politiques, favorisant par là même le tourisme. (poursuivre la lecture)

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Tu n'avais pas prévu ça ! Tu n'avais pas prévu ça du tout ! Alors que t’étais partis en mission, un truc sérieux. Ton boss t'avait bien dit de faire attention. Et fidèle à toi-même, t'a juste foncé dans le tas sans trop te poser de questions. D'habitude, ça marche ! Mais là... Là, ça fait environ 2 jours qu'ils t'ont capturé. Où peut être 3 ? Tu ne sais même pas. Depuis 3 jours, tu es attaché là, comme un chien. Tu ne te sens vraiment pas bien, tu deviens dingue. Ils t'ont frappé. Ils étaient plusieurs évidemment ! Et tu cherches le bon moment pour te défaire et finir ta mission. Car évidemment que tu vas la terminer.
Tu as pourtant tellement peur, tes souvenirs de captivité remontent tous en surface et par moment ça te paralyse. Tu as l'impression qu'a n'importe quel moment ton bourreau vas sortir de nuls parts, s'en prendre encore à toi et encore sâlire ton corp. Tu sais pourtant qu'il est bel et bien mort, mais son fantôme hantera très certainement a jamais ton esprit brisé.
Mais là , tu as faim, tu as froid, tu as soif et tu ne dois surtout pas faiblir. Ils ont pris toute tes armes, mais, il y a environs 10 minutes, lorsque tu t'es finalement retrouvé seul dans cette sorte de cave humide, t'as commencer à gesticuler, à t’énerver comme un lion en cage. T’étais désespéré, tu étais presque à la limite de finalement te mettre a pleurer alors que ton visage baignait déjà dans ton propre sang séché. Et a force de gigoter comme tu le faisais, t'as entendu un bruit. Tu t'es figé un instant et tu as finalement compris. Une lame venait de tomber dans ton dos, a hauteur de tes mains. Tu l'as attrapé à toute vitesse, tu as découpé les liens qui te tenaient attaché
Une fois tes liens détachés, tu regardes la lame dans tes mains ... Elle est minuscule. Ton regard incrédule posé sur ta toute petite arme, tu sais de qui ça vient. Ce mec te désespère par moment, mais sur le coup, tu dois bien admettre que sa manière de toujours tout calculer t'a beaucoup aidé.
Une fois totalement délié et tes armes récupérées, tu es prêt à l'attaque, il n'y a encore personne. Tu te caches simplement derrière la seule et unique porte, tu vas les attendes dans ce cas !
[...]
Une fois le travail achevé, la cible ainsi que ses peu nombreux collègues exécutés, tu sors de leur QG ... Tu ne sais pas si tu vas avoir des ennuis , mais tu espères tout de même que non.
Tes vêtements, son couvert de sang, tu n'y prêtes même pas attention ! T'es tellement un petit con au fond que tu laisses la lame de ton collègue sur les lieux ... C'est sa signature n'est-ce pas ? Et bien, tu vas signer ton propre taff avec sa signature a lui. Une boucherie pareille ... Est-ce réellement digne de lui ?
Une fois dehors, le vent frai te fait un bien fou alors qu’intérieurement, tu te sens très mal. Te retrouver enfermé, attaché et frapper, l'histoire des 12 pires années de ta vie, et jamais, pour rien au monde, tu n'aurais pu être prêt a revivre cela !
Tu t'adosses contre le mur dans la ruelle sur là quelle donne le QG , et tu respires, doucement, t'essaie de te reprendre alors que l’adrénaline dans ton corps s'estompe. Tuer ne te fait pas grand effet au fond, quand tu tues, tu te sens en sécurité ... Mais là, t'as tué par simple défence plus que parce qu'on te l'avais demander. Note a toi-même : te renseigner un minimum sur tes proies pour éviter, a l’avenir, d'encore te retrouver avec plus de monde que prévu.
Tu n'as rien mangé, rien bu et tu tuerais pour un bol de ramen. Peut-être même au sens propre comme au sens figuré. T'es dans un état minable et tu allais prendre le chemin de chez-toi lorsque quelqu'un t'interpelle, d'un coup, tu flippes ... Tu n'as déjà pas une couverture très fiable alors si en plus t'es pris sur le fait, tu risques gros. Tu te retournes d'un coup et vois l'un des gardiens ... Fu Chen ! Il est avec vous lui n'est-ce pas ? Au fond, vous n'en avez jamais vraiment parlé, mais sinon ... Comment pourrait-il savoir que tu étais ici ?
Et avant même qu'il ne puisse te poser la question, tu reponds précipitamment :
« Je vais bien ne t'en fait pas »
Tu dis ça alors que ton visage exprime le contraire et que ton corps est sale et couvert de sang ... Qui vas te croire ?

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Depuis quelques temps, tous les gardiens avaient été mobilisés. Nous étions tous en alertes depuis la disparition d'une prostituée et de l'un de nos collègue. Dans un soucis de bien faire, j'avais prit ma journée afin d'enquêter sur le terrain. Je n'avais aucune piste, rien. J'avançais à l'aveuglette, espérant seulement qu'il ne s'agisse pas d'un coup de la mafia.
Ma condition sociale était un plus pour moi. Ma famille étant pauvre, nous vivions entourés de ceux qui ont pour la plupart "mal tourné", comme le dirait mes collègues. Le cadet de ma fratrie en était l'exemple parfait. Chang avait beau avoir réussi et occupait à présent un poste à haute responsabilité, il faisait néanmoins parti de la mafia. Rien que ça. Certains n'avaient pas eu la chance d'être recruté comme sbire, ou n'en éprouvaient pas le besoin, préférant faire bande à part en se construisant un petit réseau. Les personnes que je voulais rencontrer aujourd'hui faisaient parti de cette catégorie. Il s'agissait d'une petite bande de voyous. A mes yeux, ils n'étaient pas bien méchants. Ils volaient, se bagarraient mais rien de plus. J'avais déjà par le passé eu à faire à certains d'entre eux, l'un étant un ancien voisin, un autre étant une petite frappe à qui j'avais remonté les bretelles pas plus tard que la semaine dernière alors qu'il essayait de passer les remparts de l'hôtel sans autorisation. Dans mon esprit, je ne risquais donc rien.
J'arrivais au niveau de leur quartier général dans l'espoir de leur poser quelques questions, savoir s'ils savaient des choses sur ces disparitions ou s'ils n'avaient rien entendus à ce propos lorsque je le vis; Jin. Je fronçais les sourcils, le déshabillant du regard. Le garçon n'avait pas l'air bien mais, ce qui me fit perdre mon sang froid fut ses vêtements; couverts de sang. J'avais oublié mon objectif premier, dans ma tête, Jin devenait la priorité. Il semblait blessé et mon devoir était de l'aider, l'interrogatoire se ferait plus tard. "Jin!" M'exclamais-je en m'avançant vers lui. J'étais familier avec lui, l'appelant par son prénom. A vrai dire, je ne connaissais même pas son nom de famille. Notre relation était ainsi, nous semblions proche vu de l'extérieur et pourtant, nous ne connaissions rien ou presque l'un de l'autre. Mes yeux écarquillés, je le regardais de la tête au pied pour enfin scruter son visage qui exprimait la douleur. "Tu te moques de moi?" Lançais-je alors qu'il m'avait coupé l'herbe sous le pied. S'il allait bien? La bonne blague! Et bientôt, il allait me dire qu'il s'était blessé en tombant? "Pas à moi!" Continuais-je tout en soupirant. Je portais ma main à mon visage pour me pincer l'arrête du nez afin de retenir mon mal de tête naissant. "Tu as l'air blessé. Allons à l'hôpital, tu ne peux pas rester dans cette état!"

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Est-ce que tu te moques de lui ? Pas vraiment, à vrai dire t'es pas en mesure de te moquer de qui que ce soit là. Tu te sens faible, t'as dépenser tes dernière force pour tuer des gens. Mais tu te permets tout de même une petite dose de sarcasme.
« Non, je n'oserais pas ... »
Fu Chen ne te croit pas, et d'un côté, tu le comprends, tu regardes tes propres mains, t'es poignet son bleu d'avoir été beaucoup trop serré, tu as mal au fait ! Ton corps endure plutôt bien la douleur, donc les maux que tu ressens ne te semblent pas insupportables, mais tu as mal quand même. Tu soupires, tu ne le connais pas réellement, mais tu le connais assez que pour savoirs qu'il ne va pas te lâcher, t'as toujours trouver ça bizarre d’ailleurs ! Pourquoi ce mec s'efforce de toujours jouer les héros même quand on n'a pas besoin de lui ! Un héros qui veut sauver un monstre ... Cela ne serait-il pas un peu ironique comme situations ?
T'es toujours adossé contre ce mur, essoufflé, ta tête tourne. Lorsqu'il te parle de l’hôpital, ton regard se jette instantanément sur lui, tu ne veux pas aller à l’hôpital ! Tu as eu le malheur d'y aller une fois, pour une simple blessure, tu avais pris un mauvais coup dans les côtes et tu pensais qu'elles étaient cassées ... On t'avait dit qu'à l’hôpital, ils pourraient t'aider ... Mais toi t'y avais jamais été avant, tu ne savais pas que t'aider ça voulais dire de déshabiller complètement et te faire tripoter par des gens flippant habillé tout en blanc. T'avais pris la fuite et t'as fini par te soigner tout seul ... C'est a dire que t'es rester allongé jusqu’à ne plus avoir mal. Et heureusement pour toi, t'as fini par t'en remettre.
« Non pas l’hôpital s'il te plaît »
t'avais presque l'air effrayé par l'idée. Tu soupires encore une fois et te redresses, ta tête tourne un peu plus et tu finis par te reappuier contre le mur, te rendant bien compte que ton corps refusait de suivre. Tu souris ironiquement, car tu sais que si tu n'arrives même pas a te redresser correctement, tu ne te débarrasseras jamais de monsieur Fu-je-suis-la-pour-sauver-le-monde-Chen
Au fond de toi, sans que tu n'arrives vraiment à t'en rendre compte, tu sais que tu as besoin de lui sur le coup.
« Je veux rentrer chez moi, je déteste aller à l’hôpital ... »
Tu sembles presque désespéré quand tu dis ça. Tu respires un grand coup et tu finis par réussir à te redresser, et tu traînes des pieds dans la direction de chez-toi.
Tu as l'intime sensation qu'il va insister, et t'es tellement pas en état de lutter et t'es surtout prêt a tout pour ne pas finir entre les pattes de ces gens flippants de l'hosto , résigné, tu dis donc a la tête de mule sauveuse
« Tu peux me raccompagner si tu veux... »
C'est ça ou c'est l’hôpital ... La vie est une suite de toute sorte de choix.

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Je le sentais, son sarcasme. Dépité, je soupirai. S'il était en mesure d'en faire, c'est qu'il n'allait pas si mal après tout. Je me massais les tempes, mon mal de tête ne faisant qu'augmenter. Ce Jin alors! Irrécupérable!
Je les avais repéré, ses poignets, bleuit par ce qui aurait pu être des liens. Alors comme ça, Jin s'était attiré des problèmes? Peut être avec le petit groupe de voyous que j'allais interroger? Mais s'il était ici, dehors, cela ne pouvait signifier qu'une chose, il s'en était sorti. Inconsciemment, un sourire de soulagement se dessina sur mon visage. J'avais remarqué son absence. Ces derniers jours, lorsque je passais près du parc qu'il avait l'habitude de fréquenter, il n'y était pas. Habituellement, je l’apercevais là-bas, entouré par la végétation. Le voir ainsi, s'intéresser à quelque chose d'aussi magnifique que la nature m'avait fait espérer. Je savais qu'il faisait partie du Venin Noir mais, qu'il s'intéresse aux plantes signifiait pour moi qu'il n'était pas totalement irrécupérable. C'était en partie pour cette raison que je me faisais un devoir de vouloir le protéger, d'essayer de lui faire comprendre qu'il devait quitter la mafia pour vivre une vie plus légale, s'épanouir avec un vrai métier. Son absence pouvait pour certain signifier qu'il était occupé ailleurs plutôt qu'à regarder ces fleurs. Pourtant, dans mon fort intérieur, je ne m'étais pas empêché d'imaginer le pire et ses marques sur ses poignets confirmaient mes craintes.
Naturellement, je lui avais proposé de l'amener à l'hôpital mais encore une fois, le garçon me surprit, refusant catégoriquement d'y aller. Pour quelle raison? Je fronçais les sourcils, l'observant. Il avait l'air tellement fragile, apeuré, comme un chaton face à un étranger. C'était mignon. Face à cette vue et malgré ma colère dû à mon inquiétude, je n'arrivais pas à ne pas sourire, attendrit par le mafieux.
Il essayait encore de jouer au brave, se décalant du mur contre lequel il s'était appuyé. Je le regardais, mon sourire s'effaçant peu à peu. Même s'il avait encore la force d'être sarcastique, il était faible, c'était un fait. Je me rapprochais de lui, tendant mes bras pour ne pas qu'il tombe au sol désireux de lui rendre service. Il se reprit cependant, se rappuyant contre le mur. C'était évident. Il ne voulait pas de mon aide. Devais-je pour autant le laisser? Hors de question! Il avait besoin de moi! Je le fixais, observant ses moindres faits et gestes et lorsqu'il se redressa, je tendais une nouvelle fois les bras vers lui pour le rattraper en cas de chute.
Il semblait déterminé à rentrer chez lui. Je soupirai, capitulant à sa demande. "Ok. Allons chez toi, mais t'as pas le choix, si tu refuses d'aller à l'hôpital, c'est moi qui te soignerai!" Je pensais avoir les compétences nécessaire pour cela. Après tout, j'avais quand même cinq ans d'étude de médecine derrière moi, j'étais plus que capable de le soigner ou même de savoir ce qui lui fallait pour aller mieux.
Je me retrouvais donc à suivre Jin, marchant lentement derrière lui, faisant bien attention au cas où il perde l'équilibre pour le rattraper. Il était suffisamment blessé comme ça, il n'allait pas rallonger à sa liste une bosse à la tête!
Sur notre chemin, les habitants le dévisageaient, ils devraient probablement se demander s'il était un malfrat que j'avais arrêté. Il était vrai que nous ne passions pas inaperçu, entre lui couvert de sang et moi dans mon uniforme de gardien, nous n'étions pas discret. Dans tous les cas, il n'aurait pas eu besoin de moi retenir l'attention des passants. Une fois arrivés au quartier Est, il s'arrêta devant un immeuble. Je supposais donc qu'il s'agissait de l'endroit où il vivait. Cette fois-ci, c'était à moi d'anticiper ces mots. "Si tu crois que je vais te laisser, tu te fourres le doigt dans l’œil jusqu'au coude! Je t'ai dit que j'allais te soigner, alors je vais le faire!" Même si je devais m'absenter un moment pour aller acheter le nécessaire à la pharmacie, je le ferai. Je ne devais pas ignorer ce garçon qui avait clairement besoin l'aide d'un pair, en l’occurrence, de la mienne.

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Le gardien restait toujours loin de toi, mais assez proche pour que tu te sentes mal à l'aise, dans ta tête, tout était clair: Si tu te casses la gueule mon gars, il va vouloir te ramasser. Et tu n'as vraiment pas envie qu'il te ramasse, là, tu te sens trop sale, trop souillé encore une fois et tu refuses que lui, ou qui que ce soit d'autre puise posé ses mains, même bienveillante, sur ton corps affaibli.
Évidemment, il va te raccompagner. Et t'es vraiment partagé. D'un côté, tu voudrais qu'il te laisse, qu'il s'en aille et fasse juste comme s'il ne t'avait même pas vu, alors tu serais rentré chez toi et tu aurais simplement pris une douche. Mais d'un autre côté, tu le sens que tu as besoin d'aide, que quelqu'un s'occupe de toi comme le faisait ta défunte meilleure amie, la femme de ménage.
Et pourtant t'es totalement blasé ... Cette sensation que tu as lorsque quelqu'un se montre trop tactile avec toi, elle te paralyse. Tu marches en traînant des pieds, tu te tiens le côté et passe ta langue sur une des plaies séchée sur ta lèvre ... C'est tellement dégueulasse, tu détestes ça.
« J'ai trop de chance... »
Encore du sarcasme, comme si c’était ton seul moyen de t'exprimer. Chen ne s'est pas éloigné de toi une seule seconde , comme s'il te surveillait. Tu ne comprends pas pourquoi il est comme ça avec toi ! Tu crois savoir des choses sur lui alors que tu ne sais rien ... Dans ta tête, ce gardien est juste un infiltré de la mafia ... Mais comment en être sûr ? Tu ne peux tout de même pas lui faire confiance ... Si ? Non pas possible.
Le regard des passants sur vous deux ne t'interpellent pas le moins du monde. Tu as l'habitude que l'on te dévisage, pas pour le sang en génrale, tu prends toujours la peine de te débarbouiller un peu. Mais surtout parce que les gens te voient comme un gars bizarre.
T'es un peu la bête de foire du quartier. Tu sors parfois la nuit juste pour donne a manger aux chatons qui miaulent a la porte de ton immeuble ... En quelque temps, une meute a fini par se former. Et aussi, tu passes ton temps à arroser les plantes de tout le monde ... Tu considères que même si elles ne sont pas a toi, elles méritent d’être arrosées.
Dis comme cela, on se demanderait presque ce qui fait que tout fasse de toi un mec chelou ... En vérité, c'est parce que tu passes plus de temps a jouer le jardinier qu'a parler au gens ... Personne ne sait qui tu es, tu ne parles à personnes et tu rentres souvent an boitant ou blessé. Tu passes sûrement pour un voyou bizarre ... C'est un peu ce que tu es n'est-ce pas ?
Arriver devant chez-toi , t’étais totalement plongé dans tes pensées que t'en avais finalement presque oublier la présence de ton preux chevalier.
« Fais-toi plaisir ... »
Tu ouvres la porte , montes les escaliers et arrives a ton palier. Tu devines que le gardien est a ta suite ... Tu ne veux même pas savoirs comment il va te soigner parce qu'au finale, personne s'occupe jamais vraiment de toi. Tu te démerdes toujours tout seul.
Ton appartement est nickel, comme d'habitude, tout est épuré, le minimalisme total de ta décoration contraste parfaitement avec ta tenue sanguinolente.
Tu n'es tellement pas bien, t'as l'impression que si tu t'allonges ne serait-ce qu'un instant, tu vas t’endormir pendant des jours.
À la place, tu fonces aussi vite que tu le peux, c'est a dire a la vitesse d'une grand-mère au passage piéton, vers ta cuisine, tu prends un verre d'eau et le bois d'une traite, puis encore un ... Et encore un. Tu avais tellement soif, tout ce que tu avais pu avaler durant 3 jours étais ta propre salive mélangée à ton sang dans ta bouche.
« Au fait ... Je peux me soigner tout seul, tu sais ? »
En réalité, tu commences à apercevoir le moment ou Fu Chen vas vouloir se comporter comme les psychopathes en blouse blanche qui te font flipper approcher. Et du coup ... Bah ça te fait quand même flipper.
Jamais personne ne viens chez toi ... Tu ne sais même pas si tu dois faire preuve d’hospitalité ou pas ou si tu dois juste le laisser faire ... Il va bien finir par se faire, chier et s'en aller non ?
Ton visage se déforme ensuite un peu. Tu as bu beaucoup trop vite, ton corps semble ne pas le supporter après avoir été sevré.

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Encore et toujours du sarcasme. Avec lui, je devrais y être habitué depuis le temps et pourtant, cela m’exaspérait à chaque fois augmentant davantage mon mal de tête. C'était toujours comme ça avec lui. Dès qu'il commençait avec ses piques verbaux, un mal de tête insupportable apparaissait. Je devais être allergique à son sarcasme. Ça existe ça? L'allergie au sarcasme? Non parce que je n'y voyais pas d'autre explication. Comme à mon habitude, je laissais couler, cela ne servait à rien de renchérir avec lui à moins de vouloir provoquer une joute verbale, mais je n'y voyais pas l'intérêt. Tout ce que je voulais pour le moment, c'était m'occuper de ce chaton blessé.
Je le suivais jusqu'à arriver chez lui, ou il me pria plus ou moins de rentrer. A peine arrivé dans son appartement, j'écarquillais les yeux, surpris par l'incroyable propreté des lieux. On avait du mal à s'imaginer un intérieur aussi bien entretenu et aussi... vide. Jin, c'était plutôt le genre de gars qui semblait mettre ses vêtements sales en boule dans un coin en attendant qu'il n'ait plus rien à se mettre pour se décider de faire une machine. Je m'étais préparé à rentrer dans un appartement crasseux, aux tâches de moisissure sur les murs, aux tâches de graisse dans la cuisine, mais rien. Il n'y avait rien de cela. Par respect pour son intérieur, je retirai mes chaussures, regardant autour de moi comme un ahurit. Il ne cessera jamais de me surprendre. A force d'avancer le nez en l'air, je me cognais contre sa table basse. "Aïe..." Échappais-je en levant ma jambe pour frotter mon tibia. Le choc avait au moins le mérite de m'avoir fait reprendre mes esprits. Cherchant Jin du regard, je le trouvais à la cuisine en train de s'hydrater. Depuis combien de temps n'avait-il pas eu le droit à une goutte d'eau? Je fronçais les sourcils en l'observant. S'il continuait, il allait se faire mal au ventre.
A peine eu-je cette pensé que je voyais son visage se déformer par la douleur. Je levais les yeux au ciel. Irrécupérable ce garçon! Je m'avançais vers la cuisine, croisant mes bras tout en prenant appuie sur le bar américain. J'esquissais un sourire sarcastique, c'était à mon tour de l'exaspérer. "Et comment tu vas faire si tu dois te recoudre? Tu es maître dans l'art du point de croix peut être?" J'avais été méchant, je l'avouais. Ce n'était pas très sympa de ma part mais qu'importe, c'était le retour de bâton. Il m'avait cherché! "Laisse toi faire ou sinon, je te traîne de force à l'hôpital! C'était le deal, ok?" Est-ce qu'il avait le choix? Non, j'étais beaucoup trop inquiet pour lui et le sang sur ses vêtements m'indiquait déjà que j'allais avoir droit à une vision d'horreur une fois que je l'aurais déshabillé. Je soupirai un dernière fois, lui indiquant d'un signe de tête son canapé. "Vas t'installer. Tu as des trucs contre les blessures ouvertes? Contre les hématomes?"

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Te recoudre ? Mais pourquoi tu devrais te recoudre ? Avant, lorsque tu vivais encore dans ton enfer, ce n'était pas a toi de te soigner, tes points de suture, c’était elle qui te les faisait, mais depuis que tu vis à Xian , tu ne t'es jamais recousus toi-même, la seule fois ou ta plaie a été un peu trop profonde, tu l'as totalement recouverte de désinfectant et tu as serré le bandage très fort pour que ça reste fermé. Clairement, pour l'enlever après, ça a été un carnage, ta peau, c’était prise un rien dans le tissu du bandage, mais chance pour toi, cela c’était refermé un peu. Heureusement qu'il fait très propre chez toi, parce que sinon tu aurais pu en développer des infections.
Il essaie de te piquer, tu ne souris même pas, ton regard se jette dans le siens, vide, comme si t’étais un peu mort de l’intérieur.
« Le point de croix ? ... »
En vérité, tu ne sais pas ce qu'est un point de croix.
Ton ventre te fait un peu mal, mais en même temps, tu as très faim, ton ventre grogne un peu avant que tu ne passes ta main dessus tout en le regardant avec compassion.
Te traîner de force à l’hôpital, ton regard se jette de nouveau sur lui, mais cette fois t'es un peu plus menaçant, qu'il arrêter avec son hôpital-là. De toute façon, même s'il voulait t'y emmener de force, il n'y arriverait pas ! T'es plus petit ... Mais t'es aussi plus rapide !
« Arrêt avec ton hôpital-là ! Si je te dis que je ne veux pas y aller ... Je ne vais pas y aller »
Tu as des allures de petits gamins capricieux quand tu fais ça, mais c'est juste parce qu'il est en train de te saouler avec son hôpital.
Malgré ta petite phase de rebelite aiguë, tu t’exécutes tout de même, tu te diriges vers ton unique canapé, tu passe devant lui tête baissée et vas t’asseoir. Juste avant de t’installer, tu avais tout de même enlever ta veste sale pour la poser sur la table basse. Tu vas devoir encore tout nettoyer lorsqu'il sera parti.
« Dans la salle de bains ... ya des bandages et du désinfectant et aussi une pommade »
Tu ne dis pas a quoi la pommade sert, concrètement t'as jamais vraiment su a quoi elle servait ! Toi, tu la mets sur tes bleus, parce que l'odeur qu'elle a te rappelle celle que la femme de ménage te mettait avant. Mais tu n'es pas persuadé à cent pour-cent que ce soit son utilité. Tu n'arrives pas a lire ce qu’il y a écrit sur le tube, ce n'est pas facile le chinois !
La présence du gardien chez toi ne te dérange pas ... Ce qui te dérange, c'est cette intime sensation de ne pas pouvoir lui échapper, comme si tu ne voulais pas lui résister, mais qu'au fond, tu en avais absolument envie. T'essaies de ne pas t'imaginer ce qu'il va bien pouvoir faire pour te soigner ... Il pourrait peut-être juste s'occuper de ton visage ... Ce serait suffisant ! Tu aurais juste à fermer les yeux le temps qu'il termine et ce serait de l'histoire ancienne ? T'es à moitié consentant concernant les soins.
Tu es conscient que ta peur maladive du contact physique n’était pas très commune. Mais tu as la sensation de ne rien pouvoirs y faire.

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Je soupirais tout en me pinçant l'arrête du nez. A quoi bon essayer d'être sarcastique quand son vis-à-vis ne sait même pas de quoi on parle. "Laisse tomber." Soupirais-je à nouveau, rendant les armes. Le sarcasme ce n'était définitivement pas pour moi. Cela ne m'allait pas de toute façon. A chaque fois que j'essayais d'être méchant, je me retrouvais avec un léger pincement au cœur, regrettant instantanément mes mots.
Jin n'aimait vraiment pas l'hôpital, c'était ce que j'en déduisais aux vues de sa réaction. Quel genre de mauvaise expérience pouvait-il avoir eu? Etait-ce à l'hôpital de Xian? Je fronçais les sourcils, mon regard sévère se plantant dans le sien. Je n'eus même pas besoin de le gronder pour qu'il s'exécute docilement, allant s'installer sur le canapé comme un garçon que sa mère venait de punir. De mon côté, je quittais la pièce pour ouvrir l'unique autre porte qui devait être la salle de bain. La pièce était aussi vide que le salon/cuisine/salle à manger/chambre. Je soupirai. Il n'avait même pas de rideau de douche! Comment faisait-il pour garder cette pièce aussi propre? Même les joints du lavabo était d'un blanc immaculé. Je sifflais, impressionné. Jin devait être un l'un de ces maniaque qui passait son appartement entier à la javel. J'ouvrais la seule armoire présente dans la minuscule pièce, choqué par le peu de produits que le garçon possédait. Il ne m'était pas difficile de trouver les bandages et le désinfectant mais pour ce qui était de la soit disant crème... J'avais bien trouvé un tube de crème mais il s'agissait d'une pommade contre les piqures de moustique. Le tube en main, je le fixais. Ne me dites pas que... "Jin? La crème dont tu me parles, c'est celle contre les piqures de moustique ou je suis soudainement devenu teubé?" Criais-je pour qu'il m'entende. J'espérais vraiment ne pas avoir trouvé la pommade dont il me parlait. Pourquoi aurait-il ce genre de crème? Etait-il incapable de lire une étiquette? Non... Ce ne devait pas être ça. Je devais forcément me faire des idées. Sa pommade, il l'avait placé autre part, quelque part ailleurs que dans la salle de bain ou, peut être avait-il oublié qu'il en avait plus? Oui! C'était ça! Il n'avait plus de crème, il l'avait oublié c'est tout!
Je sortais donc de la salle de bain avec le désinfectant, les bandages et un gang de toilette que j'avais trouvé dans le placard. Ce gant, je le reconnaissais. C'était l'un des linge de toilette du Lotus Rouge. Comment ne pas reconnaître une telle pièce, le symbole du Lotus étant délicatement bordé sur ce linge en plus du fait que l'hôtel fournissait aux gardiens ce type de pièce. Jin devait l'avoir volé à quelqu'un, je l'imaginais mal aller à l'hôtel. Pourquoi s'y serait-il rendu? Ce n'était pas son univers, c'était certain.
Je posais le tout sur la table, décidant enfin de me mettre à l'aise. Je retirai ma veste pour la poser sur la table basse, à côté de celle de mon hôte. "Bon, déshabille toi, que je regarde ça de plus près. T-shirt et pantalon!" Disais-je en m'asseyant à côté du garçon. Je déboutonnais les boutons de manchette de ma chemise pour la retrousser afin de ne pas la salir.

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

T’étais assis sur le canapé, tu jouais nerveusement avec tes doigts. À cet instant, tu as juste envie de poser ta tête sur le dossier du canapé et de piquer un petit somme. Tu voudrais t’endormir simplement pour que la douleur constante a laquelle t’avais fini par t'habituer s'en aille. Tes mains sont toujours rouges de sang, tes poignets violacés, ton visage éraflé et tes cheveux sales et en bataille.
Le gardien s'en va vers ta salle de bains, d'un coup, tu penses à t’enfuir, courir loin pour ne pas avoir a être confronté à cette séance de «Fu chen passion médecin » mais tu sais que tu n'as déjà pas la force même de te relever maintenant tes jambes sont enfin reposée et aussi ... Il finira par te retrouver et t'emmener à l'hôpital.
Tu l'entends de loin ... Une pommade pour les moustiques ? Tu baisses le regard sur le sol ... Tu n'aimes pas te sentir con, t'as jamais aimer ça ! Il y a beaucoup de choses que tu ne connais pas encore et aussi que tu ne sais pas faire ... Comme lire où écrire par exemple et ça te complexe par moment.
Intérieurement, tu y croyais tellement aux vertus de cette pommade que t'avais finis par te convaincre toi-même qu'elle fonctionnait ... Alors qu'en réalité, tu te faisais juste des films
Contrairement a lui, tu ne cries pas, tu te contentes un simple et audible
« J'ai que ça ... »
En vérité, tu n'aurais pas voulu savoir a quoi elle servait.
Lorsqu'il revient vers toi, tu lui réponds tout de même, avec de nouveau ce sarcasme qui définit ton langage
« Et j'ai jamais dit que tu étais Teubé ... Mais si tu t'en rends compte tout seul, c'est qu'il reste de l’espoir »
Tu fais ton malin alors que tu sais que de vous deux , c'est certainement toi le plus debile.
Il commence ensuite à se mettre a l'aise, il dépose une sorte d’attirails sur la table. Ton regard se fige sur le gant de toilette, ce gant de toilette, il a une drôle d’histoire ! T’étais en mission au Lotus, pour une fois t'avais écouté Xiu Wen ... T'avais décidé de te mettre sous couverture et de pas foncer dans le tas comme un bourrin ... d'après ton collègue, c'est très mauvais d’agir comme ça à l'hôtel dû au fait qu'il est beaucoup trop bien gardé. Donc tu t’étais un peu déguisé. Et ce gant de toilette ... Il t'a tout simplement servi à pas te faire mordre par la personne que tu voulais faire taire en mettant ta main sur son visage.
C'est très étrange, lorsque c'est pour te battre ou pour tuer tout d'un coup le contacte ne te dérange plus tant que ça, beaucoup trop concentrés sur ta haine et ton instinc
Lorsque Fu chen semble enfin en position, il te demande de te déshabiller.
D'un coup, tu te crispes, ta main se ressert sur le bas de ton sweat-shirt. Te déshabiller ? Et pourquoi ? Le regard que tu lui lances est maintenant rempli de peur, de détresse ... Que l'on te touche est une chose ! Mais que l'on voit ton corps souillé, couvert de marque dont tu as honte, témoins de toutes les maltraitances et blessure que tu as pu subir en est une autre ...
« T'es ... T'es sérieux ? Genre ... Pourquoi ? »
Ta question est tellement stupide ... Tu fuis tout d'un coup son regard, te rendant bien compte que ta soudaine attitude va sembler bien plus que suspecte. Et tu ne bouges plus ... Tu ne vas quand même pas te déshabiller ... Ce n'est pas possible !

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Encore du sarcasme. Sale gosse! Je soupirais, s'il continuait avec ses piques, j'allais vraiment finir par m'y habituer et ne plus y faire attention... Peut être... Un jour... Cela dit, c'était un bon entrainement face à la tyrannie de mon chef d'équipe, Xu Liang. A côté de lui, Jin, c'était du pipi de chat. Oui, parce que Monsieur Xu Liang lui n'utilisait peut être pas le sarcasme mais il savait exactement appuyer là où ça faisait mal, avec sa voix rock et son air trop sérieux. Sans compter sur le fait que lui répondre signifiait signer son arrêt de mort en plus d'une jolie petite mise à pied pour insubordination. Aah! C'était le coté attrayant de ceux qui occupaient un poste haut gradé. Parfois, nous autre subordonné pouvions les envier pour leur privilège et parfois, les plaindre pour leur masse considérable de travail.
Je m'installais à côté de Jin, m'occupant de remonter les manches de ma chemise. Encore un refus. Je soupirai, tournant la tête vers lui. "Et je fais comment pour te soigner? Avec ma vision au rayon X? C'est bête, je n'en ai pas, alors soit tu te déshabilles, soit c'est moi qui le fait!" A ces mots, j'attrapais le bas du sweat-shirt de Jin pour sans délicatesse le relever pour lui retirer. Je profitais clairement de son moment de faiblesse. Il fallait que je le brusque le petit! Si je lui cédais tous ses caprices, il finirait par en prendre l'habitude et dans ce cas, je ne pourrai plus avoir cette figure autoritaire face à lui. S'il ne m'écoutait plus, je ne pourrais plus l'aider, plus jamais... Alors j'étais dur, mais c'était pour son bien.
A présent torse nu devant moi, je fronçais les sourcils, prenant l'air sévère. "Maintenant, tu me retires ce pantalon et plus vite que ça!" Dans ce genre de moment, j'avais l'impression d'être une mère en train de punir son gamin qui venait de jouer dans la boue. Ce n'était pas une situation plaisante. Déjà m'autocomparer à une mère n'était pas agréable, mais en plus être sévère comme mon tyran de chef, cela ne me ressemblait pas et intérieurement cela me faisait de la peine.
Je m'arrêtais un instant pour regarder le corps sale du garçon. Doucement j'entre-ouvrais la bouche, mes yeux s'agrandissant face au massacre que je pouvais constater. Mon cœur se serrait. J'étais pas prêt à assister à ce spectacle. Mon regard détaillait chacune de ses blessures, puis ses cicatrice. Doucement ma main vint devant ma bouche. Il pouvait lire dans mon regard l'horreur de ce spectacle. Quel monstre avait pu lui faire ça? Je fronçais les sourcils, mon mal de tête augmentant tandis que je retenais mes larmes. Alors c'était pour ça qu'il refusait de ce déshabiller? Avait-il honte de son corps à ce point? Et ma réaction... Ma réaction était la pire que quelqu'un pouvait avoir face à lui. Je déglutissais, les sourcils toujours froncés. Doucement ma main se décollait de ma bouche, se levant jusqu'à sa chevelure sale et mal peignée. "Ça va aller... Jin..." Disais-je doucement pour essayer de le réconforter. Mes yeux, toujours adsorbés par les traces sur son corps remontaient à son visage pour me planter dans son regard. "Quoi qu'il ait pu se passer..." Continuais-je d'une voix qui se voulait douce et apaisante. "Maintenant, je te protégerai." Ma main ne quittait pas ses cheveux alors que j'essayais de lui offrir un sourire réconfortant, qu'il puisse avoir le sentiment que plus jamais personne ne posera une main malveillante sur lui.

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Et là d'un coup, c'est ton cœur qui s'affole, tu ne fais même pas attention a ce qu'il venait de te dire, tu vois sa main s’agripper brusquement à ton haut et tu as l'impression de mourir. Tu commences à trembler, tu ne te sens pas bien, t'as presque envie de pleurer, mais tu t'es promis de ne plus jamais verser de larmes. Tes 2 bras finement musclés et eux aussi recouvert de brûlure de cigarette tentent de cacher ton corps désormais a moitié nu, tu as la chair de poule. Et tu lui en veux a mort, tu as soudainement un mouvement de recul, comme si d'un coup, tu avais peur de lui, tu te souviens ! Tu te rappelles de comment « lui » il te déshabillait comme cela, avec la même force ... Pas pour les mêmes intentions certes ... Mais le même geste: brusque et sans douceur. Et tu te recroquevilles, tu sens le regard de ton vis a vis posé sur toi, et tu fermes les yeux, tu les fermes fort ! Comme si tu voulais à tout prix fuir la situation, et tu la sens ! Cette boule qui se loge dans ta gorge et qui te fait un peu plus mal.
Cette obsession que tu as a ne pas te laisser touché, ou pire, te retrouver nu devant les autres ... Elle pourrait sembler totalement exagérée, mais lorsque l'on connaît ton histoire ... On ne peut que comprendre. Ta colère monte doucement en toi, là t'as juste envie de t'emparer d'une de tes armes dans ta veste et de lui faire payer ... Lui faire payer comme à tous les autres qui ont osé de mettre nu sans ton accord. Mais à la place, tu restes fermé, complètement désemparé.
Et tu savais quel regard il avait sur toi, le même regard que tous les autres ! Un regard que tu prenais pour du dégoût. Mais tu n'y pouvais rien ! Tu n'as pas demandé a ce que ton corps soit ainsi souillé.
Tu sens sa main dans tes cheveux, tu redresses vivement la tête pour t’écarter. Ça va aller Mais qui est-il que pour te dire ça ? Ça va déjà, depuis que tu es à Xian ! Enfin ... Tout est relatif ! Tu as juste réussi à te contenter de la vie que tu avais actuellement ... Alors pourquoi lui, sans le vouloir, te replonge-t-il justement dans des souvenirs pareil ?
Ton regard devient humide, mais tu ne pleures pas ! Il est juste légèrement rouge et brillant. Tu avales difficilement. Et vos regards se croisent, une sorte de contact se crée, tu es a mis chemin entre la haine profonde pour le gardien et la détresse totale vis a vis de ta position actuelle ... Intérieurement, sans lui avouer, tu lui en es presque reconnaissant de ne pas te demander d'expliquer ce qu'il t'es arrivé, parce que toi-même, tu n'arrives pas à mettre des mots sur tout ce que tu as pu vivre.
Sa main toujours dans tes cheveux, tu ne te sentais pas bien ...
Te protéger ? Ta respiration devenait bruyante, comme une animale que l'on venait de capturer. Et tu restes comme ça, recroqueviller sur toi-même. Ton côté droit de fait souffrir un peu plus, et ton estomac aussi. La ça en était trop pour toi, tu te sentais doucement partir, mais d'un coup te t'es ressaisi ... Tu dois rester là ! Conscient ! Tu ne disais plus rien, comme paralysé ! T'as tout de suite une moins grande gueule dans ce genre de situation. Au bout d'un tout petit moment, tu finis par dire d'une voix presque inaudible
« Bouge ta main de la ... »
Tu sais qu'il veut t'aider, tu sais qu'il ne te veut pas de mal ... Mais c'est plus fort que toi, tu te retrouves totalement paralysé. Mais là, tu es tellement faible. Tu finis par te rasseoir normalement, dévoilant un peu plus ton corps ... Comme si tu étais résigné désormais. Ton mal-être n'en était que plus présent, mais ... Tu ne sais pas, peut être inconsciemment voulais-tu qu'il te protège ?

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Il était apeuré, le chaton. Sans défense, dans sa boite en carton, il crachait face à ceux qui voulaient l'adopter. Maintenant que ses blessures du passé étaient dévoilées, il avait l'air encore plus misérable. Mais le chaton de crachait plus, le chaton, il était faible. Je le regardais, sentant sous mes doigts qu'il était crispé. Il tremblait, il avait mal et moi, j'étais le monstre qui avait rouvert ses plaies. Tout comme lui, j'avais mal. Ce n'était probablement pas la même douleur mais ce cœur qui se tordait me faisait atrocement mal. Je compatissais et je me sentais encore plus sale. Moi aussi j'étais un monstre. Ce n'était pas moi qui avait écrasé des cigarettes sur lui et pourtant, je me sentais comme tel. De la pitié. Horrible, dégoûtant. Je me dégoûtais d'avoir pitié de lui. Cette pitié, c'était ce qui renforçait ce désir de le protéger, c'était ce qui me poussait à ne pas rompre le contact visuel avec lui, c'était cette pitié qui m'avait fait parler. Maintenant, je te protégerai. Foutaise! Comment faire, lui qui vivait en ville et moi à l'hôtel? C'était impossible et pourtant, ces mots étaient venus comme ça. Je n'y avais pas vraiment réfléchis et le pire, c'était que j'étais sincère. J'avais ce désir de le protéger, que plus jamais on ne pose sa main sur lui. Je le désirais, mais encore, c'était impossible, je ne pouvais pas être son gardien, à lui seul. La ville avait besoin de moi comme elle avait besoin de tous mes collègues, on ne pouvait pas veiller que sur une seule personne. Pourtant, à ce moment, je voulais y croire et je voulais que cette petite chose toute recroquevillée y croit.
Un silence c'était installé entre nous. Nous échangions des regards, ses yeux aussi humides et rougis que les miens. Ce fut grâce à ce silence que j'entendis ses mots. Doucement, je retirais ma main de ses cheveux. Alors, il n'aimait pas qu'on le touche... Normal après tout. Je baissais les yeux, m'éclaircissant la voix avant de reprendre la parole, ma voix grave se faisant plus douce. "Retire ton pantalon, s'il te plait..." Je déglutissais une nouvelle fois. J'avais presque du mal à le lui demander. Si ses jambes étaient aussi marqués que son torse et ses bras, je pouvais comprendre qu'il ne veuille pas que je vois cela. Pourtant, en vu de sa position, il semblait accepter le fait de me montrer sa peau.
Maintenant, j'évitais son regard. Les yeux baissés, j'attrapais le gant de toilette pour vaporiser du produit désinfectant dessus. Je l'enfilais pour enfin porter le tissus près de sa peau blessée. "Ça va piquer." Délicatement, je tâtonnais ses blessures. Je faisais en sorte de lui faire le moins mal possible, retirant la crasse avec le produit. Lorsque le gant fut trop sale pour continuer, je me levais pour aller le rincer au robinet pour reprendre mes soins. "Quand on aura fini de désinfecter, tu utiliseras ce gant pour te laver, il faut très peu d'eau sur ta peau, il ne faut surtout pas que les entailles ramollissent sinon je ne pourrai pas recoudre." Disais-je à voix basse.

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

24 ans ... 24 ans à peine et tu sembles déjà en avoir beaucoup trop vécu. À 24 ans, tu sembles, en ce moment, en avoir 12 ! Comme si tu n’étais redevenu que ce petit garçon tapis dans le noir, seul et abandonné ! Toutes ses années, tu les as passées à culpabiliser et a haire ! La haine et la honte ... Et la t’étais en pleins dedans,, tu rêvais de voire apparaître ta gentille femme de ménage dans cette pièce pour te consoler encore une fois. Mais elle ne reviendra plus jamais ... Parce qu'a force de te consoler en cachette, elle a fini par en mourir ! Par ta faute ! À cette pensée, ton visage se baisse de nouveau.
À la place, il y a Fu chen devant toi. Tu sembles vulnérable ... Depuis le temps que tu ne l'avais plus été ! T'as vécu 3 jours d'enfer enfermé et attaché, et maintenant, tu te retrouves dans une position de totale vulnérabilité devant quelqu'un en qui tu n'as pas spécialement confiance.
Lorsqu'il te demande de retirer ton pantalon quand même, tu respires de nouveau un peu plus difficilement. Ton pantalon ... Le vêtement que tu refusais d'enlever a tout prix, par-dessus tout ... Parce que c'est là que ... C'est là qu'il te touchait.
Tu sers d'un coup les jambes, comme pour te protéger encore un peu.
Mais ... Bizarrement, tu t’exécutes ... Parce que tu avais peur qu'il te l'enlève de force. Tu te lèves doucement, tes jambes semblent vouloir flancher sous toi. Et tu retires ton pantalon.
Tu portes encore des sous-vêtements d'enfants, parce que tu es petit, mais aussi parce que tu les as acheté dans un supermarché et qu'il n'y avait rien d'autre.
Tes jambes sont moins abîmées que le reste de ton corps, tout ce que l'on peut voir ce sont des marques de brûlure au niveau de l’intérieur de tes cuisses ... Certainement les marque sur ton corps qui te font le plus honte. Ainsi que de multiple trace d'hématome persistant avec le temps, des sortes de tâche foncée sur ta peau totalement blanche. Tu te laisses donc tomber ensuite sur le canapé, fermant de nouveau les jambes.
Tu trembles toujours, tu as froid désormais. Ton regard est resté planté sur le sol, tu ne veux pas le regarder dans les yeux, tu as tellement honte de ton corps... c'est plus que de simple complexe, ce sont les traces des abus qui t'ont été infligées.
Il pose ensuite délicatement le gant de toilette imbibé sur tes plaies, tu ne bronches même pas, fixant un point dans le vide comme si finalement, tu étais mort. Chaque fois que sa main se rapproche un peu de toi, c'est ta respiration qui se stoppe. Tu es habitué à la douleur, depuis très longtemps. Et tu te laissais faire.
« Je peux pas juste prendre une douche ? »
Tu posais cette question comme si tu n'avais pas compris, mais en vérité, tu as juste envie d'aller t'enfermer dans ta salle de bains. Ta voix est neutre, sans vie.
L’ambiance autour de vous est extrêmement pesante.

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Je le voyais bien. Ces jambes étaient serrées l'une contre l'autre. Je prenais le temps de le regarder, les sourcils froncés. Qu'avait-il pu subir par le passé pour réagir de la sorte? Ma peine ne faisait qu'augmenter et plus elle augmentait, plus je me dégoûter d'éprouver de la pitié pour Jin. A ma grande surprise, ses jambes étaient moins marquées que le reste de son corps, quelques marques de brûlure de cigarette entre les cuisses ne m'avaient pourtant pas échappées. Je soupirais. Si je voulais savoir ce qu'il s'était passé? Non. C'était de la curiosité mal placé et je préférais éviter avoir la réponse aux questions qui pourraient me tarauder l'esprit, de peur que la réponse confirme mes craintes ou pire encore, que l'horreur qui se cachait derrière toutes ces marques soit une histoire plus horrifiante et répugnante que celle crée par mon imagination.
J'étais doux avec lui. Je tâtonnais chaque plaie que je nettoyais avec le désinfectant pour enfin passer doucement le gant dessus. Je ne voulais pas lui faire plus mal qui ne l'avait déjà. En revanche, j'imaginais bien que la sensation désagréable de picotement du produit ne devait être rien comparé à la souffrance qu'il avait pu enduré par le passé ou encore ces derniers jours.
A sa question, je m'arrêtais, retirant le gant de ma main pour le poser sur sa table basse. Je levais les yeux vers son visage, cherchant son regard. Cette petite chose avait l'air morte. Etait-ce de ma faute? J'avais bien remarqué qu'il se crispait au contact des autres alors peut être qu'un contact prolongé avec un individu le faisait se déconnecter de la réalité pour échapper à cette réalité. Qui sait... Je n'étais pas psy et encore moins dans sa tête. Je soupirais encore. Vu de l'extérieur, j'avais l'air comme à mon habitude, excédé par son comportement. La seule chose qui différait de d'habitude étaient mes yeux rougis et le ton de ma voix, basse et calme. "Non. Si tu prends une douche, l'eau ramollira ta peau et ce sera plus difficile pour de moi recoudre cette plaie." Lui disais-je en lui désignant une plaie sur son bras. "Et celle-ci aussi." Continuais-je en en désignant une seconde. "Elles sont profondes et si on ne te recouds pas, ça pourrait laisser une trace plus grande encore." Même s'il n'était plus à ça près, je désirais l'aider, aider sa peau à être le moins marquée possible.
Je me levais pour rejoindre la salle de bain, lavant à l'eau le gant pour enfin l'essorer. Je le posais sur le rebord du lavabo pour enfin quitter la pièce. "J'ai laissé le gant sur le rebord de ton évier, tu l'utiliseras, avec du savon que tu feras moussé pour laver ton corps en entier. Une fois terminé, tu vaporiseras tes plaies avec le désinfectant, ça devrait moins piquer." Suite à mes instructions, je m'avançais à nouveau vers lui, levant ma mains droite pour appuyer mon indexe et mon majeur sur sa gorge, au niveau de son artère principale. "Ne bouge pas, je te demande encore un peu de patience." Commentais-je en fixant ma montre. Dans ma tête, je me mis à compter tout en regardant l'aiguille des secondes effectuer son tour. "Tension basse..." Commentais-je tout bas. Ce n'était pas étonnant, Jin paraissait faible. Je retirais mes doigts pour m'avancer vers lui, posant mon oreille contre sa poitrine. "Ne bouge pas." Lui ordonnais-je, de peur qu'il me rejette. Même s'il avait peur du contacte humain, il devait faire un effort cette fois-ci. "Inspire et expire profondément." Continuais-je, mon oreille posé sur son torse.

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

La douceur avec laquelle il te traitait ne suffisait pas à te rassurer, tu restes là, sans bouger, sans parler. Un peu comme une statue de pierre. Chaque coup de gant de toilette sur ton corps te fait ressentir une légère douleur, et aussi bizarre que cela peut-être, tu tentais de toutes tes forces de te concentrer sur la sensation désagréable du désinfectant pénétrant dans tes plaies. Parce que tu préfères ressentir la douleur plutôt que la honte et la peur. Mais rien n'y fait, a chaque fois qu'il s'approche un peu plus de toi, tu montres un léger réflexe de recul, comme si c’était plus fort que toi.
Rien chez le gardien ne pouvait évoquer une quelconque impression de violence ou de malveillance, et pourtant, tu te sentais agresser, tu te sentais presque violé de na pas avoir pu décider si oui ou non, il allait pouvoir te toucher.
Il énumérait tes blessures, tu les regardes une par une, constatant qu'effectivement, tu n'en es clairement pas sorti sans mal. Des traces encore plus grandes ? Comme si cela allait faire la différence ! Tu ne réponds pas, tu es vide de l’intérieur. Tu t'es juste mis en mode automate pour éviter de péter un plomb.
Ensuite, il t’annonçait enfin une bonne nouvelle, tu allais pouvoir fuir, tu allais pourvoir, aller, te terrer dans ta salle de bains pour te détendre. Tu vas devoir, te laver et te désinfecter, pour ça, il n'y aura aucun problème, tu le fais souvent.
Il revient ensuite vers toi et lorsqu'il approche ses doigts de ton cou, tu recules, tu recules la tête et fermes les yeux comme si tu te préparais à recevoir un coup.
Et de nouveau, les souvenirs refont surface et tu as presque l'impression de sentir les mains grasses et immondes de ton ancien bourreau t'attraper par le cou pour te faire taire.
Les yeux fermés, tu laisses Fu chen faire ce qu'il a à faire ... Tu ne sais même pas pourquoi tu lui obéis aux finales ! T'as juste pas la force de le repousser.
Ta tension est basse ? Tu ne sais même pas ce que cela signifie non plus. Tes lacunes beaucoup trop nombreuse te donne souvent l'impression de ne pas vivre dans le même monde que tous les autres gens ... Les gens normaux.
Ensuite, lorsque son visage s'approche de ton torse, tu as un soudain réflexe, une sorte de réflexe d'auto défense, tu te colles brusquement contre le dossier de ton canapé, on pourrait presque croire que tu veux rentrer dedans. Et tu te tends, tu détournes la tête et une sorte de micro gémissement s’échappe de ta bouche, une faible plainte, tu as peur ! La tête du gardien contre ton torse, contre ton corps, tu sens sa joue coller contre ta peau. Alors qu'il te demandait d'inspirer et d'expirer, tu ne parvenais pas à te calmer, ta respiration était rapide, très rapide, presque frénétique. Et tu commençais à avoirs chauds, une chaleur désagréable et oppressante.
Et pourtant, t’essayais de coopérer, tu essayais du mieux que tu le pouvais de faire ce qu'il te demandait, tu inspires une première fois, toujours ta tête le plus loin possible et tu finis par expirer après avoir bloqué ta respiration pendant quelque seconde.
Il n'y a même pas une heure, tu prenais la vie à d'autre personne, tu faisais ton malin et ton grand garçon. Et la t'es juste pitoyable, une fragile qui n'arrive même pas a supporter de se laisser soigner. Tu sais que c'est bizarre ! Car tu les vois tous ses gens qui se font des accolades, qui se serrent la main, qui se font même parfois des bisous ... Mais toi t'aimes pas ça, toi ça te fait peur, ça t’effraie de penser à tout ce que les gens pourraient faire a ton corps en le touchant.
« C'est bon là ... »
Ta voix est presque tremblante.

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Je ne pouvais pas retirer à Jin le fait qu'il fournissait des efforts pour supporter le contact physique. Avant aujourd'hui, je n'avais pas remarqué qu'il n'aimait pas le contact physique. A vrai dire, je n'étais pas très tactile avec les autres à l'exception des gens que j'aimais vraiment, c'est-à-dire ma famille et mes très rares petites-amies. Jusqu'à maintenant, je n'avais jamais posé mes doigts sur le jeune garçon et bien qu'au début j'avais eu du mal à comprendre sa réaction, plus les minutes passaient, plus je le comprenais. Je m'éloignais de lui, fronçant les sourcils. "Il faut que tu te détentes! Je peux entendre ton coeur s'affoler, ça m'empêche de me concentrer sur ta respiration! Déjà que sans stéthoscope c'est compliqué..." A la suite de mes mots, je soupirais. Même s'il n'aimait pas le contact avec autrui, cela ne justifiais pas sa réaction précédente ni même les battement de son coeur. J'émis alors une hypothèse; et si, Jin avait peur du contact physique? Je fronçais les sourcils, me reculant définitivement de lui. "Serais-tu haptophobe?"  Le regard suspicieux, je ne pouvais plus le décrocher de lui. Décidément, Jin était plein de surprise et je n'avais pas fait psycho à la fac. Je n'étais donc pas la personne la mieux placée pour l'aide malgré cette volonté qui se renforçant de minutes en minutes.
J'essayais de reprendre un air neutre. Il fallait que je le mette en confiance, qu'il surpasse sa peur -si peur il y avait-. Je me levais sur canapé où je m'étais rassie, me déplaçant ça à lui. Je m'accroupissais pour être à son niveau, mon regard se plongeant dans le sien. "Jin, regarde moi dans les yeux." Lui disais-je avec le plus de sérieux possible. "Est-ce que tu me fais confiance?" J’essayais de le comprendre et si pour cela je devais partir en totale impro, je le ferai. Ce garçon avait besoin d'un psychiatre et d'un psychologue et je commençais à me demander pourquoi n'était-il pas allé consulté plus tôt. Se rendait-il compte qu'il avait un problème? La peur du contact physique devait être vraiment handicapant sans parler de l'histoire des traces sur son corps. Je ne pouvais en revanche pas lui dire directement d'aller consulter. Comment le prendrait-il? Et avait-il au moins envie que quelqu'un l'aide à aller mieux?

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Te détendre ? Mais il est à des kilomètres de savoir a quoi tu penses, a quel point c'est dur pour toi de sentir un corps étranger trop proche du tien. Le fait qu'il te reproche de ne pas arriver a rester calme t’énerve soudainement ! Déjà que tu le laisses faire du mieux que tu le peux, alors si en plus, il ose se plaindre que ça te met dans un état pas possible ... Tu vas vraiment finir par devenir fou.
Il c'est enfin éloigné de toi, d'un mouvement automatique, tu tires tes genoux contre toi, comme si tu essayais de te réconforter tout seul. Tu soupires un cou, tu essaies de te calmer, de ne pas penser au fait, tu ne soit vêtu que ton caleçon devant un homme plus grand et plus fort que toi.
Haptophobe ? Tu fronces les sourcille tout en le regardant. Encore un mot que tu ne comprends pas, tu sens un peu plus stupide et fini par lui répondre d’un aire un peu sec et énerve
« Je ne sais pas ce que c'est ... »
Ensuite, celui qui s’était enfin éloigné de toi se remet en mouvement, que va-t-il faire cette fois ? Tu ne le quittes plus des yeux désormais, tu le vois se rapprocher de nouveau de toi, il s’accroupit à ta hauteur et voyant son attention figée sur toi, tu finis par détourner le regard. Tu ne sais pas ce qu'il se passe dans la tête du gardien, tu ne sais pas pourquoi il agit ainsi avec toi, tu ne sais pas non plus pourquoi tu ne te contentes pas juste de le dégager. Tu as toujours faim, toujours froid
Il t'ordonne ensuite de le regarder dans les yeux et c'est sans réellement te faire prier que tu t’exécutes. Pourquoi tu lui obéis comme ça, que représente-t-il pour toi ?
Ton regard est noir, a ce moment, tu lui en veux de t’avoir mis dans cet état ! Tu es conscient qu'il voulait t'aider, mais tu te sens beaucoup trop mal que pour lui en être ne serait-ce qu'un minimum reconnaissant.
Est-ce que tu lui fais confiance ? La réponse dans ta tête est évidente et du tac au tac, tu réponds avec une extrême froideur
« Non »
Tu n'as confiance en personne ! Et pourtant, même si ton non semble catégorique, tu l'as toute de même laisser rentrer chez toi, il a tout de même réussis à te toucher sans que tu ne finisses par le tuer. Et maintenant, t'attends la suite, pourquoi cette question ? Pourquoi tout d'un coup, il devient comme ça ? N’étais-tu pas censé aller te laver ?

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Cela ne m'étonna pas lorsque Jin me répondit qu'il ne savait pas ce qu'était haptophobe. Je me contentais de me pincer les lèvres sans lui répondre. Avais-je mal fait quelque chose? L'atmosphère se refroidissait entre nous. Plus j'apprenais à connaître Jin, plus j'avais l'impression qu'il mettait de la distance entre nous. A moins que je me trompe, que je me fasse des idées et qu'il agisse de la sorte avec ceux qu'il considérait comme ses amis. C'était un curieux personnage.
Je me levais pour lui faire face et enfin lui demander s'il me faisait confiance. La réponse ne tarda pas à arriver. Elle était sèche et direct. Mes yeux s'écarquillaient. Je sentais un léger pincement dans ma poitrine. C'était à mon tour de détourner le regard. A quoi m'attendais-je? Il fallait rester objectif, nous ne nous connaissions pas tant que ça et de surcroit, il était un membre du Venin Noir tandis que moi, j'étais un gardien. Cela faisait de nous des ennemis. "Ah..." Me contentais-je de répondre à voix basse. Il n'avait pas eu besoin de recourir à la violence pour me blesser, la froideur de ses mots suffisent.
Doucement, je me redressais, le regardant à nouveau. "Je dois aller faire des courses. Je reviendrai tout à l'heure. Pendant ce temps, tu devrais aller te laver, n'oublie pas de faire comme je te l'ai dit." Disais-je en me concentrant sur les manques de ma chemise que je replaçaient correctement pour enfin les boutonner. J'enfilais ensuite ma veste, me dirigeant vers la porte d'entrée. Si Jin n'avait pas confiance en moi, je ne pouvais rien faire pour lui, pas avec sa phobie.
Mes chaussures aux pieds, je sortis de son appartement, le laissant seul un moment. Pendant ce temps, je me dirigeais à la pharmacie pour acheter un kit de suture médicale ainsi qu'une crème hydratante et un baume à l'arnica contre les hématomes. Je profitais encore que le marché soit ouvert pour y acheter quelques légumes ainsi que de passer au stand de mes parents pour les saluer. Je leur expliquais ce que je faisais en ville, définissant Jin comme un ami. Ces derniers me donnèrent un petit sac de riz à l'intention de mon soit disant ami, lui souhaitant un bon rétablissement.
Plus d'un heure était passée et je retournais enfin à l'appartement du jeune mafieux, toquant à sa porte en espérant qu'il m'ouvre. "Jin! C'est Huáng Fǔ Chen! Ouvre moi!" Disais-je en espérant qu'il m'entende ou simplement qu'il m'ouvre.

Tao Xia Wu
avatar

Célébrité : Yamada Ryosuke
Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2017
Coq
Age : 23
Argent : 273
Rumeurs : Aucune rumeur pour le moment

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

QILING


« The killer and the healer »
Jin & Chen

Tu lui as fait du mal, et tu le sais ! Et soudainement, c'est une drôle de sensation que tu ressens ! Ce n'est pas de la culpabilité, tu ne t'en veux pas vraiment de lui avoir répondu aussi froidement. Mais tu ne t'attendais pas a le voire aussi déçu. Peut-être a-t-il envie que tu lui fasses confiance ? Peut-être veut-il que tu apprennes a te filler a lui ? Mais comment le peux tu ? Tu as vraiment du mal avec les relations, et c’est certainement pour cette raison que tu n'arrives même pas à décrire toi-même le lien que tu partages avec le gardien.
Tu le regardes ensuite partir, et tu ne dis rien, tu ne bouges pas, tu restes juste immobile jusqu’à ce qu'il ait quitté ton appartement.
D'un coup, tu te détends, tu respires profondément. Et fini par te lever. Tu sens encore que tes jambes portent à peine ton corps.
Tu te rends donc, comme il te l'avait demandé, dans la salle de bains.
Dans ta salle de bains, il n'y a pas de grands miroirs, il y en a juste un tout petit juste au-dessus du lavabo qu'en règle générale, tu ne regardes pas.
Et cette fois-ci ne fera pas exception, tu fuis ton propre regard tout en te nettoyant, tu frottes avec ce gant de toilette que tu n'utilises jamais d'habitude. Tu te laves et te désinfectes. Ça te fait du bien même si le désinfectant pique sur tes plaies.
Tu te rhabilles ensuite, tu enfiles un simple bah de jogging, de nouveau sous vêtement et un sweat-shirt a longue manche beaucoup trop grand pour toi.
Après tu vas te remettre dans ton canapé, certaines plaies profondes continuent hélas de saigner, tachant légèrement le haut propre que tu venais d'enfiler.
Lorsque tu t’installes, tu as la soudaine impression que tu vas t’endormir, mais quelque chose te dérange, quelque chose te gêne. Tes vêtements sales qui traînent, et toutes ses choses qui ne sont pas rangées a leur place ! Tu n'aimes pas voire cela. Tu te lèves donc de nouveau, ton corps est lourd, mais ton esprit encore plus lorsqu'il y a du désordre. Et tu ranges, tu n'as pas la force de nettoyer a proprement parlé, mais tes vêtements se retrouvent dans une bassine dans ta sale de bain et tu remets le bandage et le désinfectant dans ta petite armoire.
Ensuite, tu retournes t’asseoir, a présent, tu es totalement détendu, si détendu que tu finis par t’assoupir.
À peine as-tu eu le temps de reposer tes paupières que tu entends sa voix de l'autre côté de ta porte ! À ce moment la seulement la question se pose dans ton esprit ... Il a été acheté quoi ?
Sur le moment, tu hésites tout de même à le laisser entré de nouveau ... Va-t-il encore te déshabiller ?
« Entre ... »
La porte n'est même pas fermée à clé. Une fois le gardien revenu, tu le regardes a moitiez endormis, t'es totalement dans le gaz.
Ton visage et tes vêtements désormais propres, tu sembles beaucoup moins misérable. Mais ton corps est toujours dans cette phase de faiblesses que seule une bonne nuit de sommeil et de la nourriture pourra guérir. Ton regard se pose sur les sacs que le gardien apporte ... C'est quoi tout ça ?  

Huáng Fǔ Chen
avatar

Célébrité : Kim Ji Soo
Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2017
Singe
Age : 24
Argent : 405
Rumeurs : Aucune pour le moment
Emploi et rang : Gardien (Fleur Bleue)

更多信息
Réputation:
10/100  (10/100)

FLEUR BLEUE


« The killer and the healer »
Jin & Chen

J'attendais patiemment derrière la porte de son appartement que Jin vienne m'ouvrir. Ce fut sa voix, faible, qui à la place m'intimait de rentrer. Sans plus attendre, je m'exécutais, baissant la poignée pour enfin pousser la porte. Les mains chargées de sac de course, je les posais à terre pour retirer mes chaussures. Les légumes et le riz trouvèrent leur place sur son bar américain -en attendant- tandis que je m'avançais vers lui, mon sachet provenant de la pharmacie en main. J'en sortis les deux crèmes. "Je t'ai prit une crème hydratante et un baume contre les hématomes."  Disais-je en lui tendant le baume. "Tu passeras celle-ci sur tes bleus, elle est grasse, mais ça te soulagera un peu." Bien que mes paroles pouvaient lui sembler autoritaire, ma voix se faisait douce. J'avais à présent compris que je ne devais pas le brusquer, surtout avec ce qui allait venir.
Je retirais à présent ma veste pour la poser sur la table basse, m'asseyant à côté de pour lui faire face. "Je vais te demander de retirer son haut." Continuais-je tout en relevant mes manches. A mon grand étonnement, Jin s'exécuta docilement quant à moi, je retournais dans la salle de bain pour nettoyer mes mains. Je fis rapidement de nouveau mon apparition dans son salon pour chercher le kit de suture chirurgicale. J'en sortis un fil, l'aiguille fournie avec ainsi qu'une paire de ciseau en inox. Ces kits étaient -il fallait l'avouer- bien pratique. "Ça va piquer, je te demande un peu de patience..." Soupirais-je enfin pour m'approcher à nouveau du mafieux.
Je redoutais qu'il se sente à nouveau mal et pourtant, j'étais impuissant à son état. Il fallait le recoudre et par chance, cela faisait partie de mes compétences. A ce moment, Jin pouvait voir à quel point que je faisais preuve de professionnalisme. Je n'avais plus rien d'un gardien, j'étais devenu son chirurgien malgré moi. Rapidement, je recousais sa première plaie, puis la seconde. "Et voilà! Ce n'était pas si terrible!" Concluais-je en lui offrant un sourire qui se voulait réconfortant. Je rangeais le matériel dans sa pochette, destinant le kit aux ordure à présent qu'il n'était plus stérile. "Tu peux te rhabiller, on en a fini!"

 
The killer and the healer FT Fu Chen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Dexter : le serial killer attachant
» Vampire Killer : lanière ou chaîne?
» Killer show de William Friedkin avec Matthew Mc Conaughey et Emile Hirsch
» FC Killer Bee
» Lamirand/Mitric - Sideral Killer - Tessa agent intergalactique T1
Page 1 sur 1
Sauter vers: